Partagez | 
 

 As you shoot across the sky [Amy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: As you shoot across the sky [Amy]   Sam 23 Mai - 12:34


Do you know that there's still a chance for you
'Cause there's a spark in you?
You just gotta ignite the light and let it shine
Just own the night like the 4th of July

Leamy
Venir bosser dans le secteur devenait presque une habitude pour moi... Une mauvaise habitude en vérité ! Je ne devrais pas autant traîner dans le coin, pas avec le risque que quelqu'un m'identifie. Certes, Leandra était loin de ressembler à la petite Octavia de 12 ans... Mais savait-on jamais, je pouvais tomber sur Captain physionomiste, le seul superhéros pouvant reconnaître n'importe qui. Blague à part, je n'étais de toute façon pas très à l'aise au milieu de tant d'atriens... Et si occasionnellement, je pouvais maudire mon patron pour m'envoyer bosser ici, aujourd'hui je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même : je m'étais battue pour être affectée à ce projet. Il s'agissait de travaux de rénovation de la plomberie dans un bar populaire Atrien. En soit, le projet ne m'intéressait pas du tout, mais la personne qui bossait dans le bar concerné par ce projet, oui.

Amy, c'était son nom, ou en tout cas celui qu'elle m'avait donné. Une atrienne qui avait attiré mon attention plus qu'elle ne l'aurait du. Je suis tombée sur elle alors qu'elle errait dans les quartiers humains, complètement paumée. Je ne sais même pas ce qu'elle était allée foutre là bas si elle ne connaissait pas le coin, elle m'avait vaguement parlé de quelqu'un qui l'avait entraînée de force ou quelque chose dans ces eaux là. Quoiqu'il en soit, j'avoue avoir pris un malin plaisir à la trimballer dans tous les recoins d'Edendale tout en prétendant l'aider à rentrer. C'est plus fort que moi : si je peux torturer un peu l'atrien, je le fais avec grand plaisir. Avec Alvin, c'est notre « kiff », pour ainsi dire. Les humains ont de drôles de mots quand même …

Quoiqu'il en soit, avec mes conneries, on a bien mis 1h45 à rejoindre le secteur, alors que ça se fait en 20 minutes en général. 1H45, ça laisse le temps de parler. Au début, je ne l'écoutais pas tellement, trop occupée à jubiler de faire tourner la pauvre atrienne en bourrique. Et puis... bon. Pour passer le temps, j'ai quand même laissé traîner mes oreilles alors qu'on discutait. Et je dois dire que quelque chose chez elle m'a.... touchée ? Je ne sais pas si c'est le bon mot. Disons que je me suis mise à penser qu'elle était plutôt intéressante, et que je la laisserais bien envie, cette atrienne là. Elle a piqué ma curiosité, pour sûr, quelque chose m'a plu chez elle, même si je ne sais pas exactement quoi. Et comme je fonctionne beaucoup à l'instinct...

Mais je ne me suis pas décarcassée à avoir ce job ici JUSTE pour les beaux yeux d'une atrienne. Non, il y avait une autre raison. Au milieu de la conversation, durant laquelle j'ai joué l'humaine inculte mais curieuse, une information ne m'a pas échappé : Amy fait partie de la tribu des Wisans. MA tribu. Enfin, mon ancienne tribu, mais toujours celle de ma sœur, ma chère Meyko, dont je n'ai presque plus de nouvelle. J'ai bien envoyé Alvin à la pêche aux infos, mais Mey ne faisant pas partie des Trags, son champ d'action est limité. En revanche, quelqu'un de la même tribu qu'elle a peut être entendu parler d'elle... peut être même de Desmond, mon précieux grand frère porté disparu. J'espérais pouvoir subtilement gagner sa sympathie, peut être sa confiance, de manière à pouvoir la cuisiner d'une manière ou d'une autre sur ma famille. La tâche n'allait pas être facile, mais elle m'était simplifiée par le fait que j'appréciais plutôt le tempérament brut, sincère, de cette demoiselle.

Je m'étais pointée dans l'après-midi pour commencer mon travail, mais Amy n'était pas là. J'avais passé l'après-midi puis la soirée dans « l'arrière boutique » du bar, à trifouiller leur système de canalisation. Avec ma tenue de travail -un espèce de treillis dégueulasse, un débardeur pas franchement plus clean, et ma casquette grise ridicule- j'étais à peine présentable, heureusement que je n'avais rien à faire du côté du comptoir, où les atriens défilaient plus ou moins sobres, plus ou moins élégants. J'étais de loin la plus grosse tâche dans le décor, mais je ne pouvais pas d'avantage m'en tamponner le coquillage.

Il était minuit lorsque je décidais de sortir mon nez des travaux. J'avais fait mes heures pour la journée, je méritais une pause, et un remontant. Le remontant, je ne désespérais pas de l'obtenir au bar, même si j'étais officiellement « humaine ». Le couvre feu était théoriquement passé, mais pour les travailleurs, on faisait exception, et mon garde du corps veillait dehors, dans la ruelle, prêt à intervenir ou me raccompagner jusqu'à la sortie.

Ôtant mon horrible casquette, je la glissai dans la poche arrière de mon pantalon, secouant un peu ma chevelure pour ôter les éventuels « faux plis » laissés par le couvre-chef. Ma journée de travail prenait enfin fin, il était temps de se détendre un peu. Après avoir rangé consciencieusement mes outils dans la petite mallette que je trimballais toujours avec moi, je me rendis aux toilettes du personnel pour me passer un petit coup d'eau sur le visage et les bras pour ôter les éventuelles traces ou saletés récoltées pendant le boulot. Levant le nez vers le miroir accroché au dessus du lavabo j'observais avec un mélange d'émerveillement et d'horreur mes marques de naissance s'illuminer comme des lampions, d'un bleu turquoise proche de celui des piscines humaines. Je glissai mon doigt sur mon visage, redessinant ces marques dont je m'étais débarrassée. Même après l'opération, celles-ci réapparaissaient, peu longtemps, quelques secondes, dès qu'elles rentraient en contact avec de l'eau, comme si l'univers me faisait savoir que je resterai toujours atrienne malgré moi. C'était fascinant, mais aussi assez terrifiant en un sens. Je restai là quelques secondes, attendant que le sapin de Noël sur mon visage et mes bras ne s'éteignent.

Sortant des toilettes, je rassemblais mes affaires dans un coin pour pouvoir partir rapidement lorsque j'aurais fini de recharger mes batteries, avant de me diriger vers la partie « publique » du bar. A peine avais-je pousser la porte que plusieurs regards se tournèrent vers moi, par curiosité sans doute. Si on avait été dans un film, nul doute que l'orchestre aurait cessé de jouer et qu'un silence pesant se serait imposé... Heureusement, nous étions dans la réalité, le groupe d'atriens musiciens continuèrent à battre la mesure, mais je sentais malgré tous des regards pesant sur moi, tous se demandaient la même chose : qu'est-ce que l'humaine fiche là ? A cette heure-ci, je n'avais rien à foutre ici. Je vis quelques clients, assis près des fenêtres, coller leur front à la vitre pour vérifier si j'avais un garde du corps garé dans la ruelle. La réponse était oui : pas de bol pour eux, j'étais surveillée, et eux aussi.

Ignorant au mieux les coups d'oeil désapprobateurs, je me rapprochais du comptoir. Ce n'était pas tant la tension ambiante qui me dérangeait, plus le fait qu'à trop me fixer, j'avais peur qu'un de ces idiots ne reconnaissent Octavia... ce serait une catastrophe. D'un petit coup de tête, je fis basculer ma chevelure vers l'avant, ombrageant mon visage comme je le pouvais. Levant les yeux, je rencontrai immédiatement ceux de la personne que je cherchais : Amy. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres, je devais admettre être relativement soulagée de voir un visage connu. Je me doutais bien qu'elle n'allait pas me sauter au cou, encore moins devant tous ces atriens, mais je me dirigeai tout de même vers elle. Autour de nous, quelques clients commençaient à lever les voiles, que ce soit à cause de l'heure ou à cause de moi. Honnêtement, je m'en fichais pas mal.

M'installant sur un tabouret au comptoir juste en face d'elle, mon sourire s'élargit quelque peu.

« Comme on se retrouve, Amy l'atrienne »

Déclarai-je en guise de salutations. Je croisai mes bras sur le comptoir, en profitant pour zieuter un peu la carte du bar placardée sur un poteau. Comme je m'y attendais, il n'y avait que des boissons et alcools atriens, rien d'humain.

« Est-ce que tu sais si c'est la politique de la maison d'offrir un remontant aux travailleurs nocturnes ? »

Enchaînai-je d'un air amusé, lui signifiant au passage, mine de rien, la raison de ma présence ici, à savoir le boulot. Je repérai sur la carte ma boisson préférée, qu'Alvin m'avait fait découvrir -à l'époque où je vivais encore avec les Atriens, j'étais définitivement trop jeune pour boire de l'alcool. Il s'agissait d'Estras, une eau de vie faite à partir de l'Estrolez, cette plante atrienne. Et si l'Estrolez était une plante de combattant, l'Estras avait ce petit goût sucré, presque doux, mélangé à une touche pimentée... C'était délicieux. Mais je n'étais pas censée connaître, évidemment.

« Je n'y connais rien, tu me conseilles quoi ? »

Demandai-je, jouant à merveille mon rôle d'humaine peu experte en atriens.


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gang des Kiwis RPZ

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : Miss Medecine & Dancing Hybrid
Célébrité & Crédit(s): Roller Coaster & okinnel. & Tumblr
MessageSujet: Re: As you shoot across the sky [Amy]   Mer 27 Mai - 0:18


Do you know that there's still a chance for you
'Cause there's a spark in you?
You just gotta ignite the light and let it shine
Just own the night like the 4th of July

Leamy
Amy poussa un soupir tout en reposant le verre qu'elle venait tout juste de nettoyer. Certes, elle avait choisi son emploi, elle aimait bien servir des verres ou tous ceux qui entraient dans ce bar du secteur d'ailleurs. Elle discutait avec les gens un peu plus sociables et laissait les plus renfermés ruminer leurs idées noires en paix. Cette atmosphère lui était plaisante et ici, elle n'était ni une Trag, ni une Chase, elle pouvait se contenter d'être qui elle voulait, sans que personne ne lui reproche d'être trop proche des humains ou encore de ne pas être assez ouverte d'esprit. Si seulement les gens savaient, si seulement sa famille savait. Amy n'avait rien de spécial contre les humains, elle était d'ailleurs bien curieuse d'en apprendre un peu plus sur leur monde, mais elle ne pouvait le faire en raison de son allégeance aux Trags. Sa famille, spécialement Reiyel et Lawen, lui reprochait de ne pas faire d'effort, de ne pas vouloir franchir le pas qui pourrait permettre aux humains et aux atriens de faire la paix et de cohabiter, mais elle n'avait pas envie de voir les faux espoirs qu'ils se faisaient d'envoler et les laisser seuls, démunis et complètement détruit. De plus, elle avait rejoint les Trags, elle ne pouvait donc se permettre de montrer une trop grande dose d'affection envers les humains à moins d'avoir une bonne excuse sous la main. Et les excuses, elle commençait à royalement en manquer. Elle aimait donc les moments passés au bar, oubliant ses propres problèmes pour écouter ceux des autres ou encore satisfaisant sa curiosité en écoutant parler ceux et celles qui avaient été marcher hors du secteur. Mais le boulot restait le boulot et cette soirée-là s'était avérée être assez éprouvante.

Comme si les problèmes avec la tuyauterie n'étaient pas suffisants, il avait fallu qu'une bagarre éclate. Les autorités avaient vite réglé le problème, mais Amy avait tenté d'intervenir et s'était pris un coup, ce qui l'avait laissé avec une dose de mauvaise humeur qu'elle ne pouvait que refouler. Après tout, ça venait avec le métier. Il n'y avait rien de valorisant à bosser dans un bar, mais elle pouvait alors passer inaperçu. Et puis, il fallait bien que quelqu'un fasse ce job. Sinon que feraient les pauvres Atriens qui voudraient boire un coup ?

Amy repoussa ses cheveux derrière son épaule déposa un shooter devant le client qui était au comptoir et quitta son poste afin d'aller porter un verre à un autre Atrien assis à une table un peu plus loin. Elle lui sourit gentiment en lui prenant de ses nouvelles. Avec le temps, on finissait par connaître les habitués du bar, savoir ce qu'ils aiment prendre et reconnaître leurs expressions. Elle pouvait aisément savoir, chez les habitués, qui avait passé une bonne journée ou non, ou toutes sortes de petits détails dans le genre. Elle aimait bien sensation de deviner ce que vivaient les autres avant même qu'ils ne lui en parlent. Et quand elle en voyait un qui avait l'air d'aller plus mal, elle adorait voir un sourire percer sur son visage alors qu'au moment même où il s'assoyait au comptoir, sans avoir à dire un seul mot, sa boisson favorite apparaissait devant lui.

Si elle avait cru, quand la bagarre avait éclaté un peu plus tôt, que l'atmosphère de la soirée aurait été carrément refroidie, il n'en était rien. Les conversations avaient reprirent de plus belle après quelques minutes seulement et Amy avait reprit son service sans rien dire. Si les gens étaient particulièrement enthousiastes, la jeune Atrienne tentait toujours de digérer le fait qu'elle se soit fait frapper comme une débutante. Kleve n'aurait pas été fier de voir qu'elle s'était pris un coup aussi bêtement, en tentant de séparer deux idiots qui avaient voulu faire les fiers. De retour derrière le comptoir, elle attrapa quelques verres sales et entreprit de les laver avant qu'on ne lui passe une autre commande et qu'elle soit à cours de verres. Elle aurait bien pu aller en chercher d'autres à l'Arrière, mais quand elle était arrivée pour son quart de travail, on lui avait dit que le plombier était dans l'arrière-boutique et elle n'avait pas envie de le déranger. De plus, un peu de vaisselle n'a jamais tué personne. Afférée à essuyé le verre qu'elle venait de laver avant d'aller servir un autre shooter à l'homme assis au comptoir, elle ne porta pas vraiment attention à la jeune femme qui venait de pointer le bout de son nez dans l'établissement. Ce n'était pas quelqu'un qu'elle connaissait, bien que son visage lui disait quelque chose. Elle servit le verre. Elle souhaita une bonne nuit à quelques habitués quittait la place et regarda quelque autres clients se déplacer alors qu'une humaine venait prendre place devant elle.

« Comme on se retrouve, Amy l'atrienne » Amy sourit à l'humaine qui venait de s'accouder au comptoir. Si elle n'avait pas fait le lien en voyant la jeune femme entrer dans le bar, elle se souvenait à présent où elle l'avait rencontré. La petite Megara avait décidé de la traîner dans Edendale et, après avoir faussé compagnie à Meg, Amy était tombée sur cette humaine, qui lui disait vaguement quelque chose, et avait accepté l'offre de celle-ci de la raccompagner au Secteur. Il fallait avouer qu'en suivant Megara, Amy s'était complètement perdue dans la ville et qu'elle n'aurait jamais pu retrouver son chemin toute seule. Enfin, elle aurait pu, mais ça lui aurait pris beaucoup de temps. Elle avait donc accepté le coup de main. Bien entendu, ça lui aurait finalement pris moins de temps rentré seule, mais elle put discuter avec Leandra, l'humaine en question, qui lui avait en quelque sorte fait visiter une partie de la ville. Elle ne lui en voulait pas, bien au contraire, maintenant Amy connaissait un peu mieux les rues entourant le secteur. « Lea, c'est ça ? Pardonne-moi, j'ai une mauvaise mémoire pour ce qui est des noms... » Reiyel lui disait tout le temps. Il lui reprochait de ne jamais se souvenir des Grands Noms de l'histoire, humaine comme atrienne, ou encore de toujours oublier les noms des personnalités importantes des différents programmes d'association humain-atrien. C'était une habitude, chez elle, que ça plaise ou non. « Est-ce que tu sais si c'est la politique de la maison d'offrir un remontant aux travailleurs nocturnes ? » Amy rit légèrement en entendant le ton amusé de Leandra. Elle replaça une mèche de ses cheveux qui lui tombait devant les yeux. « Je peux très bien t'arranger ça ! Tu aimerais quoi ? » La réponse ne se fit pas trop attendre, mais c'était commun quand on travaillait dans un bar. Soit les clients savaient exactement ce qu'ils voulaient, soit ils demandaient conseil. Lea étant humaine, Amy ne fut aucunement surprise qu'elle soit dans la seconde catégorie : ceux qui demandent conseil. Amy n'attendit donc pas une seule seconde avant d'attraper un verre. Elle avait vu le regard de Lea parcourir la charte des boissons offertes et s'attarder une seconde de plus sur un certain breuvage, mais elle n'avait pas pu déterminer lequel. Sans doute avait-elle déjà goûter à de l'alcool atrien. Mais que ce soit le cas ou non, Amy avait une petite idée de ce qu'elle allait servir à la jeune femme. Une bonne partie des alcools des Atriens étaient faites avec les plantes originaires de leur planète. Une des plantes qu'Amy appréciait particulièrement se nommait Odyie. C'était une fleur sauvage, colorée et assez tape à l'oeil. Il en découlait une boisson aux saveurs exotiques et savoureuses, qui, sans être très sucrés n'était pas amer pour deux sous. La jeune atrienne aimait bien et la boisson colorée qui cachait une multitude de saveurs étrangement harmonisé en un tout agréable lui paraissait approprié pour une rencontre imprévu dans le secteur. « Goûtes-moi ça ! Et si t'aimes pas, je te donnerai autre chose. » Elle ne voulait pas forcer Lea, après tout, tout le monde avait des goûts différents. Elle accouda au comptoir en attendant d'avoir l'avis de Leandra sur ce qu'elle lui avait servi. « Alors comme ça, c'est toi qu'ils ont dépêché pour les problèmes de tuyauterie ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: As you shoot across the sky [Amy]   Mar 2 Juin - 20:59


Do you know that there's still a chance for you
'Cause there's a spark in you?
You just gotta ignite the light and let it shine
Just own the night like the 4th of July

Leamy

J'étais relativement surprise de l'accueil plutôt positif d'Amy, et ce pour 2 raisons : la première, c'était que j'avais quand même passé notre dernière rencontre à la perdre dans les quartiers humains, ce que je n'aurais probablement pas apprécié à sa place, la deuxième, c'était que la plupart des atriens plutôt humainphiles que je connaissais se la jouaient plutôt humanophobes devant leurs pairs afin de ne pas s'attirer les foudres des autres, et tout spécialement de ces extrêmistes de Trags... Elle, ça ne semblait pas lui poser souci, et ce fut donc sans hésitation que je lui rendis son sourire, ignorant l'hostilité ambiante autour de moi. Les mécontents n'avaient qu'à se barrer, c'était d'ailleurs ce que certains avaient fait.

Me voilà donc perchée sur un tabouret face à Amy la serveuse qui revérifie mon prénom. J'esquissai une petite moue faussement vexée.

« Tu pourrais retenir le nom de ta sauveuse tout de même »

La charriai-je, tout en songeant que « sauveuse » n'était vraiment pas le bon mot me concernant. Empêcheuse de tourner en rond, peut être, ou bien tout juste emmerdeuse, comme aimait à me le rappeler Alvin. En même temps, on se valait lui et moi de ce côté là. Amy avait de la chance : ce soir là, j'étais de bonne humeur, c'est à dire pas d'humeur à pourrir les gens... Quoique, si l'un des crétins saoulards présents ici avait la bonne idée de s'en prendre à moi, mon instinct de pourrisseuse ne mettrait pas bien longtemps à se réveiller. Fallait pas pousser Lea dans les orties, même si les orties sont pour sûr une plante bien agréable au goût.

Pas découragée pour deux sous par l'oubli de mon prénom, je n'hésitai pas à réclamer de l'alcool gratuitement -c'était plus subtile, mais enfin, ça revenait à ça. Sa réponse me plut et je la gratifiai d'un sourire.

« Ravie de voir que les Atriens sont plus fendards que les Humains »

Il fallait dire que de ce côté là les humains étaient un peu coincés : un sous était un sous. Généralement, la seule façon de tirer des cocktails gratuits, c'était de taper dans l'oeil du barman -ce qui était tout à fait dans mes cordes : on tire un peu sur le décolleté, et bien souvent le tour est joué. Là, même pas besoin, et déjà je lui demandais de me faire un cocktail, à deux doigts du très cliché « surprends moi ! ».

J'étais plutôt curieuse de voir ce qu'elle allait me proposer. Toutes les boissons sur cette carte, je les connaissais, non pas de mon enfance -10 ans c'était un peu jeune pour picoler- mais de mes venues régulières dans le secteur. Je les connaissais toutes de nom, et m'étais fait un plaisir de toutes les tester au fur et à mesure. On s'était amusés à en reproduire à la maison, avec Al, on avait même essayé de distiller de l'alcool nous même avec des plantes qu'Alvin avait piquées dans les serres des Trags. On avait bien rigolé, mais le résultat avait été désastreux, on avait fini par refiler la gnôle à un saoulard dans la rue... Dieu seul sait s'il y a survécu.

J'attendis sagement qu'elle prépare le mélange, l'observant faire sans réussir à deviner de quoi il s'agissait -si je connaissais leur goût, je ne connaissais pas leur composition pour autant. Apparemment, la demoiselle était inspirée par les demandes surprises, elle n'avait pas hésité longtemps avant de s'activer avec des gestes d'expert. Lorsque le précieux breuvage me fut servi, je lui jetai un regard gourmand, j'avais probablement l'air d'une humaine émerveillée. Trempant mes lèvres dans le liquide, je crus reconnaître les saveurs exotiques de l'Odyie. Deuxième gorgée, cela se confirmait. Le cocktail était extrêmement bien réalisé, subtile, précis. Amy n'avait pas tapé trop loin de mon cocktail préféré, finalement, elle avait l'oeil cette atrienne.

« Délicieux »

Appréciai-je, l'oeil pétillant.

« Tu devrais tester les cocktails humains, je suis sûre que certains te plairaient beaucoup »

Ajoutai-je avant de reprendre une gorgée de ma boisson. J'étais un peu curieuse de connaître son avis sur les humains et leur culture, c'était une façon comme une autre de prendre la température. Techniquement, je mourrais d'envie de sauter sur la partie de la conversation où je pourrais essayer de savoir comment allait Meyko, mais il ne fallait pas brûler les étapes au risque de se griller.

J'hochai la tête, sourire aux coins des lèvres, alors qu'elle me posait une question rhétorique.

« Eh ouais, une nana plombier, ça court pas les rues... enfin pas chez nous, les humains. Y en a chez vous ? »

J'adorais jouer l'ignorante. Le rôle de l'humaine curieuse m'allait à merveille. Je n'en faisais pas trop, juste de quoi être crédible, alors que je savais très bien que le métier de plombier n'existait pas chez les Atriens. Avant d'arriver sur Terre, nous n'avions même pas de canalisation. A quoi bon ? Sur Atria, il y avait de l'eau pure, claire, et consommable partout.

« Et des plombiers qui acceptent de venir bosser dans le secteur sans une prime de risque exorbitante, y en a pas des masses non plus à vrai dire... Je crois même être la seule, du coup ça tombe toujours sur moi »

Je me gardai naturellement d'ajouter que dans ce cas précis, j'avais insisté comme pas possible pour être assignée à cette mission, alors que j'en avais d'autres qui étaient prioritaires d'un point de vue « humain ». Si Amy l'apprenait, elle risquait, à juste titre, de se poser des questions sur moi... En attendant, je lui tendais des perches pour voir ce qu'elle avait à dire sur les humains. Pour voir si, comme tous les Atriens, elle se trimballait des clichés plus gros qu'Atria elle-même. J'étais curieuse. Aurais-je trouvé une exception, une perle rare ?


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gang des Kiwis RPZ

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : Miss Medecine & Dancing Hybrid
Célébrité & Crédit(s): Roller Coaster & okinnel. & Tumblr
MessageSujet: Re: As you shoot across the sky [Amy]   Mar 9 Juin - 2:37


Do you know that there's still a chance for you
'Cause there's a spark in you?
You just gotta ignite the light and let it shine
Just own the night like the 4th of July

Leamy
La jeune Atrienne avait appris, avec le temps, à ne plus se soucier de ce que pensait ses semblables. Elle ne se formalisait plus de ce qu'ils pouvaient dire à son sujet. D'ailleurs, les regards que lui lancèrent les clients du bar au moment où elle salua Leandra ne l'incommodèrent pas plus que ça. Qu'ils chialent s'il ça leur chante, elle ne se préoccupait pas du tout de ce qu'ils pouvaient dire. Et si l'un d'eux décidait d'aller dénoncer à Anastasiar le fait qu'elle était en bons termes avec certains humains, elle avait déjà ses répliques bien préparées. Quelque chose du genre "connait bien tes ennemis" ou encore "soit près de tes amis, mais encore plus de tes ennemis", avec une petite explication, ça devrait le faire et au revoir les ennuis. Donc peu importe ce que dirait les gens face à son attitude vis-à-vis Lea, elle s'en moquait royalement. Qui plus est, cette humaine était une cliente, alors elle méritait de se faire traiter comme n'importe quelle cliente. Quelques regards en coin, elle les remarquait, elle lança un regard noir à quelqu'un ayant fait un commentaire déplacé et se retourna une fois de plus vers la jeune femme. « Tu pourrais retenir le nom de ta sauveuse tout de même » Si Amy avait eu un petit sourire en coin en voyant Lea faire la moue, elle ne put s'empêcher de rire un peu en entendant ses mots. Elle secoua la tête et replace, une fois de plus, une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage. « Sauveuse ? T'y vas un peu fort, non ? » Tourner un rond dans Edendale pendant plus d'une heure n'était pas vraiment la définition qu'Amy avait d'un sauvetage, mais si Leandra voulait le voir comme tel... Qu'elle le fasse au fond, ça ne changeait rien. Surtout que la balade n'avait pas été trop déplaisante. Pourtant, Amy avait eut l'impression que Leandra lui cachait quelque chose... Quelque chose qu'elle aurait peut-être dû savoir. Oh ! Et puis, chacun ses secrets et ses démons.

Il fallait avouer que Leandra ne paraissait pas être une personne qui s'embarrassait des détails. Car après avoir fait cette remarque sur son prénom, elle n'avait rien ajouté de plus. Elle ne semblait pas être trop dérangée par le fait qu'Amy ait oublié son nom. La jeune atrienne se dit que c'était bien mieux comme ça. Elle avait déjà peur de faire une bourde à la maison avec tous les noms que lui citaient Lawen et Reiyel, s'il fallait en plus qu'elle se souvienne absolument des noms de tous les humains qu'elle voyait, ou même de tous les Atriens, elle allait devenir folle. Un autre petit sourire, une affirmation et Amy s'était replongée dans la confection de cocktails. « Ravie de voir que les Atriens sont plus fendards que les Humains » Elle n'était pas au courant que les Humains étaient de ce genre... Comme quoi on en apprenait tous les jours. Elle aurait donc quelque chose à répliquer à la prochaine personne qui tenterait de la convaincre que les Humains étaient des anges, des êtres de bontés, voir même des dieux. Non mais... Fallait pas exagérer non plus, ils sont Humais et c'est tout... HUMAINS. Et rien d'autre. Quelques secondes, minutes tout au plus dans un silence qui était enterré par les bavardages des autres clients, curieusement moins bruyants qu'à leur habitude. Ça aidait un peu à penser tout ça. Il faudrait peut-être qu'elle fasse entrer des humains plus souvent. Elle observa d'un oeil averti la réaction de Lea alors que cette dernière goûtait au breuvage tout juste servi. Les yeux émerveillés de l'humaine avait encore une fois réussi à tirer un sourire à Amy. Peut-être un jour finirait-elle par comprendre cet engouement que certains avaient pour les humains. « Délicieux » Ce simple commentaire était pour Amy une délicieuse satisfaction. C'était son domaine, elle savait faire et cela faisait déjà un moment que les Atriens avait arrêté de lui dire. Après tout, un verre d'alcool, c'était un verre d'alcool, point final. « Tu devrais tester les cocktails humains, je suis sûre que certains te plairaient beaucoup » Surprise par la remarque, Amy se redressa et se remit au travail, essuyant des verres qui avait étés lavés un peu plus tôt dans la soirée. « Et bien... Peut-être bien qu'un jour l'occasion se présentera. » Elle n'y avait jamais pensé, mais l'idée de goûter à l'alcool humains et peut-être ainsi penser à des mélanges intéressant était une idée comme une autre. Une idée voir même intéressante. Seulement, il faudrait pour ça qu'elle décide de laisser une chance aux humains, ce qu'elle n'était pas convaincue de vouloir faire.

Elle changea de sujet en se mettant à parler de plomberie. En fait, elle ne connaissait absolument rien à ce métier, mais elle avait bien envie d'en savoir plus. Quelques commentaires de la part de Lea et une autre salve de questions de la part de l'humaine qui voulait en savoir plus. Mais Amy comprenait bien, elle aussi était de nature curieuse. Elle ne se posait peut-être pas de questions sur les humains, elle ne cherchait pas à établir de contact avec eux, mais les alentours d'Edendale, les bois plus précisément, avait attiré Amy et sa curiosité, faisant en sorte qu'elle fuyait le secteur afin de découvrir cette planète qui lui donnait une folle envie de partir à sa découverte. Elle secoua la tête quand l'humaine parla des plombiers d'Atria. « Vous ne connaissez vraiment rien aux Atriens, n'est-ce pas ? On avait aucune femme plombier, tout simplement parce qu'on n'avait aucun plombier, tout simplement. » À chaque fois qu'un humain lui posait une question de ce genre, elle avait envie de rembarrer celui qui avait amené le sujet, mais Lea n'avait pas l'Air pleine de préjugés, seulement un peu ignorante face à leur culture. Et si Amy ne répondait pas à ses question, qui sait si quelqu'un d'autre le ferait... « Et qu'est-ce qui fait que toi, tu ne demandes pas de prime pour venir ici ? Que toi, tu es sans doute la seule qui accepte de venir bosser dans le secteur sans trop de problème ? » Elle avait envie de dire à Leandra qu'elle parlait comme une de ses humaines qui se pensent au-dessus de tout. Mais pour une fois, elle se garda bien de le dire trop directement. Elle préféra laisser cette opinion en suspens, laissant simplement cette impression planer, sans la verbaliser. C'était sans doute la première fois qu'elle s'abstenait de dire ses quatre vérités à quelqu'un, mais Lea avait été assez sympa avec elle. Amy sourit donc une fois de plus. « Dis moi, qu'est-ce qui t'intéressent tant dans ce métier ? » Elle aussi avait droit à sa part de curiosité, non ? Et comme elle ne connaissait rien au métier de plombier, autant commencer par là.




_________________
you'll never know the top till you get too low
Always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: As you shoot across the sky [Amy]   Mer 10 Juin - 21:44


Do you know that there's still a chance for you
'Cause there's a spark in you?
You just gotta ignite the light and let it shine
Just own the night like the 4th of July

Leamy

« Je suis étonnée que le PIA n'ait pas encore mis en place des stages d'échange... Ce serait super pour un barman humain de venir voir comment tu bosses, de s'en inspirer, et à l'inverse tu aurais peut être de nouvelles idées en observant un humain à l'oeuvre »

De ce côté là, je n'étais pas hypocrite : je pensais véritablement que les deux peuples pouvaient beaucoup apprendre l'un de l'autre. Je prenais aujourd'hui l'exemple de l'alcool, mais c'était probablement vrai pour pas mal de métier. Pour l'enseignement, notamment. Certains professeurs gagneraient à faire un séjour chez les Atriens... Le système éducatif humain est long, laborieux, ennuyeux, surtout quand on a goûté à celui beaucoup plus dynamiques des Atriens. J'avais beau aujourd'hui mépriser ce peuple, tout n'était pas à jeter dans nos habitudes... heureusement.

« Si tu te reperds dans Edendale, je t’emmènerai dans mon bar favori... ils font des soirées karaoke en plus, c'est marrant »

plaisantai-je, bien conscience qu'Amy ne risquait pas de remettre un pied hors du secteur de sitôt sans accompagnement après la mésaventure qui lui était arrivée.
Son commentaire sur les humains me fit sourire. Visiblement mon jeu d'actrice était sublimé dans le rôle de l'humaine ignorante, ça faisait mouche, tant mieux pour moi.
Les émotions en guise de masque, j'avançai avec assurance. Cette fois, ce fut la surprise qui vint peinturlurer mon visage.

« Pas de plombier ? Mais vous n'avez jamais de problème de tuyauterie ? »

La surprise n'était pas trop difficile à simuler, car j'avais eu la même réaction la première fois que j'avais découvert le concept de la plomberie : une drôle de tête, et un « mais vous faites circuler votre eau dans des.... tuyaux ? ». Un concept un peu perturbant pour un atrien ayant grandi dans un environnement aquatique naturel exceptionnel. Pour sûr, la Terre manquait de grands lagons et de marécages. Encore aujourd'hui, et après avoir passé des années parmi les humains, ce paysage aqueux me manquait, et la piscine n'était qu'un maigre substitut.

Je secouai un peu la tête, sortant de ma rêverie, reportant mon attention sur la demoiselle alors qu'elle me répondait par une question. Une question qui avait un léger accent de reproche, mais je ne pouvais pas en vouloir à Amy : j'étais arrogante. Oui, je méprisais ces humains trop trouillards pour se pointer ici. Je les comprenais, mais ça ne m'empêchait pas de les mépriser, bien au contraire. Certes, j'avais un avantage sur eux : je connaissais bien les Atriens. Mais j'avais aussi un gros désavantage : si je me faisais reconnaître par quelqu'un, je risquais gros. Bien plus que ce qu'une prime de risque pourrait me payer. Mais ça, bien sûr, je ne pouvais pas le dire à Amy.

« Disons que s'ils veulent me donner une prime de risque à chaque fois que je « risque » quelque chose, ils peuvent me la donner tout le temps. Je vais chez les gens, si je tombe sur un psychopathe sanguinaire, qu'il soit atrien ou humain, il me fera la peau. Inutile de donner des primes juste pour aller dans le secteur »

Certains appelleraient cela de l'inconscience. Mais j'aimais cela, mener une vie risquée. Sinon, je me serais terrée bien loin du secteur, attendant que la tempête passe et emporte avec elle ce peuple par lequel je m'étais sentie tant trahie.

« Et puis je dois l'admettre, je suis curieuse »

ajoutai-je, ce qui, à défaut d'être la vraie raison de ma venue ici, était véridique. J'étais TERRIBLEMENT curieuse.

« La curiosité me ferait faire beaucoup de choses »

ajoutai-je sur le ton de la confidence, un sourire mutin au coin des lèvres. Celui qui avait dit que la défaut était un vilain défaut avait diablement raison... L'ennui, c'était que moi, les défauts, j'aimais ça. Que ce soit chez les autres ou chez moi d'ailleurs. Plus les gens étaient imparfaits, et plus je succombais. Drôle de fonctionnement... Mais ça me convenait, et c'était l'essentiel.
Finissant mon cocktail d'une traite, je reposais mon verre vide sur le comptoir alors qu'Amy me questionnait sur mon métier. Visiblement, le sujet l'intriguait.

« Je cherchais un métier assez physique, concret, j'ai besoin de faire quelque chose de mes mains. Et puis j'aime bien le côté « puzzle ». Chaque intervention est une énigme. Comme une mini-enquête, il faut comprendre ce qui s'est passé, trouver une solution... Je trouve ça assez fun en fait »

C'était mon côté joueur, ça. J'adorais jouer, et transformer n'importe quelle scène de la vie quotidienne en jeu. La vie était bien plus agréable et moins prise de tête vue sous cet angle. La plupart des gens pensaient que je n'avais pas grandi, que j'étais une enfant dans ma tête. Naturellement, ils ne connaissaient pas mon passé. Ils ne savaient pas que si j'agissais aujourd'hui ainsi, c'était justement parce que j'avais grandi trop et trop vite.

Je tapotai mes ongles sur le récipient, me délectant du son cristallin que cela produisait, le tout sans lâcher Amy de mes yeux marrons. A son tour d'être passée au crible. J'étais curieuse, je l'avais prévenue...

« Bon à ton tour : pourquoi barmaid ? »


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: As you shoot across the sky [Amy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
As you shoot across the sky [Amy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» you shoot me down but i won't fall › Ilian Oms
» CM Punk: sa meilleure promo
» Les Rangers 2.1
» Nos amis les elfes [One-Shoot]
» Shootout !!! TRES IMPORTANT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: LE SECTEUR - Zone Atrienne :: Place Walvec-
Sauter vers: