Partagez | 
 

 Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ID card
Tribu & Clan : Allez, balance, qui t'as recruté ?
Double compte :
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Dim 12 Juin - 16:33


Dwayne Hogan

ft Milo Ventimiglia ♥️


Identité


Prénom(s) : Dwayne
Nom : Hogan
Age : 38 ans
Date de naissance : 12 Juin 1988
Etat civil : Divorcé
Race : Humain
Métier : Professeur de chimie depuis Janvier 2024. Avant toute cette merde j'étais chercheur
Clan : Je suis entré chez les Red Hawks ( en vrai c'est eux qui m'ont invité) depuis 2020 et j'ai été envoyé en infiltration au PIA en 2024
5 mots qui vous définissent le mieux : On dit que je suis un caméléon, je peux m'adapter à toutes les situations. Je suis loyal envers mes convictions et les RH. Légèrement impulsif, si on me titille trop mon poing part tout seul. J'aime faire la fête et boire, on me qualifie donc de fêtard. Inexpressif, du coup je peux paraître arrogant.  
Votre ambition :
Eliminer les extraterrestres. Pas seulement les chasser non, ça serait trop gentil après toutes les pertes que l'on a subi. A cause d'eux je suis coincé ici et j'ai perdu ma fille. Ils ne méritent que de la souffrance. Et si pour arriver à mes fins je dois m'allier à un groupe de rebelle, ça sera avec joie.


Reveal yourself
« Mon papa c’est le plus fort du monde ! »

C’était ce que Emily, ma fille, s’amusait à raconter à ses camarades à l’école. Bien que sa mère et moi nous ayons divorcé lorsqu’elle avait à peine trois ans, tout allait parfaitement dans notre relation père-fille. Il faut dire que s’entendre avec son ex-femme était aussi un bon point. On avait divorcé d’un commun accord.
J’étais l’idole d’Emily, son futur mari aussi dans une autre dimension car je ne comptais bien évidemment pas l’épouser. Je faisais donc mon possible pour qu’Emily garde l’idéologie qu’elle avait de moi. En vérité j’étais loin d’être aussi cool que dans mon rôle de père dans la vraie vie.

Mes collègues me voyaient comme un mec chiant avec zéro sens de l’humour. J’avais simplement le mien  sans chercher à comprendre celui des autres. J’étais aussi sérieux dans mon travail, on n’était pas là pour rigoler. Ce n’était pas pour autant que je n’aimais pas faire la fête. Au contraire, j’adorais ça : boire et aller à des soirées jusqu’à pas d’heures. Je n’étais pas de mauvaise compagnie ni un asociale. J’avais simplement des défauts, plus que des qualités. J’étais têtue, quand j’avais quelque chose en tête c’était compliqué de me faire changer d’avis. Je n’aimais pas non plus avoir tort. Je n’étais pas l’homme le plus transparent du monde, il était assez compliqué de savoir ce que je pensais. Si je blaguais ou pas. Si j’étais énervé ou non. Bien que lorsque je l’étais, à un certain degré, je finissais par frapper. Et depuis que j’étais coincé avec des extraterrestres c’était encore pire. Je ne supportais pas ces tatoués. Si ça ne tenait qu’à moi ils auraient déjà tous la tête coupée, et on en parlera plus. Mais le gouvernement avait décidé de tenter de les intégrer. AH mon cul oui. A la limite ils s’en serviraient comme esclaves pour ramasser la merde…
Bien sur tout ça je le gardais pour moi, je ne criais pas mon aversion sur les toits. J’étais capable de sourire à un atrien même si dans ma tête je défonçai la sienne à coup de poings. Jouer le meilleur des rôles pour mieux les descendre. Ma haine était si grande que j’avais rejoint les RH, d’autres humains qui détestaient ces extraterrestres et qui s’étaient réunis pour mener des actions. On avait vu mon potentiel, la facilité que j’avais à me glisser dans la peau d’un autre caractère. C’était donc avec un bel objectif que j’avais été envoyé en infiltration au PIA. J’étais loyal au RH, mais je pouvais aussi mettre la casquette «  I love Atrien ♥️ ».

Mon rêve ça avait été de voir grandir ma petite Emily, de supporter ses petits copains, de la soutenir dans ses moments de douleurs. Mais celui là, je pouvais faire une croix dessus. Ces saletés d’étrangers m’avaient enlevé mon rêve, la chair de ma chair. Mon rêve c’était transformé en haine. Et je n’avais plus qu’un seul fantasme, les éliminer tous de la surface de la Terre. Que le gouvernement cesse de les voir comme des êtres mais comme des monstres et leur donner le sort qu’ils méritent. Osef de leur sang, de leur biologie étrange.
Si leur mur tombe, si on leur enlève leur prison ils envahiront nos rues et s’en prendront à nous. Je n’ai pas peur de grand-chose, je n’ai plus rien à perdre mais ma plus crainte c’est que le Secteur ne soit plus qu’un souvenir.



Tell me baby, what's your story ?

2010


I'm on a highway to hell
On the highway to hell
Highway to hell
I'm on the highway to hell


La mythique chanson d’AC/DC retentissant dans la voiture, avec en plus ma voix par dessus. J’étais alors bien loin de me douter que cela allait être la vérité, que ma route me conduisait bien vers l’Enfer. A la base j’avais simplement eu un appel de Chloé, mon ex femme. Nous avions divorcé d’un commun accord il y a cinq ans. Nous avions aussi petite fille, Emily, qui avait 10 ans. Contrairement à beaucoup d’anciens couples, nous nous entendions très bien, même mieux que lorsque nous étions ensemble. On s’était connu au lycée, et puis on était tombé amoureux, on s’était marié et moi, je l’avais trompé avec mon travail. J’étais chercheur dans un laboratoire. J’avais toujours aimé la science, découvrir de nouvelles choses et aider à trouver des remèdes pour guérir des maladies. Une passion qui avait bouffé mon mariage mais je m’en sortais aussi très bien sans. Il n’y avait que le fait que Emily habite avec sa mère à Edendale alors que moi j’étais parti vivre à Bâton-Rouge.

Cholé savait cependant que j’étais en congé et m’avait appelé pour que j’aille garder Emily pendant qu’elle allait chez sa mère dans une autre ville. C’était avec joie que j’avais accepté de veiller sur ma petite femme. La bonne humeur était donc au rendez vous tout le long du trajet. Et c’était bien la dernière fois que je le serai.

Emily était partie passer la nuit chez sa meilleure amie, me laissant seul dans la maison de Chloé. Il était étonnant de voir que ses goûts n’avaient strictement pas changé et encore plus de trouver une photo de nous trois, encadré dans le salon. Nos premières vacances à la mer. Emily avait trois ans à cette époque et elle avait essayé de creuser un trou assez profond dans le sable pour se mettre dedans. Ces souvenirs m’avait fait sourire. J’étais en pleine nostalgie lorsque l’obscurité de la nuit fût éclairée par quelque chose. Une énorme explosion avait fait trembler la maison. Les alarmes des voitures étaient assourdissantes, rejointes peu après par les sirènes des pompiers et des ambulances. Je sortais sur le pas de la porte, avant d’écarquiller les yeux face à un vaisseau qui venait de s’écraser sur la ville. Ou plus exactement dans le quartier où Emily était censé être.

- Emilyyy

Sans réfléchir, je m’étais mis à courir dans la rue en direction de mon bébé. Je la revoyais sur cette plage, riant, s’amusant comme une folle. Je priais pour revoir encore ce sourire. Edendale était en feu, en panique. Les gens couraient dans tous les sens, étaient pendu à leur téléphone portable. Pourquoi diable est ce qu’on s’était mis d’accord avec Chloé pour ne pas en donner un à note fille ?

Je finissais par arriver devant le barrage de la police, essoufflé. J’essayais de passer mais on me l’interdisait. J’avais beau hurler que ma fille était là-bas, on ne m’écoutait pas. J’avais fini par trouver un moyen de passer avec l’aide d’autres parents. Heureusement que je me rappelais l’adresse que Emily m’avait donné. J’esquivais les brancards, regardant si il s’agissait d’elle mais impossible de voir les visages. Je tentais de deviner par rapport à la taille. Je n’avais pas envie de finir comme ces parents en larmes. Je voulais retrouver ma petite fille et sa joie. Tout ce que je trouvais c’était une maison en ruine. Je ne savais pas quelle tête avait la meilleure amie de ma fille ni les parents mais il n’y avait aucun civil aux alentours. Je finissais par entrer dans ce qui restait du bâtiment. La boule au ventre en imaginant tomber sur son corps sans vie sur le sol.

Sans aucun succès, je sortais de la maison avant de me faire alpaguer par un ambulancier.

- Monsieur, est ce que tout va bien ? Monsieur ?

Il commença à me secouer gentiment l’épaule pour me faire réagir. Je finissais par lever les yeux vers lui.

- Où est ma fille ?

- Votre fille ?

Je sortais mon téléphone, lui montrant une photo d’Emily. Son regard rempli de pitié me donnait envie de lui foutre un pain. Il m’expliqua qu’ils n’avaient pas encore procédé à l’identification des corps mais que je ne devais pas perdre espoir. Je lui confiais alors mon numéro de portable et une photo avant d’être ramené à la frontière du sinistre. Même si il m’avait dit de ne pas perdre espoir, je le sentais que j’avais perdu une partie de moi. Le regard posé sur le vaisseau, je criais alors vengeance.

2020


- J'ai entendu dire que le gouvernement serait en train mettre en place un programme pour insérer les atriens dans notre ville

- Mais ils sont fous ?! On peut pas laisser ces aliens déambuler chez nous !

Cela faisait dix minutes que j'écoutais mes voisins de bar, qui discutaient bien assez fort pour que je n'ai pas à tendre l'oreille. La prise sur mon verre s'était renforcé face à la rumeur concertant les extraterrestres. Ils ne devraient même pas être enfermé à l'air libre mais croupir six pieds sous terre. J'avais eu l'aubaine d'en frapper quelques un, des assez bêtes pour sortir au nez et à la barbe des policiers qui gardaient le Secteur. Même si cela me faisait un bien fou, ça n'éteignait pas ma rage. Et ça ne me rendait pas ma fille. J'étais coincé depuis dix ans dans cette ville, dans la maison de mon ex. Cholé avait été effondré lorsque je lui avais annoncé pour Emily. Heureusement, elle pouvait compter sur sa mère. Moi j'avais personne pour me soutenir, seulement ma haine.
Je passai du temps enfermé dans mon nouveau laboratoire dans cette ville. Comme je ne pouvais pas retourner à celui de Bâton-Rouge, j'avais été muté temporairement.  

Je terminais mon verre cul sec avant de sortir du bar, rabattant la capuche sur ma tête sous ce temps pluvieux. Alors que je marchais dans la rue pour rentrer, deux hommes m'avaient entourés. Je n'avais vraiment pas envie de me battre là, tout de suite. Mais ils me laissèrent comprendre qu'ils n'étaient pas venu pour ça. Je les avaient suivis dans une ruelle, à l'abri des regards. Ils s'étaient mis à me parler des Atriens, en mal. Du danger qu'ils étaient pour la Terre et je ne pouvais qu'être plus d'accord avec eux. Je n'avais pas l'intention de m'allier avec qui que se soit, mais pour leur faire plaisir, je répondais que j'allai y réfléchir.

Dans le mois suivant, je tombais sur une conversation au laboratoire entre deux de mes collègues. La rumeur sur le PIA se renforçait au sein des habitants et aussi sur mon lieu de travail. Je serrai dans ma poche le numéro que m'avait laissé les deux hommes l'autre jour. A peine rentré chez moi, je tapais le numéro sur mon portable pour un rendez vous. Si le PIA devait se faire, ils devraient y avoir quelqu'un pour l'arrêter.

2024


- Et qu'est ce que tu fais dans la vie ?

- Je suis chercheur dans un laboratoire

- Oh, c'est intéressant ça...

J'étirais mes lèvres pour un sourire. Cible vu, cible attaqué. Le plan marchait à la perfection. Membre actif des RH, j'étais souvent envoyé pour séduire les femmes et parfois les hommes. Ma mission consistait à récupérer une clé USB que ma chère interlocutrice ne quittais jamais, placé dans son sac. Je n'avais donc qu'à lui offrir une nuit épuisante pour profiter de son sommeil. Cela faisait plusieurs jours que je l'observais.

Après un dernier verre je la raccompagnais chez elle. Becca, c'était son nom, se tournait vers moi. Sa main glissant sur ma veste avant de me demander :

- Tu me fera visiter ton laboratoire la prochaine fois ?

- Si ça peut te faire plaisir

J'attrapai sa main, l'attirant contre moi pour fondre sur ses lèvres. Elle jouait avec moi mais ce qu'elle ne savait pas, c'était qu'elle était elle même mon jeu.

Je regardais son corps endormie, vérifiant qu'elle dormait profondément avant de me lever doucement du lit. Je récupérais mes vêtements avant de les enfiler. Je n'avais plus qu'à récupérer la clé. Ce n'était pas contre Becca, mais la comédie avait besoin d'être stoppé par tous les moyens.
Je quittais discrètement l'appartement avant de me rendre au QG pour signaler le succès de la mission.
Avec quelques heures de sommeil à mon compteur, mon arrivée au laboratoire fut stoppé par mon supérieur qui voulait me voir dans son bureau. Bon en vérité une fois là bas, ce n'était pas du tout lui mais un envoyé du PIA. Il était question que je travaille pour eux. Ils avaient lu mes thèses et avaient été impressioné par ces dernières. Bien évidemment, tout cela devait rester secret et avec un bon petit salaire qui ferait rêver plus d'une personne. Une aubaine pour le RH que j'étais d'aller voir tranquillement chez l'ennemi. C'était donc sans surprise que je fut envoyé en inflitration là bas par notre bras droit.

Je n'étais pas sur d'être un bon professeur, mais c'était tellement plaisant de voir des atriens se faire harceler par les jeunes humains. Même si je devais me montrer dur envers ceux qui ne les respectaient pas, intérieurement je jubilais.


Et toi ?

Pseudo : Elo
Age : 25 ans
Comment as-tu connu le forum ?
Par des petits loukoums et j'en suis à mon troisième bébé  agagaga
Un commentaire  ?
Mort aux atriens  Boom bébé
Code :






_________________
IN THE SHADOWS ✽

I can feel it in my bones, in my bones
Hear it rumble like a drum, like a drum
Like a vapor in the wind, in the wind
You never see us creeping in, creeping in


Dernière édition par Dwayne Hogan le Sam 25 Juin - 18:02, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Lun 13 Juin - 17:29

T'es humain alors je t'aime, c'est un principe chez moi ! agagaga

Welcome ! ronde

_________________

Bro, come back to me...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il est divin

ID card
Tribu & Clan : Je monte mon propre clan mwa môsieur
Double compte : Alvin, Ruby & Winnie
Célébrité & Crédit(s): Jude Law & Absynth Abusive
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Lun 13 Juin - 19:53

Ce prénom même si pour moi il rester Peter ♥ à moi

(re)Bienvenue piment piment J'ai pas le bon compte pour te souhaiter la bienvenue mais la Winnie en moi est plus qu'enthousiaste de te rencontrer biloute

Hâte de te lire ma chouquette ♥️

_________________
Je suis un homme comme eux

⋆ À genoux devant Dieu ⋆


Pour toi j'ai pardonné. Pour toi j'ai fait le bien. Pour toi j'ai écouté leurs secrets mais le mien un peu plus chaque jour devient de plus en plus lourd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Allez, balance, qui t'as recruté ?
Double compte :
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Lun 13 Juin - 20:56

Cora : Moi aussi je t'aime alors à moi Gloire aux humains et mort aux atriens la mort aux trousses

Isa : J'ai hésité à l'appeler Peter XD Mais ça aurait remplie de nostalgie ^^
J'ai hâte de rencontrer Winnie

_________________
IN THE SHADOWS ✽

I can feel it in my bones, in my bones
Hear it rumble like a drum, like a drum
Like a vapor in the wind, in the wind
You never see us creeping in, creeping in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Lun 13 Juin - 21:14

Re-re-bienvenue à moi à moi à moi à moi

Trop hâte de voir ce que tu vas faire de ton bonhomme, ENFIN LES RENFORTS ANTI-ATRIENS SONT ARRIVES

_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Allez, balance, qui t'as recruté ?
Double compte :
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Lun 13 Juin - 21:20

Ouais parce que là ça craint quoi ! Je veux du sang d'extraterrestre sur les murs piment
Et je remonte aussi le niveau de beau gosse attitude, parce qu'il est bien bas Like a boss

_________________
IN THE SHADOWS ✽

I can feel it in my bones, in my bones
Hear it rumble like a drum, like a drum
Like a vapor in the wind, in the wind
You never see us creeping in, creeping in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Prodinas
Double compte : Alvinou & Winnie
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Ven 1 Juil - 19:39

Pauvre Emily pleure Mais c'est pas de la faute des atriens voyons, ils cherchaient une place et sa maison semblait agréable c'est pas mwaaa


Bienvenue sur Blazing Star !



Bravo, tu as déjoué les plans machiavéliques des admins, et te voilà donc officiellement validé(e) et habitant(e) de Edendale ♥️

Ton groupe lié à ta race te sera mis très rapidement et si on te met un rang chelou, dis toi que c'est une marque d'affection

Mais ton périple ne fait que commencer mon jeune Padawan, tu as encore quelques étapes à franchir avant d'avoir la parfaite panoplie de l'Edendalien.

Tout d'abord si ton poste ou ton clan le justifie, n'oublie pas de faire ta demande d'accès ici. Cela te permettra de consulter et poster dans les forums aux accès restreints.

Avant de te lancer dans les folies du rp, nous te conseillons également de compléter ta Card ID dans ton profil et si tu le souhaite, faire une demande de rang et de logement/lieu de travail. Puis de créer ta fiche de lien, ta chronologie et ta fiche télécom. Tu peux également faire une demande de RP si tu veux trouver un partenaire.

Si le coeur t'en dit, va donc faire un tour du côté de nos prédéfinis, si certains t'inspirent, n'hésite pas à nous envoyer un petit mp pour proposer des liens entre ton perso et les prédefs

Enfin, n'oublie pas que tout Edendale se mobilise en ce moment pour retrouver le coupable de l'explosion de la Maison Hantée. Si toi aussi tu veux participer à l'enquête, c'est par ici que tu trouveras les informations nécessaires pour démarrer.

Et le mot de la fin :
Amuse toi à fond les ballons sur BS




BLAZING STAR

_________________
For a better day

⋆ Deux mondes, une seule famille ⋆


I sang the song for the little things magic call, but the joy you bring running it down the line. Wish you could find that love is a fragile thing, magic call from a pretty thing maybe it might be time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Allez, balance, qui t'as recruté ?
Double compte :
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   Ven 1 Juil - 20:02

Merci le traître Ricannement

_________________
IN THE SHADOWS ✽

I can feel it in my bones, in my bones
Hear it rumble like a drum, like a drum
Like a vapor in the wind, in the wind
You never see us creeping in, creeping in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dwayne Hogan - Monsters, stuck in your head
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» Hogan Foth [Soldat nain]
» Sgt Brad Vs John Dwayne
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: FRONTIÈRES DE LA VILLE :: Your name, sir ? :: Bienvenue à bord-
Sauter vers: