Partagez | 
 

 Rêvons le monde, menons la fronde {Alana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Call me Frankenstein

ID card
Tribu & Clan : Wanelace / Trag flirtant avec les Red Hawks
Double compte : Rubens & Winnie
Célébrité & Crédit(s): Iwan Rheon / Lea ♥
MessageSujet: Rêvons le monde, menons la fronde {Alana   Sam 19 Mar - 21:08



Tu joues les soldats
Je suis ton salut


Il la connaissait d'avant mais c'est sur le campus qu'il la vit, qu'enfin, il la remarqua. Une démarquée, comme tant d'autre avant elle et après elle. Enlever les marques de ses congénères au nom des trags, ce fut au début un honneur, c'était maintenant un travail à la chaîne qui manquait de piquant tant il le maîtrisait. Honnêtement, Alvin n'avait pas assez de conscience professionnelle pour veiller au bien-être de ses chers démarqués. Pas tous en tout cas car à son meilleur ami il a toujours veillé à lui offrir le meilleur suivit qu'un médecin puisse donner à son patient ; à Cyann sa presque fille, il avait un œil sur elle. Une étudiante démarquée, comme Alana. Aussi, quand il veillait au bonheur de Cyann, Alvin remarqua inévitablement celui d'Alana. Il ne savait pas grand-chose d'elle, mais à force de l'étudier il commençait à se faire un portrait de l'atrienne. Il y avait un monde entre ce qu'elle était côté humain et ce qu'elle était lors des réunions trags. Comédienne hors pair. Un sourire se dessine sur le visage de l'enseignant, Alvin jette un dernier regard sur la fenêtre puis s'en alla. Elle est comme lui, une trag née pour la comédie, pour le jeu. Si elle pouvait utiliser à bon escient ce don de la Nature, elle pourrait faire de bien plus grande chose qu'être le larbin d'Anastasiar… il avait besoin de recrue.

Alvin visait l'annihilation pur et simple du système tel qu'il était. Lui, il voulait simplement se venger d'Anastasiar en le renversant mais il avait une dette bien plus grande, une dette qui surpassait ses propres ambitions. Alvin devait la vie à Leandra et Leandra voulait que les atriens, sans exception, périssent. L'extinction de sa propre espèce, voilà ce que la jeune femme souhaitait… et lui, il allait l'aider à réaliser son rêve. Avec quelque nuance évidemment, contrairement à son anti-atriens de meilleure amie, lui, il avait des atriens qui comptaient. Leandra finira par entendre raison, son plan à lui était bien meilleur : plutôt que de détruire la race des atriens et vivre façon humain, ils allaient choisir les gens qui méritaient de vivre dans le Edendale de demain. S'ils se débrouillaient bien ils pouvaient placer des pions au sein même du PIA et donc du gouvernement, ainsi c'était carrément le gouvernement américain qu'ils pouvaient viser… L'ambition d'Alvin n'avait pas de limite mais aussi mégalomane était-il, il avait conscience que sans allier il n'irait pas loin.

Ses pas claquaient sur les marches, il saluait en souriant quelques visages connus, quelques collègues, mais ne ralentissait pas le rythme. Il lui fallait des allier et vite, et c'était à ce moment là qu'Alana entrait en jeu. Plus il l'observait et plus l'atrienne lui plaisait, elle jouait bien mais il y a des jeux qui n'en sont pas. C'était sans aucun doute parce qu'il se retrouvait en elle qu'Alvin avait le sentiment de l'avoir percée à jour : comme lui, elle craquait pour quelqu'un qu'elle ne devrait pas. Lui c'était un atrien et elle, c'était cet humain… Enfin il arriva au rez de chaussé, ouvrit la porte et d'un air assuré, s'en rendit auprès d'Alana.

Excusez moi, je vous l'emprunte.

Glissa t-il à l'humain qui était toujours fourré avec elle, passant son bras sous celui d'Alana. Il était probable que ça jase mais il s'en fichait bien, que ça jase ! Quand ils arrivèrent dans un endroit plus isolé, tranquille, il se posa sur un banc et l'invita à s'asseoir avec lui.

Il est sympa ce gars… il s'appelle comment déjà ? Une pause pour se donner un genre alors qu'un sourire amusé se plaçait au coin de ses lèvres, ah oui Isaac. Peut-être devrait-il être plus sérieux ? Flatter son égo ? La manipuler ? Dis moi Alana, je pourrais te faire la conversation pour que l'on devienne ami, revenir régulièrement à la charge, mais pas trop. Tu vois ce que je veux dire ? Ouais je pourrais faire ça mais je suis pressé par le temps… on l'est tout les deux, Anastasiar veut des résultats. Un silence où il perdit son sourire pour la regarder, calme, de ses yeux clairs. Il était juste ce qu'il fallait de franc, en effet Anastasiar attendait des résultats mais si Alvin était pressé par le temps ce n'était certainement pas à cause du chef. Alors je vais aller à l'essentiel et être franc : tu as ce petit air que tu n'as pas avec les autres quand tu es avec Isaac. Cette fois, le sourire revient, quelque chose entre le complice et l'amusé, alors qu'il se penchait pour lui murmurer : Tu ne craquerais pas pour un humain ?

Il n'avait pas le ton de la confidence, plutôt celui d'une menace sous entendu : si tu craques pour nos cibles, es-tu encore capable de tenir ta mission, Alana ?

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
J'étais (en) Cage

⋆ du vide et du froid  ⋆


C'est des jours entiers à ployer sous un fardeau jamais léger. Avant toi c'est exister à peine, désespérer, que quelque chose advienne Avant toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rêvons le monde, menons la fronde {Alana   Jeu 24 Mar - 20:51


Alvin &
Alana
Rêvons le monde,
menons la fronde
« We could be immortals, just not for long. »Le sourire d’Alana s’effaça lorsqu’elle remarqua qui lui avait attrapé le bras. Elle fit passer cette absence pour de la surprise, se reprenant bien rapidement pour ne pas attirer trop de soupçons. Tout le monde sait pourtant qu’Alana est une étudiante sans problèmes. La parfaite petite humaine… Alors pourquoi avait-elle l’impression que ce geste de la part du démarqué allait la mettre en difficulté ? Pourquoi sentait-elle une ombre naître et obscurcir sa journée ?
C’était pourtant une journée comme les autres, ensoleillée, parfaite pour prendre le déjeuner à l’une des tables de la terrasse de la cafétéria, parfaite pour passer du temps dehors et oublier un peu ses soucis d’atrienne. Car bien que gentille étudiante humaine en apparence, au fond, elle n’en était rien. Une Trag démarquée qui réfute de faire dans les sentiments depuis le crash. Du moins, c’est ce dont elle essaie de se convaincre…
La seule personne qui parvint à remettre en question ses principes est l’un des êtres qu’elle est supposée haïr jusqu’à la fin de son existence. Un humain. Pas n’importe lequel. Isaac… Jamais la jeune femme n’aurait dû le laisser entrer dans sa vie. Jamais elle n’aurait dû céder à ses sourires. Voilà que maintenant elle allait le regretter. Parce qu’Alvin était là. Le démarqueur. Le préféré du leader. Cet atrien qui était parvenu à percer le secret de la visibilité des marques, l’un des acteurs favorables à la vengeance de notre protagoniste, ce Trag qu’elle avait, pendant un temps, respecté pour avoir ouvert une porte aux atriens, et surtout, aux Trags…
Aujourd’hui, à cet instant, elle ne le voyait plus de la même manière, pour la simple raison qu’elle sentait, dans son regard, qu’il l’avait percée à jour. Qu’il avait deviné ce que même elle refusait de s’avouer. Sa fragilité et son hésitation… Elle accorda un vif coup d’œil à Isaac. Ce-dernier avait cet air étonné, se demandant bien dans quelle galère avait bien pu se mettre Alana. Elle lui lança un clin d’œil, ses lèvres se mouvant pour qu’il devine un Garde-moi une place ! Sachant que si elle souriait et agissait normalement, alors il ne se ferait pas un sang d’encre pour rien. Du moins, c’est ce qu’elle pensait et espérait.
Ce sourire innocent et amusé disparut de nouveau lorsqu’elle fut seule avec l’atrien. Une expression tout autre prit possession de ses traits. Distante, méfiante et quelque peu ennuyée d’avoir ainsi été mise en difficulté par son geste. Elle resta debout lorsqu’il s’installa sur un banc, croisant ses bras sur sa poitrine pour se donner contenance. Il n’était pas n’importe qui parmi les Trags, elle le savait et s’il venait à elle, ce n’était certainement pas pour parler du beau temps... Il suffit qu’il prenne de nouveau la parole pour que ce qu’elle avait craint s’avère vrai, tentant de ne pas serrer la mâchoire quand la question tomba. Quand il s’intéressa à Isaac…
Elle resta silencieuse, cette expression neutre, quelque peu hautaine, fixée à son visage. Ce masque lui permettant de parer ses sentiments… Il avait ce sourire qui ne la rassurait en rien, même si au fond, elle espérait réellement qu’il s’amusait juste d’elle et allait enchaîner sur un autre sujet, allait lui faire part d’une dépêche du leader des Trags, quelque chose d’important qui justifierait que Jakël ne lui en fasse pas part. Elle espérait. Acte inutile et puérile puisqu’elle ne fut en rien rassurée lorsqu’il prit une nouvelle fois la parole. Un air bien moins amusé flottant sur son visage et s’emparant de la tonalité de sa voix. Vint ensuite la question qui lui serra la gorge. Ne craquerais-tu pas pour un humain ?
Se ressaisir maintenant ou bien Alana sera fichue. Qu’il est complexe d’être ainsi tiraillée. Les sentiments ne sont définitivement pas pour elle… Bien niaise de penser qu’elle pourrait s’en débarrasser si facilement… Elle se reprit, silencieusement avant de balancer de son air hautain et ennuyé d’avoir été ainsi dérangée : Parce que tu penses que venir me prendre à part de la sorte aide ? C’est plutôt me mettre en difficulté. Grommela la jeune femme. Rejeter le blâme, facile, mais pour l’instant c’est tout ce qu’elle avait. Son cerveau travaillait à pleine vitesse, tentant de rejeter ce qu’elle savait. Qu’il avait raison, qu’elle traînait et ça la dégoûtait d’elle-même. Si je vais trop vite et bâcle ma mission alors toutes ces années passées à installer cette couverture et ce personnage… Dit-elle en revêtant son sourire d’humaine pour le perdre la seconde suivante en reprenant : Seront ruinées. Je ne pense pas que Monsieur notre leader souhaite cela non ? Elle évitait de répondre à sa question. Est-ce qu’elle craquait pour Isaac ? Quant à l’humain… Il ne sert qu’à ma couverture. Affirma-t-elle d’une voix assurée, tentant surtout de se convaincre elle-même. Tu n’as rien de mieux à faire que de venir critiquer mon travail ? Anastasiar n’a rien à te faire faire de plus intéressant ? C’était sûrement jouer avec le feu, mais elle n’appréciait pas être ainsi visée et accusée. Oui, elle hésitait, oui elle était lente depuis son rapprochement avec Isaac et elle était la première à s’en blâmer. Que quelqu’un d’autre le fasse ne l’aidait pas et surtout, l’inquiétait de plus belle…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Call me Frankenstein

ID card
Tribu & Clan : Wanelace / Trag flirtant avec les Red Hawks
Double compte : Rubens & Winnie
Célébrité & Crédit(s): Iwan Rheon / Lea ♥
MessageSujet: Re: Rêvons le monde, menons la fronde {Alana   Mer 30 Mar - 15:59



Tu joues les soldats
Je suis ton salut


Certains étaient adorables, généreux même, désireux de mettre autrui à l'aise et étaient heureux de créer un climat confortable. Ces gens-là n'étaient pas Alvin, lui, il prenait plaisir dans le mal-être. Ses bras croisés sur sa poitrine, la ligne inexpressive de son visage, c'était ça qui l'amusait, ça qu'il recherchait. Alana, aujourd'hui c'est avec toi que je joue. Oui, je te mets en difficulté et, ma foi, j'adore ça. Le sourire amusé n'est même pas discret. Néanmoins, même s'il ne perdait en rien son air narquois, Alvin devait lui reconnaître d'avoir raison. Se précipiter s'était se perdre… cependant il n'avait pas le temps d'attendre. Se penchant en avant, il leur imposa le silence pour préparer la suite, pour qu'une atmosphère lourde les imprègne et oriente la conversation telle qu'il la souhaite.

Anastasiar n'a rien à voir avec ma présence ici.

Pas de sourire en coin cette fois, le visage lisse, le regard sombre, il se tait une nouvelle fois. Ah qu'il aime ces silences, créer l'attente, la savoir soumise à ses caprices. Que va t-il dire ? Il le dira s'il le souhaite… que pense t-il ? Il partagera la pensée s'il en a l'envie… exaspérant à souhait, Alvin posa son menton sur le dos de ses mains. Allez, je suis magnanime, je vais tout te raconter.

Il faut dire qu'Anastasiar n'a pas grand-chose à faire ici depuis sa maison. Son regard coule sur le côté, invitation à regarder ce Secteur qu'il ne nommera pas. On ne sait jamais, les arbres ont peut-être des oreilles. Il revient à elle, expliciter son idée, la détailler, allez Alana fait que je me sois pas trompé sur toi et que tu sauras m'entendre… On l'aide avec ardeur mais dans les faits… Il ne peut rien. Tu pourrais décider de tout gâcher, je pourrais choisir d'arrêter mon travail et de vivre ici que ça ne changerait rien. Il n'a pas le pouvoir ici. Entend moi, Alana. Voit où je veux en venir, comprend ce que je dis, ce chef dont tu parles n'est rien de plus qu'un atrien avec un peu de pouvoir. Simplement un pauvre petit chef mais qui, hors du Secteur, est réduit au rang d'atrien, soumis aux lois humaines. Alors que toi et moi, où qu'on aille, on est libre. On est complètement libre de nos actes, où que l'on aille. Secteur, Edendale, la ville est notre terrain de jeu Alana.

Alvin quitte son banc, ses mains se rejoignent devant sa bouche, geste de réflexion alors qu'un index tapote sa bouche. L'agaçant démarqué s'en va tourner autour d'elle, marchant lentement mais l'encerclant pour qu'elle ne lui échappe. Tel un prédateur face à sa proie, il sent son odeur, observe ses courbes, se fichant bien qu'un tiers remarque l'étrange scène. L'enseignant effleure l'élève, l'homme abuserait-il de son statut pour la séduire ou alors il y a là idylle interdite ? Qu'importe, tu ne serais pas la première à me donner cette réputation sur des faux-semblants.

Dis moi, quand on recevra l'ordre de mettre le feu, que choisiras-tu ? Regarder ton Isaac brûler, ce n'est qu'un pantin pour ta couverture n'est-ce pas ? Ou ne pas obéir à Anastasiar et choisir de sauver l'outil, après tout, tu connais bien Edendale. Silence, il s'arrête à ses côtés pour murmurer. Tu es mieux à même que ces atriens de juger si Edendale doit brûler, et qui doit payer pour le sang de nos chers disparus.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
J'étais (en) Cage

⋆ du vide et du froid  ⋆


C'est des jours entiers à ployer sous un fardeau jamais léger. Avant toi c'est exister à peine, désespérer, que quelque chose advienne Avant toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rêvons le monde, menons la fronde {Alana   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêvons le monde, menons la fronde {Alana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rêvons le monde, menons la fronde {Alana
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: EDENDALE - Zone Humaine :: Campus Artmain :: Marshall University-
Sauter vers: