Partagez | 
 

 Ils n'avaient pas conscience, comme peuvent marquer les blessures de l'enfance. [Jez ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Prophète sans adepte
MessageSujet: Ils n'avaient pas conscience, comme peuvent marquer les blessures de l'enfance. [Jez ♥]   Ven 29 Jan - 18:41


Il faudra reprendre la route
Devenir humain coute que coute
C'est ça être humain ? J'en doute.

Ludabel

« Hey l'hybride ! Vous êtes foutus comme les sirènes ? Mi-homme en haut, et avec une putain de queue de gonzesse qui scintille dans l'eau en bas ? »

Je levai les yeux au ciel. Vulgaire, débile, et inculte, ce type cumulait à peu près tout ce qui faisait que des fois je me demandais bien ce qu'il y avait à sauver chez cette race. Ça faisait maintenant un petit moment que ce grand gaillard avait décidé de s'en prendre à moi. De toute évidence, ça l'amusait, et sa bande de copains mono-neurone aussi. En cours j'arrivais à peu près à l'ignorer en focalisant toute mon attention sur ce que disait le professeur -quand il n'était pas lui-même profondément débile ou chiant ou les deux. Mais là, à la cantine, la purée de carotte n'avait jamais réussi à me captiver suffisamment pour que je puisse zapper Ronald et compagnie. Ouais, il s'appelait Ronald, comme le clown flippant du fast food, et il était tout aussi ridicule que lui.


« Tu réponds pas ? Hey les gars, c'est quoi déjà le proverbe ? Qui ne dit rien est d'accord ! »


« Qui ne dit mot consent »

Le corrigeai-je, plus par automatisme qu'autre chose. Je ne comptais pas sur lui pour s'en rappeler. J'avais empoigné mon plateau et m'étais levé, prêt à partir ailleurs et les laisser en plan. Mais Ronald n'avait visiblement pas envie d'arrêter maintenant. Ses sbires s'étaient mis en arc de cercle autour de moi pour m'empêcher de passer. Au loin, je voyais les surveillants garder un œil sur nous pour intervenir si ça s'envenimait. Ils auraient déjà pu agir selon moi, mais non, voir l'hybride se faire harceler, ça ne leur posait pas problème visiblement. Je savais ce qui me restait à faire. Je reposai mon plateau sur la table, et commenças à remettre sur la table tout son contenu, comme si je comptais m'installer à nouveau l'air de rien.

« Pour la queue je sais pas, mais ce qui est certain c'est que j'ai bien récupéré quelques spécificités atriennes »

J'esquissai un petit sourire en coin qui, je le savais, allait énerver ce cher Ronald.

« La force atrienne par exemple »

Je ne savais même pas si c'était vrai. Je n'avait pas tellement l'occasion de me battre en fait. Mais même si c'était faux, je faisais de la muscu, ça devait bien servir à quelque chose. Honnêtement, je ne crois pas que Ronald ait eu le temps de me voir venir avant de se prendre le coup. J'avais brandi le plateau maintenant vide et l'avais rabattu de toutes les forces sur la tête de ma cible. Ca du faire son effet puisque le grand gaillard commença à partir en arrière, et fus de justesse rattrapé par ses copains. Ceux qui n'étaient pas occupés à le réceptionner marquèrent un temps de stupéfaction avant de retrouver leurs esprits et de bondir sur moi. Je ne dus mon salut qu'à l'intervention des surveillants. Ah bah, pas trop tôt...

---

Après un court passage à l'infirmerie pour me coller des pansements un peu partout sur le visage -alors qu'un peu de cyper et hop, c'était réglé- puis dans le bureau du proviseur, je me retrouvai donc en colle. Ils avaient tenté d'appeler ma mère qui, bien entendu, n'avait pas répondu. Le fait que le numéro de téléphone renseigné pour elle dans mon dossier soit en fait MON numéro y était probablement pour quelque chose. Ma mère ne voulait rien avoir à faire avec l'école. Ils avaient ensuite essayé de joindre Hayden sans succès. Quand il travaillait, il ne consultait pas très souvent son téléphone. Je le soupçonnais d'avoir mis une sonnerie spéciale pour Jez et moi, car à chaque fois qu'on l'appelait, il répondait toujours. A cours de personne à prévenir -Isaiah n'était pas répertorié dans mon dossier- ils m'avaient envoyé en retenue en attendant de pouvoir trouver une sanction digne de ce nom. Un des surveillants, le seul qui, je crois, m'aime bien, m'avait au passage fait remarquer que j'avais agi de manière stupide à attaquer le premier. Il était sympa ce surveillant, mais un peu neuneu. Si je n'avais pas mis le chef hors d'état de nuire dès le départ, j'aurais encaissé beaucoup plus de dégâts. Accoudé à la table, je laissai mes yeux vagabonder un peu partout sauf sur le devoir de colle qu'on m'avait laissé, au cas où je m'ennuierais... Ben voyons. Nous étions une petite dizaine dans la classe. Essentiellement des petites frappes, et puis 2/3 têtes encore inconnues, pas des habitués des retenues, pas comme moi. C'était même marqué sur mon relevé de notes, "passe plus de temps en salle de retenue qu'en salle de cours" mais comme personne ne lisait mon relevé ... Hayden avait bien demandé à le voir mais ça faisait 3 mois que je le tenais en haleine avec des "Merde, je l'ai encoooore oublié à la maison". Il n'était pas dupe, mais il n'avait pas non plus envie de passer chez moi et de tomber sur ma mère ou Isaiah. Ca m'arrangeait.

Le bruit de l'ouverture de la porte me sortit de ma torpeur, et je me tournai vers elle, curieux de voir qui serait notre prochain compagnon d'infortune. Ou compagne, devrai-je dire. Mes yeux s'arrondirent un peu en reconnaissant ma jumelle dans l'ouverture de la porte. Ouais, c'était bien elle, Jezabel en chaire et en os. Qu'est-ce qu'elle fichait en colle ? Je fronçais les sourcils alors que j'imaginais déjà le pire. Si quelqu'un avait emmerdé ma sœur c'était bien plus qu'un plateau dans la gueule qu'il allait se prendre. Je lui jetai un regard interrogateur, me demandant si elle était elle-même en retenu ou si elle était là pour moi. J'en profitai aussi pour m'assurer qu'elle avait l'air ok. Elle n'avait pas un tas de pansements sur le visage comme moi, ce qui en soit était déjà plutôt bon signe.

« Mademoiselle Schacksfil, vous désirez ? »

L'interrompit sèchement le surveillant, ayant finalement remarqué son arrivée.


_________________
In every tyrant a tear for the vulnerable
In every lost soul the bone of a miracle
In every dreamer, a dream, we're instoppable


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ils n'avaient pas conscience, comme peuvent marquer les blessures de l'enfance. [Jez ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Limbes, ou, comme quoi, faire des erreurs peuvent engendrer de mauvaises surprises [PV]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: EDENDALE - Zone Humaine :: Campus Artmain :: Marshall High School-
Sauter vers: