Partagez | 
 

 Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Shut up and dance with me ♪
MessageSujet: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   Sam 12 Déc - 22:56


Jezabel Ellyas Shacksfil

ft Lauren Cimorelli


Identité

Prénom(s) : Jezabel est son premier prénom, celui là même qu'elle porte depuis toujours. Elle n'a jamais trouver le courage de le changer. Ellyas lui fait office de second prénom et il lui arrive de l'utiliser... Quand elle le veut.
Nom : Shacksfil est le nom qu'elle porte présentement. Celui qui la défini, celui qui la décrit, mais ce n'est pas le sien.
Age : 15 ans
Date de naissance :
Etat civil : Célibataire
Race : Elle est Hybride, née d'une mère humaine et d'un père Atrien.
Métier : Collégienne
Clan : En bonne petite Hybride, elle œuvre à temps partiel pour le PIA, entre l'école et ses propres ambitions.

5 mots qui vous définissent le mieux : Explosive, Amicale, Bavarde, Insouciante, Susceptible
Votre ambition : Jezabel, elle rêve de plusieurs choses. Elle est une grande rêveuse, un brin utopiste. Et elle rêve, non pas seulement pour elle, mais également pour les autres. Ses ambitions varient avec son humeur et avec le temps. Certes, elle aimerait tellement pouvoir dégager son frère de l'emprise de leur mère, mais c'est une tâche qui lui semble impossible. Du moins par moment car lorsqu'elle s'y met, elle y croit, elle travaille d'arrache-pied pour y arriver, mais au moment où Luderik lui tombera sur les nerfs, elle laissera tomber la cause pour un moment et se concentrera sur ses propres ambitions, sur ce qui est bon pour ELLE. Alors, elle danse. Elle écoute de la musique, elle chante parfois pour se perdre dans cet univers, mais surtout, elle danse. Et elle aimerait bien pouvoir un jour laisser sa marque dans cet univers qui la passionne tant. Elle rêve de grandeur, elle rêve de faire une différence, de vivre ses propres rêves. Mais elles souhaite également créer un monde l=meilleur pour les gens comme elle et Luderik. Car elle sait qu'elle n'a pas sa place, du moins pas pour l'instant. Mais avec le PIA et les Prodinas, il y a peut-être une chance d'un jour faire une vraie place aux Hybrides.  


Reveal yourself
Explosive. Il s'agit sans doute du mot qui décrit le mieux Jezabel, explosive. Hybride, curieux mélange entre la race humaine et le peuple d'Atria, elle fait parti de ce très petit groupe à être métissé de la sorte. Ils sont peu, ils ne sont pas nécessairement aimé, pas nécessairement détesté non plus. Vivre sur une ligne, déchirée entre deux peuples, une seule erreur peut t'attiser les foudres de l'un des deux groupes et pourtant... Pourtant ça ne l'a pas influencer du tout. Il faut dire que la gamine à un caractère bien trempé.

De nature douce, Jezabel est une jeune fille amicale, souriante, un brin naïve qui aime profiter de la vie. Elle est bavarde comme pas possible, un vrai moulin à parole que personne ne peux arrêter avec une curiosité hors du commun. Même si elle est hybride, elle n'a pas peur d'aller vers les gens, de prendre sa place. Elle est amusante, amicale, attachante. De bonne compagnie, un rien peut la faire éclater de rire, un détail la faire sourire et un seul mot peut l'attendrir. Elle cherche la compagnie, elle n'aime pas vraiment rester seule très longtemps. La solitude, ce n'est pas sa tasse de thé.

Mais il y a un revers à toutes médaille. Explosive. Elle est également ce genre de personne impulsive. Non pas du genre à se jeter dans la gueule du loup, mais plutôt imprévisible. Car on ne sait jamais quand elle peut mal réagir. Susceptible, elle réagit au quart de tour et s'énerve rapidement. Il faut savoir comment lui parler. Il faut savoir comment l'aborder, mais si on ne fait pas de faux pas la première fois, l'enthousiasme et l'amabilité règnent en maître chez elle. Elle vit sa vie.

Sa plus grande peur ? Certains pourraient croire qu'il s'agit des Red Hawks ou des Trags, mais il n'en est pas.  Elle connait l'existence des deux groupes, mais sans plus. Certes, en tant qu'enfant des deux peuples, elle se retrouve dans la zone rouge, elle le sait bien. Insubordination, inacceptable petite chose qui n'aurait jamais mérité sa place sur Terre. Elle sait qu'il faut se méfier, elle sait qu'ils ne la porteront jamais dans leur cœur, mais elle sait surtout que les gens ne sont pas tous comme ça. Alors elle à tendance à relever la tête, à balayer  l'idée de l'existence de ces extrémistes et à reprendre sa route sur les sentiers de la vie. Elle est brave la petite. Un peu trop parfois, mais Les Red Hawks ou les Trags, ce n'est pas le plus grand danger. Non, sa vraie peur, c'est sa mère. Cette femme qui a voulu sa mort. Cette femme un peu folle qui a encore une trop forte emprise sur son frère. Car si Jez à ouvert les yeux sur la réalité, il n'en est pas de même pour Lud et la jeune fille ne le sait que trop bien. Alors elle craint sa mère, elle craint ce qu'elle pourrait faire à Luderik, mais elle craint encore plus ce qui lui arriverait à ELLE si cette femme vennait à la retrouver.

Ses plus grands rêves ? Jez est une passionnée de danse. Elle passe donc beaucoup de temps à répéter et surtout, elle aimerait pouvoir se tailler une place dans cette discipline. Mais bien entendu, quand on est confiné à Edendale, c'est plus difficile. Quand on est hybride, c'est encore pire. Elle aimerait également un monde où Humains et Atriens ne voudraient pas s'entretuer et, par conséquent, un monde où les hybrides auraient leur place.

Elle aime également nager. Ce qui est plutôt logique puisqu'elle a hérité de son père cette tendance qu'on les Atriens à se ressourcer dans l'eau. Elle aime donc également passer un peu de temps à nager ou encore prendre de longs bains le soir.


Tell me baby, what's your story ?

Elle poussa un léger soupir, la petite Jezabel. se laissa glisser le long du mur, jusqu'à ce retrouver assise au sol. Il y avait très peu d'achalandage dans la bibliothèque et ça plaisait bien à la jeune fille qui, après avoir donné son éternel coup de main pour replacer les livres, allait pouvoir profiter de la quiétude des lieux pour lire et se détendre un peu. Il faut tout de même avouer qu'à force de vivre avec un bibliothécaire, lire devient un passe-temps évident. Elle allait attraper le dernier roman que lui avait conseiller son "père adoptif" lorsqu'elle remarqua le cahier noir au fond de son sac. Ce livre, elle ne le connaissait que trop bien. Elle l'avait longtemps craint, mais elle n'avait jamais trouvé de courage de s'en débarrasser, alors depuis ses sept ans, elle le trimbalait avec elle, ne l'ouvrant pas et souhaitant que jamais personne ne le trouve. Ce carnet contenait trop de secrets qui pourraient changer la vision que les gens avaient d'elle, mais surtout de son frère. Et ça, elle ne pouvait pas le permettre. Jezabel lança un rapide regard autour d'elle et, voyant que les lieux autour étaient déserts, elle sortit le cahier de la controverse. Pas très haut, pas trop épais, la couverture noire d'encre ne laissait rien paraître de son contenu, il n'y avait aucun titre, aucune indication. les pages jaunies avec le temps et les voyages. À l'intérieur, les pages étaient recouvertes d'une fine écriture dont les mots avaient commencés à s'effacer, d'une encre desséchée. La jeune fille l'ouvrit à une page au hasard, quelque part après le milieu du carnet. Elle avait déjà lu les premières pages bon nombres de fois. Mais elle s'était toujours arrêter au même passage, celui de la naissance d'Ulyssia, sa tante inconnue. Cette tante qu'elle ne connaissait que de nom, car elle n'avait jamais aventuré sa lecture plus loin que ce passage qui avait été le plus grand bouleversement dans la vie de sa mère. Cette fois, elle allait plus loin, mais au hasard, qui sait ce qu'elle allait y lire ?

2007, la date exacte n'a aucune importance, c'est le futur qui compte le plus...
Cher journal,  

Je n'arrive pas à y croire. Ils m'avaient pourtant formé pour être Volvä, c'était bon droit, c'était MON avenir. Moi qui avais cru qu'ils auraient un peu de respect pour moi, qu'ils penseraient un peu à moi. J'avais cru que peut-être, pour une fois, ils auraient pu faire une exception, qu'ils auraient le courage de faire une entorse à leurs stupides traditions, car c'est à MOI que revenait ce rôle. Cette petite peste d'Ulyssia à tout gâcher. Mais elle ne paie rien pour attendre. Ces gens qui m'ont un jour traité comme leur fille, mais qui ne sont à présent que de purs inconnus n'y comprennent rien. Ils ne sont plus rien pour moi à présent. Ils m'ont trahie. C'est une déception, car je croyais qu'ils comprendraient que j'étais celle qui devait reprendre le rôle de Volvä. Ils se sont trompés, Ulyssia n'est qu'une imposture. Mais quand ils le réaliseront, il sera trop tard.

Hier, cette vipère à eut 16 ans. Hier, ils ont fait d'elle la nouvelle sorcière de la famille, comme le veut la tradition. La tradition de nos origines nordiques dont je t'ai déjà parler, mon cher journal. Ils ont fait d'elle la Volvä. Et comme la tradition l'exige, personne, ni de moi ni de mes 3 soeurs aînées, ne font plus partis de cette famille. Alors je suis partie, non sans avoir versés quelque larmes, mais je suis partie la tête haute, sans un regard pour cette idiote qui se prend pour une sorcière. Car au fond de moi, je le sais très bien, je suis la Volvä. J'ai cette magie, j'ai ce pouvoir en moi. Et personne ne pourra me l'enlever. Les autres ne comprendrait pas, c'est pour ça que je ne pouvais rester avec elles. Je fait route seule, maintenant. Seule, mais guidée par les esprits, par des forces que seule une sorcière comme moi peut ressentir. Et pendant qu'ils se bercent d'illusions avec Ulyssia, je m'en vais accomplir un destin plus grand encore que ce que l'humanité pourrait songer.

Me voilà donc, après avoir posé mes valises, dans une petite ville de Lousianne, Edendale. Quelque chose de grand s'y prépare ! Quelque chose qui aura un rôle à jouer dans mon avènement en tant que Volvä. Mais je ne peux t'en dire plus, mon cher journal, car les esprits ne m'en ont pas révéler plus. Je sais seulement que ce sera quelque chose de grand.

Askeliane




Jezabel tourna la page, intrigué par cette partie de la vie de sa mère dont elle ne connaissait pas grande chose. Sa mère lui avait bel et bien parler  des traditions de leur famille d'origine nordique. Mais si on lui posait la question, Jez dirait sans hésiter qu'elle est

Américaine, rien de plus. Car si elle devait repasser tout l'historique de ses ancêtres de sang, elle était loin d'avoir fini. Oui, sa mère lui avait parler de cette histoire de Volvä et des autres traditions, elle les connaissait, elle avait grandi dans cet esprit de magie, de sorcellerie. À elle aussi, on avait imposé une voie qui était apparemment dictée par les Grands Esprits, par les Dieux.

Rapidement, Jezabel passa au travers des nombreuses années que sa mère avait passées à Edendale. Son installation en ville, l'arrivée des Atriens, sa grossesse, sa vie avec ses enfants. Elle arriva à la dernière page, sur une histoire qui ne se terminait pas. Sa mère lui ayant toujours enseigné que de tenir un journal était une obligation. les écrits restent, les histoires écrites sont les plus racontées, mais surtout, les traditions sont perpétuées. Mais cette histoire là n'est pas complétée. Il en manque de grandes parties, des détails importants, de cruelles précisions. Jezabel, animée par un désir profond de défouler cette colère qu'elle avait accumulé au fil des pages qui présentait la situation comme la bonne chose à faire, fouilla son sac pour y prendre un stylo. Elle tourna la page et entreprit, comme sa mère le lui avait enseigner, d'écrire sa propre histoire. Ce faisant, elle retournait contre sa mère les enseignements de cette dernière.  

14 octobre 2025
Cher Journal,

Mon nom est Jezabel. Shacksfil. Jezabel Ellyas Jenssen de mon vrai nom. Mais ça, personne ne doit le savoir. Déjà, deux personnes sont au courant, deux personnes de trop, sans doute, mais deux personnes en qui je peux avoir confiance pour garder ce secret. Car il ne faut pas que le monde l'apprenne. Car il ne faut pas qu'elle l'apprenne, elle en particulier.

Je me nomme Jezabel, j'ai 15 ans et aujourd'hui, par ces mots, je met en pratique ce que ma mère m'a toujours dit de faire, écrire. Écrire mon histoire afin que les gens se souviennent de moi, comme elle souhaite qu'ils se souviennent d'elle. Le fait est que personne ne se souviendra d'elle autrement que comme la folle de la ville. Je suis née à Edendale, en Louisiane. Cette ville n'est pas comme les autres, et c'est exactement ce qui fait de moi une personne un peu spéciale. Car à Edendale, il y a ce peuple. Les Atriens. Ils sont tombés du ciel il y a déjà plusieurs années, fuyant une planète en perdition pour s'écraser sur la nôtre. C'est là que tout ce corse.

Ma mère est originaire d'une famille venant d'un pays nordique, immigré aux États-Unis et vivant selon des drôles de traditions. N'importe qui ayant lu ce journal le comprendra, car les pages précédentes racontent l'histoire de ma mère. Je vais vous présenter la dernière partie sous un nouveau jour. Car ma mère n'est pas la seule chose anormale dans ma vie. Car en plus de cette histoire de Volvä, il y a cette aisance que j'éprouve dans l'eau, ainsi que ces quelques marques parsemées sur mon corps que j'arrive assez bien à camoufler. La vérité, c'est que si ma mère vient d'un famille étrange, mon père lui, vient d'une autre planète. Car oui, mon cher journal, je suis une hybride. Ni humaine, mi Atrienne. Oui oui, je suis bel et bien l'une de ces drôle de petites créatures qui attirent la méfiance de la plupart des gens. Et je ne suis pas seule, car il y a mon frère jumeau, Luderik qui est hybride lui aussi.  Du moins, hybride du même âge que moi. Personnellement, j'ai une constitution humaine (un seul cœur et deux poumons) au contraire de mon frère qui à une constitution atrienne, mais nous nous ressemblons sur le fait que nous avons tous deux très peu de marques, ce qui nous permet de passer un peu plus inaperçus dans le monde humain dans lequel nous vivons. Je suis également la seule de nous deux ayant une aisance naturelle dans l'eau et ayant besoin de cet élément pour me ressourcer.

En tant qu'hybride, il aurait été dans la logique des choses de dire que nous avions grandit coupés du monde, mais il n'en est rien. Bien au contraire, notre mère ne cessait de nous pousser, Luderik et moi, sous le feu des projecteurs, clamant qu'un grand avenir s'ouvrait devant nous. Devant Lud tout particulièrement. Car moi, je n'était que la deuxième, la plus faible, l'inutile. S'en était à croire que cette folie de Volvä s'était transmis, en une seule génération, des filles aux garçons. Et alors que Lud avait le droit, dès son plus jeune âge,  de faire ce qu'il voulait et d'aller où il voulait, j'étais pour ma part confinée à vivre dans les jupes de ma mère. Car elle ne me laissait rien faire, elle me surveillait, me couvait beaucoup trop. Et à chaque fois que je me plaignais, comparant ma vie à celle de mon frère, elle se justifiait en disant que les Esprits étaient de son côté, mais que pour ma part, je n'avais pas leur soutient, leur protection, et que c'était donc elle qui devait se charger de ma protection. Protection ou étouffement ? Je me le demande toujours, car il fallait avouer qu'elle était beaucoup trop fermée à toute possibilité.

Lud et moi avions 7 ans quand notre vie bascula drastiquement. Askeliane, notre mère, dans sa folie habituelle, voulu savoir ce que réservait les esprits à mon frère. J'étais restée cachée, observant de loin ce rituel étrange qu'avait effectué notre mère sur Lud. Elle l'avait blessé, je m'en souviens très bien. Certains détails ne me sont pas parvenus, ou ne sont plus très clairs, mais je me souviens sans problème qu'elle l'avait blessé et que je m'étais retenu d'intervenir seulement car j'étais effrayée par sa colère. Cette précaution me fut bien inutile, car si Luderik avait devant lui un destin brillant, j'étais pour ma part devenue un boulet pour cette famille un peu étrange. C'est à partir de cette journée que ma mère décida que ma mort serait le seul moyen d'assurer l'avenir brillant de mon frère. C'était donc ma fin ? À sept ans, ma petite vie s'achèverait sans plus, dans une cérémonie macabre dont personne ne saurait rien. J'avais peur, je voulais fuir. Et c'est ce que je fis. Guidée par mon frère qui m'avait amener chez cet homme, un bibliothécaire en qui il avait confiance, j'avais fuit mon foyer, la seule chose que j'avais vraiment connu, mais surtout, j'avais fuit la folie de ma mère, emportant avec moi une simple photo et ce journal, qui s'était retrouvée dans cette histoire ne je sais comment.

À ce moment, ma vie changea du tout au tout. Ma condition d'enfant surprotégée laissait finalement place à une certaine liberté. Certes, je devais faire attention à ce que ma mère ne me retrouve pas, mais à côté de ça, c'était la liberté. Bien vite, je rejoignit l'école d'Edendale, rencontrait des gens, laissant derrière moi les enseignements étranges de ma mère pour une vraie vie humaine. Les soirs et les weekends, je les passais à la bibliothèque avec mon sauveur, à replacer les livres ou à aider comme je le pouvais. Je profitais également de ces moments pour voir mon frère, avec qui je n'avais pas coupé les liens. Ces deux hommes sont ma seule famille et sans doute la seule chose qui importe vraiment à mes yeux. Bien sûr, cette histoire de sacrifice était resté un secret entre Luderik et moi, personne ne devait être au courant. Ça nous à rapproché, dans un sens, de partager ensemble un secret qui pouvait être si lourd à porter.

Mais dans ma fuite, la vie à prit de nouvelles couleurs. J'ai commencer à passer de moins en moins de temps à la bibliothèque, non sans cesser d'y aller, pour me tourner vers de nouvelle passions. Bien que j'adore nager, je dois faire attention, car mes quelques marques paraissent et révélait tout de suite ce que j'étais, c'était un peu trop risqué. Mais la danse, ça c'était encore mieux. Libérateur, amusant, passionnant, je me mis à passer beaucoup de temps à danser, faisant de ce hobbies ma plus grande passion. Voilà enfin quelque chose où je pouvais être moi-même, où je pouvais me démarquer et où personne ne pouvait vraiment imposer des limites. Oui, je me suis remise à vivre, un peu comme un phénix qui renait de ses cendres. Car il à fallu qu'on veuille me tuer pour que je me décide enfin à voler de mes propres ailes. Mais je suis toujours dépendante de Lud et de notre bibliothécaire favori.

L'ouverture du secteur, il y a quelques années, n'a pas changé beaucoup de choses dans ma vie, car je divisais toujours mes journées entre l'école, la danse et l'aide que je pouvais apporter à la bibliothèque. Après un temps, et avec l'approbation de celui que je considère à présent comme mon père, je fis certaines démarches pour apporter mon soutient au PIA. J'ai grandi avec les humains, mais je suis tout de même à moitié Atrienne et je trouve intéressant de connaître cette partie de mon histoire. Mais je crois qu'il serait également bon de partager cette histoire.

Mon nom est Jezabel Ellyas Shacksfil. Je suis une hybride vivant dans un monde qui ne tolère pas vraiment qui je suis, mais je suis fière de ce que je suis devenue. Et je compte bien faire ma part pour faire changer les choses, comme ma famille actuelle à tout fait pour changer ma vie. Et ce, pour le mieux.


J. E. S.



Elle reposa finalement son crayon. Elle avait  passé l'histoire rapidement, mais elle n'avait pas le temps pour plus de détails. la bibliothèque allait bientôt fermer, il était temps pour elle de rentré. Elle remballa rapidement ses affaires, cachant le carnet au fond de son sac. Ce ne fut que bien plus tard, dans la nuit, qu'elle le reprit. Elle déchira les pages qu'elle avait elle-même écrites et sorti dans la froideur du soir. Avant de franchir la porte d'entré, elle avait saisi un briquet et une fois dehors, elle leva les feuilles devant ses yeux et y mit le feu. Avant que les flammes ne touchent ses doigts, elle les laissa tomber. Sans un mot, elle regarda ce qu'elle avait été écrit sur son passé disparaître en cendre. Sa mère aimait les rituels, Jezabel venait d'achever le sien. Après 8 ans à fuir et se cacher, après 8 ans à vouloir  se bâtir une nouvelle vie, elle venait de trouver la force d'abandonner ce passé trop douloureux dont personne ne saurait jamais rien. Mais elle était maintenant libre. Libre de toute attaches. Libre de toute magie. Libre, hors de la porté d'Askeliane. Maintenant plus que jamais, elle allait vire comme elle le voulait, sans ce soucier de ce que voulait les Esprits. Car avec les mots s'étaient évaporés les enseignements de sa mère qui n'avaient dès à présent plus aucune emprise sur son coeur.



Et toi ?

Pseudo : Sugar... Amy... Gaby... C'est à vous de voir xD
Age : Toujours le même chiffreeeeeuh  alien
Comment as-tu connu le forum ? Par la CIA
Un commentaire  ? ZE VOUS N'AIMEUUUUUH  Keupaiiiiin  Love  Love
Code :






_________________

Hey Brother
Once upon a younger year, when all our shadows disappeared, the animals inside came out to play. We went face to face with all our fears, learned our lessons through the tears, made memories we knew would never fade

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Prophète sans adepte
MessageSujet: Re: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   Sam 12 Déc - 23:05

Ma sœur de namouuuuuuuuur Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub Pleeeease coeur fanclub

(C'était tellement constructif comme message 8D)

_________________
In every tyrant a tear for the vulnerable
In every lost soul the bone of a miracle
In every dreamer, a dream, we're instoppable


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shut up and dance with me ♪
MessageSujet: Re: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   Sam 12 Déc - 23:06

BROOOOOOOOOOOOOOO étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love étrangle fanclub love
(on est doué dans les messages de ce genre xD)

_________________

Hey Brother
Once upon a younger year, when all our shadows disappeared, the animals inside came out to play. We went face to face with all our fears, learned our lessons through the tears, made memories we knew would never fade

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   Lun 14 Déc - 20:01

Mega flemme de changer de compte 8D

ALLEZ ZOU, je connais déjà ta fiche presque par coeur, et je la surkeefe la petite Jez, alors sans plus tarder *roulement de tambour* LA PREMIERE VIOLETTE DE BS EST LAAAAAAAAAAAAA piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment piment


Bienvenue sur Blazing Star !



Bravo, tu as déjoué les plans machiavéliques des admins, et te voilà donc officiellement validé(e) et habitant(e) de Edendale ♥️

Ton groupe lié à ta race te sera mis très rapidement et si on te met un rang chelou, dis toi que c'est une marque d'affection fanclub

Mais ton périple ne fait que commencer mon jeune Padawan, tu as encore quelques étapes à franchir avant d'avoir la parfaite panoplie de l'Edendalien.

Tout d'abord si ton poste ou ton clan le justifie, n'oublie pas de faire ta demande d'accès ici. Cela te permettra de consulter et poster dans les forums aux accès restreints.

Avant de te lancer dans les folies du rp, nous te conseillons également de compléter ta Card ID dans ton profil et si tu le souhaite, faire une demande de rang et de logement/lieu de travail. Puis de créer ta fiche de lien, ta chronologie et ta fiche télécom. Tu peux également faire une demande de RP si tu veux trouver un partenaire.

Si le coeur t'en dit, va donc faire un tour du côté de nos prédéfinis, si certains t'inspirent, n'hésite pas à nous envoyer un petit mp pour proposer des liens entre ton perso et les prédefs agagaga

Et le mot de la fin :
Amuse toi à fond les ballons sur BS agagaga



BLAZING STAR


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gang des Kiwis RPZ

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : Miss Medecine & Dancing Hybrid
Célébrité & Crédit(s): Roller Coaster & okinnel. & Tumblr
MessageSujet: Re: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   Lun 14 Déc - 20:07

La flemme de changer de compte aussi xD

YOUPIIIIIIIII !!! piment piment piment piment piment piment
Merci ma Lealea/Ludichouuu/Walvec Keupaiiiiin J'espère que tu aimerais toujours autant Jez en rp ange

_________________
you'll never know the top till you get too low
Always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Never trust a hug. It's just a way to hide your face // Jezabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♦ Never trust a hug it's just a way to hide your face ♦
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Jesus je suis pas sur que jte trust sur celle la...
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» L'Horloge qui dit tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: FRONTIÈRES DE LA VILLE :: Your name, sir ? :: Bienvenue à bord-
Sauter vers: