Partagez | 
 

 Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   Ven 23 Oct - 17:01


Je vais te
massacrer ♥

Amethyst & Winifred.
" Le temps court
Sans aucun recours
Mes peurs m'encouragent
A te mordre de rage"
- Six Pieds sous Terre
C'est bien simple, elle devait payer. Pour avoir osé poser ses yeux sur lui, pour avoir marché dans ses pas, pour avoir entendu sa voix, elle devait payer. L'amitié qui avait éclot dans Asfamia dégoûtait Winifred, son imagination trop fertile et son immense crainte de perdre l'homme qu'elle aimait la rendait folle de jalousie. Elle, l'atrienne, était un frein à son union. Elle, cette garce tatouée, n'avait eu ni le droit de communiquer avec James ni le bonheur de gagner son coeur. Des amis, cet abruti naïf, avait des amis atriens… sur le moment Winifred n'avait rien dit mais c'était assez évident que Amethyste en faisait partit. Comme si on pouvait être amis avec ces gens là ! Il se faisait berner par son joli minois – et encore fallait être bigleux pour trouver quelque chose de mangeable là-dessus ! - parce que James était l'homme le plus généreux de cette planète, voilà tout ! Elle avait trouvé le bon filon, la manipulatrice ! Elle allait exploiter son homme ! Elle se repasse sa dernière conversation avec James. Il lui avait avoué ne pas avoir pu lui résister car elle était belle…. Si ça se trouve il a pas résisté à Amethyste ?! Si ça se trouve il s'est passé un truc entre eux à Asfamia ?! Pendant qu'elle était au prise d'une malade, lui il était avec elle ?!!! Elle n'avait pas le droit d'être jalouse mais cette simple pensée lui procura un frisson d'effroi. James insistait beaucoup sur sa neutralité, sa tolérance… elle le séduit. C'était évident pour Winnie que l'atrienne n'était pas innocente à la trop grande tolérance de son compagnon. Personne n'est aussi naïf, personne ! Il se faisait manipuler !

Elle, elle voyait le mal partout.
Lui, c'est le bien qu'il voit partout.

Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Allongée comme à l'habitude dans son lit, Winnifred sauvegarda sa partie de Diablo pour revenir à l'écran d'accueil de sa console. Pendant qu'elle réfléchissait à comment régler ses comptes avec sa rivale, elle changea mécaniquement de jeu. GTA. Elle revenait souvent à GTA ces derniers temps. Dégommer gratuitement du monde lui faisait du bien, Redwan lui parlait de faire de même avec les atriens, faire GTA dans la vraie vie, mais elle n'osait pas encore sauter le pas. Il me croit plus forte que je ne le suis, moi je suis un peu faible, je suis de celle qu'on protège. Pensée pour James qui avait juré de la protéger. Oui, je suis de celle qu'on protège.

Elle arrête son jeu, change, rien ne lui plait. Va dans les propositions de téléchargement en ligne, en trouve un où l'on incarne un mafieux, un autre de simulation de vie. Ah. Un jeu de vengeance, un homme qui venge sa copine assassinée par des types en qui elle avait confiance. Tiens, tiens, ça rappelle quelqu'un ça. Le jeu se télécharge, Winifred fixe la console le regard sombre. Un jour, à faire confiance, il va se faire avoir.

Elle repense à Amethyste et plus elle y pense, plus elle voit des similitudes entres elles. Même longueur de cheveux, même couleur, jusqu'aux style vestimentaires. Si moi je suis jolie, elle l'est aussi. Un démon dans un joli corps, voilà ce qu'elle est ! Pour lui, un démon tentateur, pour lui. La jalousie est tenace, plus ça va et plus Winifred se fait des films entre James et Amethyste. Pire, son manque de confiance en elle accentue son inquiétude : je suis inexpérimentée, je ne suis pas très belle à bien y regarder… et à cela s'ajoute qu'elle est intimement convaincue que la tolérance de James peut être une forme de curiosité. Un jour, il va se lasser de moi pour aller avec l'autre tarée exotique. Tout se mélange mais une chose ressort toujours : Amethyste est encore dans la vie de James pour mieux le faire souffrir.

Rien de bon chez les atriens.

Un profond soupir, elle saute de son lit pour aller se changer. Un jean noir, des bottines et une veste en cuir sur un sweet l'habilleront. Un détour très bref dans la salle de bain où elle met dix ans à se maquiller, sa mère lui a apprit, elle s'y soumet pour plaire à James mais n'est pas encore très douée. Une fois satisfaite de son reflet, elle prend son téléphone et ses clefs et, enfin, sort. Un sms à James pour lui dire qu'elle pense fort à lui.

C'est pour toi que je fais ça, rien que pour toi.

Elle hésite un temps à demander le soutien d'Attila mais se rétracte, non elle doit faire ça seule. Redwan approuverait son audace, Attila moins. Mais Attila ne comprend pas ce qu'eux voient, ne comprend pas que s'ils ne font rien Edendale n'existera bientôt plus, remplacée par Atria City.

Le vent frais lui souffle au visage, elle rabat la capuche de son sweet mais continue d'un pas décidé vers le Secteur. Elle n'est jamais entrée là-dedans. La peur commence à monter en elle, l'inquiétude, la crainte immense que tout cela dégénère. Elle va littéralement se jeter dans la gueule du loup. Et si le loup la croquait ? Son téléphone vibre, James a répondu. Un sourire éclaire son visage inquiet, rassurée, elle lit leurs anciens messages pour se donner du courage. C'est pour toi que je me mets en danger. Retourne en arrière, lit ceux de Redwan. Grâce à toi que j'en ai la force. Courage Winnie ! Soit digne de tes hommes ! Inspiration, expiration, elle met un pied dans le Secteur. Immédiatement un garde l'accueil, des papiers à remplir et c'est avec bonheur qu'elle accueille le garde qui la protégera tout au long de sa visite. Ouf, rien de mal ne peut arriver, absolument rien. Trouver Amethyste fut plus simple que prévue, sa famille étant assez connue la petite sœur l'est aussi malgré elle. Une part d'elle est déçue, si elle ne l'avait pas trouvé, elle aurait pu fuir… non ne pense pas  ainsi Winnie, James a besoin de toi ! Il FAUT que tu dégages cette tordue de sa vie !

Le café lui fit froncer le nez, trop de monde, trop d'atriens. Mal à l'aise, elle s'installa sur une table éloignée et garda sa capuche sur le crâne, malgré la présence du garde qui le rassurait. Au début elle se contenta de la regarder travailler, notant chez elle tout ce qu'elle voyait d'insupportable, chaque marques visibles, sourires, œillades… allumeuse. Même si elle s'était comportée comme la plus réservée des femmes, Winifred n'y aurait vu qu'une allumeuse. Voleuse de mec, manipulatrice d'humains. Une serveuse s'approche, elle l'a rembarre, demande à avoir Amethyste.

Tu finis quand ? Faut que je te parle de James.

Pas de bonjour, encore moins de présentation. Amethyste devant elle, Winifred rabat sa capuche et la devance avec ses questions, la devance avec tout le dégoût, le mépris et l'animosité dont elle était animée.
.


fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gang des Kiwis RPZ

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : Miss Medecine & Dancing Hybrid
Célébrité & Crédit(s): Roller Coaster & okinnel. & Tumblr
MessageSujet: Re: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   Dim 25 Oct - 4:46


Je vais te
massacrer ♥

Amethyst & Winifred.
" Le temps court
Sans aucun recours
Mes peurs m'encouragent
A te mordre de rage"
- Six Pieds sous Terre
Ça faisait quelque temps que les choses semblaient aller pour le mieux. En effet, Amy avait finalement arrêté de faire la tête à Reiyel toutes les fois où il prononçait un mot sur les humains. Parce que forcément, vivre avec son frère qui a un super poste au PIA et ne pas supporter d'entendre le mot "humain", ce n'était pas la joie. Mais depuis un moment, elle ne lui disait plus de se taire à chaque fois qu'il commençait à parler de son travail. Pire encore aux yeux d'Amy qui se devait de ne pas oublier qu'elle était une Trag, elle prenait parfois plaisir à écouter ce qu'il avait à dire. Elle avait même, à quelques reprises, poussé l'audace jusqu'à lui poser quelques questions. Elle savait qu'il devait connaître quelques personnes. Elle savait que Reiyel le connaissait sans doute, LUI. Parce qu'entre le PIA et les Prodinas, Amy ne voyait pas très bien où était la coupure. Selon elle, forcément, les deux organismes devaient se côtoyer... Peut-être même parfois collaborer. Et elle se maudissait elle-même de montrer un tel intérêt à une personne qui, assurément, n'en méritait pas.

Mais voilà, elle ne pouvait s'empêcher d'y penser, ne serait-ce que quelques fois. Non, elle ne pensait pas à lui en permanence, loin de là. Non, elle ne pensait pas que du bien de lui non plus. Mais il lui était arrivé quelques fois, peut-être trois ou quatre, depuis sa dernière rencontre avec lui, de repenser à Attila. Ce mec qu'elle n'arrivait tout simplement pas à comprendre. Elle l'avait détesté elle l'avait méprisé... Et pourtant, en une seule discussion, il avait semé le doute dans l'esprit de la jeune femme. Elle ne savait qu'en penser. Était-ce le fait qu'il s'était excusé pour son comportement puéril qui avait fait en sorte qu'elle doutait ? Ou était-ce simplement la tournure qu'avait pris la discussion ? Elle ne pouvait le dire, mais elle se sentait idiote de tenter de comprendre ce qui se passait dans la tête de cet humain dont, au final, elle ne savait absolument rien. Elle aurait bien aimé avoir un avis extérieur sur la situation, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas en demander. Ce serait trop étrange. De toute manière, dans le Secteur, soit on est pour les humains, soit on est contre les humains. Amy ne connaissait que très peu de personnes qui étaient ambivalentes face à la question. Du coup, les avis n'étaient pas très objectifs. Et le scandale aurait vite fait de la rattraper. Alors elle avait tenté de le haïr à nouveau, parce que l'indifférence ne menait à rien, mais elle n'y arrivait pas. Amy était un peu perdue.

Elle avait passé la journée à travailler, en bonne petite atrienne. Elle avait servi des verres ici et là, à tous ceux qui passaient prendre du bon temps. Que les boissons soient alcoolisées ou non, ça ne changeait rien au final, Amy servait quand même. Elle avait attaché ses cheveux, la journée lui avait paru être plutôt chaude et c'était plus pratique ainsi, de toute manière. Et elle prenait plaisir à être de service. Laver les verres et autre vaisselle, préparer les boissons, le service. Les rires qui étaient dans la place lui changeaient les idées. Parce que ce matin-là, allez savoir pourquoi, c'était une des quelques journées où elle avait repensé à Attila. Car il n'y en avait pas eu des tonnes, mais elle y repensait parfois. Et tout dépendamment du client, elle esquissait un petit sourire en coin, rigolait aux blagues ou prenait des nouvelles de la famille. Elle connaissait bien les gens du Secteur, comme tout le monde à vrai dire. Du moins, de vue. Et parler était toujours bons. Elle était de bonne humeur, profitant de la journée. Elle avait d'ailleurs prévu passer la soirée avec Reiyel et du coup, passé la journée à travailler avec des Atriens, ça lui faisait un bien fou. Entre son esprit qui ne cessait de lui remémorer l'image d'Attila depuis qu'elle s'était levée et les discours sur les humains qu'elle allait entendre toute la soirée, rien n'était mieux que de passer la journée en compagnie de son peuple. Se recentrer sur sa propre culture, sur leur propre identité atrienne. Elle souhaitait en profiter au maximum.

Elle n'avait d'ailleurs fait aucun cas quand elle avait vu un des gardes de l'armée entrer dans le bar. Elle était déjà bien occupée et étant trois à travailler, elle savait que l'une ou l'autre de ses collègues se ferait un plaisir de se charger de la personne venant d'entrer avec cette escorte. Elle ne se détourna donc pas de son service, continuant inlassablement son service, le sourire aux lèvres. Oui, elle était Trag, mais personne ici ne le savait, du moins de ceux qui ne l'étaient pas aussi, et personne ne devait le savoir. Et puis, que serait le monde sans un peu de joie ? Mais la joie fut vite dissipée quand la jeune humaine qui était entrée quelques minutes avant rembarra la collègue d'Amy, exigeant de lui parler à elle. Bien sûr, la jeune Chase n'avait rien manqué de cette "confrontation". Déjà, pourquoi le bar se remplissait toujours d'humains qui voulait la voir ELLE ? Ces derniers temps, elle avait croisé Attila par pur hasard dans le Secteur, avait revu Leandra en raison de problèmes de tuyauteries et avait croiser cet énervé de Rubens, le soit disait stagiaire de son frère, ou un truc comme ça. Elle qui devait faire attention à ses rapports avec les humains avant que les Trags ne se mettent sur son cas, c'était mal parti. Pourtant, elle se retourna, fit signe à sa collègue qu'elle prenait la situation en main et alla voir la jeune femme. Quelques mots, un ton sec, Amy resta un peu surprise de l'attitude froide de la jeune fille. Décidément, c'était à ne rien y comprendre. Mais le nom de James laissait la jeune Atrienne perplexe.

« Je prends ma pause ! » Elle tourna la tête vers ses deux collègues pour avoir leur approbation. Puis reporta son attention vers la brunette qui lui avait demandé à quelle heure elle finissait. Certainement pas tout de suite, mais comme elle n'avait pas arrêter de la journée, elle pouvait bien prendre un moment pour régler cette affaire. Elle afficha un air indifférent. « Ça te vas comme ça ? » La question était simple. Elle ne finissait pas maintenant, mais elle avait un peu de temps. Elle haussa les épaules avant de reprendre. « Tu veux parler de James ? Pourquoi ? » Amy ne connaissait pas très bien James. Elle lui avait parlé lors d'Asfamia parce qu'elle avait été groupé avec lui, mais sans plus. Ils avaient fait le jeu de piste, avaient discuté un peu et ça c'était terminé là. Elle ne comprenait pas pourquoi cette fille voulait lui parler de lui. Et même s'il était arrivé quelque chose à James, pourquoi lui en parler à elle ? Elle n'était même pas certaine si elle devait le considérer comme un ami ou une simple connaissance... C'était à ne rien y comprendre.




fiche codée par shirosaki

_________________
you'll never know the top till you get too low
Always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   Sam 7 Nov - 10:56


Je vais te
massacrer ♥

Amethyst & Winifred.
" Le temps court
Sans aucun recours
Mes peurs m'encouragent
A te mordre de rage"
- Six Pieds sous Terre
Oui ça lui va et d'un petit signe de tête elle confirme. La rivale prend place, Winifred oublie le garde, oublie le bar, plus rien n'existe, rien que cette atrienne et elle-même. Inspire, expire. Lui balancer tout à trac ? Amener le sujet en douceur ? Lui arracher les yeux ? Inspire, expire. Commander une boisson ? Winifred finit par se pencher vers Amethyste, créant un climat de confidence peu propice à l'ambiance du bar.

James est mon mec. Ambiance, Winifred impose sa vérité et ça lui fait une belle jambe à Amy. Je vous ai vu à Asfamia, il m'a dit qu'ils avaient des « amis » atriens qu'il rencontrait souvent mais il ne veut pas que je vienne avec lui !

En effet, James préférait que ces rencontres se fassent en l'absence de sa petite-amie. Dans l'esprit alambiqué et extrêmement jaloux de Winifred, c'était la preuve supplémentaire qu'il se tramait quelque chose entre lui et Amethyste. S'il la planque c'est bien parce qu'il ne veut pas qu'elle sache qu'il se tape les deux ! Pourtant James lui a bien certifié qu'il refuse qu'elle vienne pour éviter qu'elle ne soit mal à l'aise en présence d'atriens, c'était pour elle, pour la mettre confortable, qu'il la désinvite. Il est également hautement probable qu'il n'est pas très envie que sa Red Hawk dans l'âme de copine gâche ses soirées à grand coups de « atriens = gros crétins » puérils. Elle n'écoute pas, jamais, n'en fait qu'à sa tête et sa jalousie guide ses pas.

J'suis venue te dire de lui foutre la paix. Tu l'approches pas, tu lui parles pas, en fait tu le regarde pas. James est naïf, il vous adore toi et ton peuple de rats d'égouts ! Alors tu te pointes avec des p'tites marques qui brillent façon fontaine, tu lui souris et lui comme un con il va trouver te adorable. On sait qu'les mecs aiment l'exotisme, c'est excitant l'inconnue, ben j'ai un truc à te dire, tu papillonnes encore autour de lui je t'explose.

Finalement elle avait fini par déraper, emportée dans son élan ses propos allaient de plus en plus loin dans le mépris et la menace. Son dégoût était palpable et sa voix si douce ordinairement virait sombre et grave. Je ne blague pas Amethyste. La menace n'était pas à prendre à la légère, Winnie était de ceux qui pouvait déraper, aller trop loin pour ne pas perdre ce qu'ils ont durement acquis. Pour ne pas perdre l'homme qu'elle aimait, elle était prête à agresser une innocente et à l'enfermer lui dans une prison dorée. Flippante. Bon Amethyste pouvait aussi se flatter que l'humaine la trouve assez mignonne pour être un danger pour son couple.

Le garde bouge à côté d'elle, pose une main sur l'avant bras de Winifred qui se recule pour bien s’asseoir dans son siège. C'est bon, c'était qu'un avertissement, pas la peine de s'inquiéter.

La jalousie la rendait cynique et méprisante. Elle qui ordinairement était plutôt hyper-sensible, un brin naïf, se transformait sous les sentiments amoureux en un espèce de Biatch de série B. Il fallait qu'elle comprenne, l'Amethyste, que atrienne ou pas elle n'avait aucune chance. En même temps, comment imaginer qu'elle pouvait en avoir ? Si elle le pouvait mais lui faire croire que non pourrait lui être utile… la persuader qu'elle n'avait rien d'attirant, rien de beau… oui… l'idée fait son chemin dans son esprit torturé. Elle-même avait failli perdre James a cause de ses complexes… s'il ne l'avait pas rassurée sur sa beauté, il ne se serait jamais rien passé entre eux ! Oui… l'idée est bonne…

En même temps James aime les gens avenants, toi t'as l'air tellement déprimante dès que t'arrêtes de sourire ! Enfin, j'dis ça mais personne n'aime pas les meufs badante comme toi… qui en plus vive dans une immense boîte de converse.

Et, au comble de son mépris, c'est d'un air hautain et faussement curieux qu'elle se tourna vers le garde du Secteur. Planta ses yeux dans les siens, ignorant délibérément Amethyste et balança sa fatale question :

Ca fait quinze ans qu'ils sont là-dedans, vous croyez que la consanguinité a fait des ravages ?


fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gang des Kiwis RPZ

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : Miss Medecine & Dancing Hybrid
Célébrité & Crédit(s): Roller Coaster & okinnel. & Tumblr
MessageSujet: Re: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   Mer 30 Déc - 4:28


Je vais te
massacrer ♥

Amethyst & Winifred.
" Le temps court
Sans aucun recours
Mes peurs m'encouragent
A te mordre de rage"
- Six Pieds sous Terre
« James est mon mec.» La vérité sort. Les questions obtiennent des réponses. Elle ne savait pas ce que cette fille lui voulait, encore moins pourquoi elle voulait lui parler de James. Maintenant, elle comprenait. Pas besoin de la suite de ce petit discours pour qu'Amy sache de quoi il s'agissait, Non c'était clair à présent.  Cette fille était définitivement tout un phénomène. Si Reiyel voyait ça ! Il n'en croirait pas ses yeux. Alors que Winifred terminait de lui expliquer sa théorie un peu tiré par les cheveux comme quoi James refusait qu'elle voit ses amis ou quelque chose dans le genre, avec l'évocation d'Asfamia, Amy ne put retenir un rire. Puéril. Voilà à quoi ressemblait la situation. Amy n'était pas du genre à mâcher ses mots, elle n'était pas du genre à faire les choses à moitié. Et avec cet éclat de rire qui n'avait duré qu'une fraction de seconde elle n'avait pu retenir les mots qui avaient franchi d'eux-mêmes la barrière de ses lèvres. « Je crois que je comprend pourquoi... » Des mots murmurés. Des mots chuchotés. Amy savait que la jeune fille les avaient entendus, même si elle n'avait pas cherché à la provoquer. Seulement, c'était un fait. Faire une telle scène simplement parce que James avait été placé en équipe avec Amy à Asfamia, la jeune Atrienne comprenait bien pourquoi il ne voulait pas lui présenter ses amis. Si elle se mettait toujours à faire des scènes de ce genre, elle allait finir par être pénible la Winnie, Amy comprenait James de ne pas vouloir en rajouter. Ça devait être assez difficile comme ça. Et voilà que la situation empirait. Triste ironie du sort que cette Winifred qui s'enfonçait elle-même dans sa propre folie. May le voyait bien. n'importe qui autour d'elles pouvait aisément le voir. N'importe qui aurait été du même avis qu'Amy, cette fille là était parano. Pire encore, elle avait sombré dans la démence. La suite de son petit monologue suffisait à le prouver.

« J'suis venue te dire de lui foutre la paix. Tu l'approches pas, tu lui parles pas, en fait tu le regarde pas. James est naïf, il vous adore toi et ton peuple de rats d'égouts ! Alors tu te pointes avec des p'tites marques qui brillent façon fontaine, tu lui souris et lui comme un con il va trouver te adorable. On sait qu'les mecs aiment l'exotisme, c'est excitant l'inconnue, ben j'ai un truc à te dire, tu papillonnes encore autour de lui je t'explose. »

Un haussement de sourcil. « Écoutes, je lui veux rien à ton James ! » Des paroles qui ce voulaient douce. L'instant d'après, un soupir, puis elle roulait les yeux. Elle se croyait menaçante la gamine ? La gamine qui avait sans doute son âge, ou du moins pas très loin, mais vu le comportement, Amy se permettait sans problème de traiter cette fille de gamine. Après tout , il n'y a que les gamins pour faire des crises de ce genre, non ? Amy ne savait même plus comment prendre la situation. Clairement, cette fille était à prendre des pincettes. Mais dans l'ensemble ? Les menaces fusent d'un côté, l'indifférence de l'autre. De l'huile sur le feu. Elle joue avec le feu, elle le sait très bien Amy. Son indifférence ne fait sans doute pas l'affaire de cette jeune idiote. Elle cherche à la provoquer la gamine, mais Amy ne tombe pas dans le piège. Elle ne s'abaissera pas à ce niveau.

Amy voit le garde bouger, mais ne réagit pas. Si il savait. C'est plutôt lui qui devrait avoir peur. Il est humain, il ne peut pas vraiment comprendre. Mais Amy, elle s'est entrainée avec les Adetir. Enfin, avec un en particulier, mais certainement un des meilleurs. Un bon guerrier. Elle sait se battre, elle a appris. Et elle est assez rapide. Furtive. À force de recevoir des coups, elle a appris. Elle soupir. Ni l'humaine, ni son pseudo garde ne devrait faire de faux mouvements. Pas maintenant, pas ici. Avec des Atriens autour. Des Atriens au sang bouillonnant. Des Atriens de toutes sortes. Des Adetirs. Peut-être des Trags. Ils sont tous deux sur SON territoire, Amy se sait bien. Un faux mouvement et c'est le peuple Atrien qui pourrait se révolter. Non, elle exagère. Mais ils se soutiennent un minimum ceux là.

Les insultes fusent à nouveau. Mâche tes mots petites. Elle ne sait pas à qui elle s'attaque la Winnie. ne pas réagir. Attendre. Laisser couler. Elle va se mettre à réagir comme Reiyel si ça continue. Ne pas perdre patience. Amy serre les poings. Insulte moi si tu veux ! Elle se mord la langue. ne pas s'abaisser si bas. Ne pas tomber. Rester calme. Faire honneur à son peuple. L'air hautain de la gamine n'aide pas. Elle lui dirait clairement sa façon de penser. L'ingorance. Amy se sent soudainement froissée. On lui parle et la seconde d'après on l'ignore ? Même Attila n'est pas tombé si bas quand elle l'a connu la première fois. Non, déjà là, c'était trop, mais les mots ouvrent une plaie béante chez Amethyst. «Ca fait quinze ans qu'ils sont là-dedans, vous croyez que la consanguinité a fait des ravages ? »

La rage. Le colère flambe instantanément dans les yeux d'Amy. Tu ne sais absolument pas à qui elle s'attaque la gamine. Elle relève la tête, signe de fierté. Tu veux insulter les Atriens ? Amy elle, sera trop heureuse d'affirmer qu'elle est fière d'être de ce peuple.  « Qu'est-ce que t'as dit ? » La voix siffle. Les mots coulent, avant-goût du venin que l'Artienne est en mesure de cracher. Elle tente tant bien que mal de garder son calme. Ses ongles s'enfoncent dans ses paumes pour la ramener dans la réalité. elle n'a pas manqué la réaction des clients du bar non plus. Les têtes se sont relevés. les regards noirs des autres fusent également vers Winifred. Plus loin, un homme c'est levé. Un signe de tête, un regard en coin avec une de ses collègues, Amy doit calmer le jeu avant que quelqu'un d'autre s'en mêle. « Suis moi. » C'est un ordre. Pas de place à la discussion. Pas de place à la négociation. Amy se déplace vers la porte. Elle sort du bar. Comme ça, moins de chance de déclencher une guerre. Debout dans la rue, elle se retourne, se plante devant Winnie et croise les bras.  « Répète un peu ce que t'as dit pour voir ? » Elle hausse les sourcils. Elle défie l'humaine. Mais avant de lui laisser le temps de répéter, Amy enchaîne.  « Tu sais, j'ai toujours trouvé que les humains avaient un truc d'étrange... Tu viens de prouver qu'il y a clairement quelque chose qui cloche avec vous ! Idiote. » T'as voulu jouer avec le feu gamine, prépare toi à te faire brûler. Et puis c'est vrai, Amy n'a jamais réellement cru à une alliance entre leurs peuples. Elle l'aimerait, mais elle sait que c'est impossible. Ils sont trop différents, voilà tout.


fiche codée par shirosaki


HJ : C'est ce qu'on appelle la fatigue xDD Désolée du temps de réponse Boîte Love

_________________
you'll never know the top till you get too low
Always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   Ven 19 Fév - 14:54


Je vais te
massacrer ♥

Amethyst & Winifred.
" Le temps court
Sans aucun recours
Mes peurs m'encouragent
A te mordre de rage"
- Six Pieds sous Terre
Allez savoir pourquoi, elle n’avait jamais supporté l’indifférence quand elle s’exprimait. C’était sans aucun doute puéril mais quand elle décidait de montrer de l’intérêt pour une personne, quand elle communiquait, l’autre se devait de réagir. Si elle-même ne voulait pas se lier à l’autre, ce dernier pouvait bien parler dans le vide cela n’avait aucune importance mais elle, elle, quand elle avait décidé de sociabiliser, la ville devait être disponible ! Aussi l’attitude d’Amethyste avait le don de l’énerver davantage, oh je te cause l’atrienne ! Ses yeux délavés de poisson mort lui tapait sur le système et alors que n’importe qui se serait lassé et serait partit, Winifred poussait plus loin la connerie pour la faire réagir. Il y eu bien quelques réponses mais son je lui veux rien ne la convainquit absolument pas après son je comprend pourquoi bien blessant. La garce. En même temps elle va pas dire le contraire, l’aguicheuse de service.

Ah.
Enfin une réaction.

L’atrienne se fait sifflante, Winifred hausse un sourcil : tiens, c’est vivant ce truc mort ? Sourcil hautain, moqueur et elle est presque heureuse de la voir l’air mauvais. Qu’est-ce qu’elle croit me faire celle-la ? Peur ? Je suis accompagnée d’un garde de la ville, tu es dans MA ville, logée au frais du maire dans un ESPACE qu’on vous octroie dans notre bonté d’âme. T’es même pas chez toi, t’es dans ma location. Touche moi, blesse moi, et je sais que la Loi sera de mon côté. En faite, j’ai mieux, vas-y, frappe moi que j’ai une raison de me venger au centuple. Fait moi saigner que je puisse légalement d’envoyer en prison, bien loin de moi et, surtout, de lui. Ca bouge autour d’elle mais elle ne remarque en rien, bien trop focalisée sur Amethyste qu’elle sent crispée. Le garde, lui, a bien sentit la tension monter dans la pièce. L’humaine va trop loin, il doit calmer sa condisciple. L’atrienne s’en va et sans hésitation Winifred la suit, il allait faire de même mais le groupe du fond déjà s’est rapproché d’eux. Déstabilisé, il reste dans le bar pour gérer l’émeute qu’il a commencé à naître suite aux propos de Winifred. Croisons les doigts qu’elles sachent se gérer le temps qu’il revienne…

Suis moi. Elle ne s’était pas fait prier, excès de confiance d’être persuadée que sa nature d’humaine la protège. Dehors, enfin seules, elle croise les bras en la toisant de bas en haut. Elle n’était pas futée mais la tension était devenue palpable, pour son plus grand plaisir. En ligne elle s’était toujours lancée à corps perdu dans les combats, grisée par l’appât du gain mais ici c’était différent. Elle défendait son couple. Elle s’attaquait à une vermine. Rembarrer l’atrienne, c’était faire une bonne action. Pire, l’idée avait été formulée et ne voulait plus partir, elle tournait en boucle. Si je l’envoie en tôle, je fais une pierre deux coups. Elle disparaît.

Ouais ce qui cloche c’est vous qui squattez notre ville, ça nous fout un peu les nerfs.

Un pas en avant pour la fusiller du regard. C’était grisant, cette nouvelle adrénaline qu’elle ressentait dans son corps, cette bouffée de pouvoir qui explosait dans chacune de ses cellules. Elle devrait avoir peur, elle a toujours eu peur en extérieur, alors pourquoi ce bonheur malsain qui l’imprègne ? Pourquoi cette envie d’aller toujours plus loin dans la provocation ? D’embrasser les limites et tirer la corde jusqu’au bout ? Il n'était plus simplement question de James, doucement l'adrénaline montait, la folie douce l'enveloppait, elle si fragile, si peureuse, se sentait enfin devenir quelqu'un. Enfin elle allait faire bouger les choses, enfin elle allait s'exprimer. Pour la première fois elle se sent vivre, pas vivre grâce à quelqu'un mais vivre grâce à elle, grâce à ses actions. Et, bordel, qu'est-ce que c'était bon.

T’es sourde ou t’es conne ? Je t’ai dis que ça fait quinze ans que t’es enfermée ici. Toi, ton peuple, vous ne servez à rien. Quinze. Ans. Enfermés. Tu piges pas ? Tu sers à rien, ta putain de planète est morte, t’auras dû crever dans le crash mais maintenant tu vis dans une prison, t’es un parasite qu’on a prit en pitié. Ton avenir c’est ce bar miteux, franchement tu pourrais être crevée que ce serait pareil.



fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos petites guerres voleront en l'air six pieds sous terre {Amyfred
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» Les dommages des guerres sur l'environnement
» Petites Devinettes...
» Petites Meringues Hyper Facile
» Que sont devenues les petites filles en Chine?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: LE SECTEUR - Zone Atrienne :: Ruelles commerçantes :: Vul Tam-
Sauter vers: