Partagez | 
 

 Elles nous brisent le coeur, on s'en fout on a les bros | Leny, Titi & Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ID card
Tribu & Clan : Prodinas
Double compte : Alvinou & Winnie
Célébrité & Crédit(s):
MessageSujet: Elles nous brisent le coeur, on s'en fout on a les bros | Leny, Titi & Ruby   Dim 13 Sep - 13:05


BROS CODE

Lenaïc, Attila & Rubens.
Le vent qui vous emporte vous ramènera, vous frapperez à nos portes oui mais Sharleen et Meg, nous ne serons plus là. Vous nous brisez le coeur oui mais il se recollera. - Que veulent les femmes ? Autant en emporte le vent
Y a pas que les femmes dans la vie, alors même si Meg occupait 1/4 de ses occupations journalières et sa frangine le reste du temps, il avait aussi ses potes à penser. Okay elle occupait les 2/4, ou plus, mais on ne va pas chipoter, Rubens avait mieux à penser pour une fois : il allait retrouver ses bros. Pas le frangin d'Amy qu'il collait comme un chewing-gum à une table d'école ; pas Kleve qu'il espionnait attendant le moment pour lui planter un couteau dans le dos à ce traître, noooon, rien de tout ça : c'était une belle journée pour retrouver des amis sains avec lequel il avait des relations saines.

Lenaïc, Leny de son petit nom, était le meilleur beau-frère du monde. Enfin, ex beau-frère et c'était dire combien leur amitié était grande : malgré la rupture avec Megara, ils restaient toujours aussi unis ! Voir même plus ! Alors que d'autres l'auraient détesté d'avoir trompé leur frangine, Leny l'accueillait à bras ouvert et Rubens était persuadé que son ami était dans le top trois des personnes les plus tolérantes et compréhensives d'Edendale. Les atriens n'étaient pas tous réglos, c'est sûr, mais comme les humains, hein !

Sifflotant gaiement, Rubens marchait le pas léger à la rencontre de cet ex beau-frère parfait, et du deuxième larron de ce groupe qu'il formait. Attila et lui n'auraient peut-être pas eu grand-chose à se dire en temps normal mais un jour où ils avaient l'âme à se confier, ils furent heureux de se trouver dans leurs malheurs sentimentaux. Ah ! Enfermé dans la friend zone ! Le pauvre Attila craignait sacrément et heureusement que lui, toujours doué pour trouver des plans qui font succomber les plus coriaces, était là pour le conseiller. Étrangement les conseils d'Attila pour régler sa propre situation ne marchait pas toujours… bah ! Personne n'était parfait ! Finalement, il ne passait peut-être pas sa journée à tourmenter Meg mais il allait quand même la passer à parler, penser, à elle.

Foutue atrienne.

Ils avaient décidé de se retrouver en centre ville, mais du côté tolérant histoire d'éviter les embrouilles. Le parc aurait été agréable, bien plus agréable, mais la maison de son père donnait justement sur ce dernier. Enfant il avait trouvé ça pratique, sortir de chez lui et aller aux balançoires comme si elles lui appartenaient. Sauf qu'il ne vivait plus là depuis une petite semaine ; sauf qu'il évitait le paternel comme la peste et la sœur comme la lèpre. Fuguer n'était pas simple mais à Edendale ça frôlait l'exploit. Enfin il n'avait pas envie de se stresser avec ça, rien que d'y penser il en avait le ventre qui se tordait. Non ! Aujourd'hui c'était une journée zen entre bros.

Il arrivait bientôt à bon port. Rubens enleva ses écouteurs mais garda sa capuche. Il crevait de chaud dans son sweet rouge vif mais il fallait bien ça pour ne pas être reconnu. Installé dans le coin le plus sombre du café, il consulta son portable pour voir s'il avait un message d'Attila. Faudrait vraiment qu'il vole un téléphone pour Leny.

Leny. Comment allait-il lui annoncer que sa frangine avait été arrêté à cause de lui ?… Il n'était peut-être pas obligé d'en parler… Elle lui a sûrement déjà dit...Hm… Il se mit à plier le set de table pour se donner une contenance, il n'aimait pas attendre, surtout en public et ne pas pouvoir bouger était vite exaspérant pour cet hyperactif. Il n'avait que ses pensées pour l'occuper et ça, ça ne lui allait pas du tout : penser, cogiter.

Il est beau mon avion de papier, est-ce qu'il vole ?


fiche codée par shirosaki

_________________
For a better day

⋆ Deux mondes, une seule famille ⋆


I sang the song for the little things magic call, but the joy you bring running it down the line. Wish you could find that love is a fragile thing, magic call from a pretty thing maybe it might be time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: Elles nous brisent le coeur, on s'en fout on a les bros | Leny, Titi & Ruby   Dim 20 Sep - 21:29


Article 2: "A Bro is always entitled to do something stupid, as long as the rest of his Bros are all doing it.” Bro Code.

Lenubila (ça fait Nabila 8D)
Après Rubens et le sweat rouge gif, c'était l'heure de gloire de Attila et du t-shirt rose... Rose-barbie-ma-virilité-a-été-anéantie-je-suis-bon-pour-le-cliché-du-gay en plus, pas rose-pâle-ça-passe-pour-un-mec-même-si-ça-fait-un-peu-kéké. Je n'en étais pas spécialement fier, de mon t-shirt.... même pas du tout en fait, mais c'était la couleur officielle des t-shirts de l'équipe « GYHN » des Prodinas, alors pas trop le choix. Le logo était aussi un peu ridicule soit dit en passant, puisqu'il s'agissait d'un signe masculin et féminin liés par les anneaux, le signe mâle ayant des tâches noires censées représenter l'atrien. Kitsch bonjour. Mais fallait ce qu'il fallait…. Et ma mission valait toutes les hontes. Si Len et Ruru m’entendaient penser, ils se ficheraient probablement gentiment de moi… et ma friendzone infinie.

Mais aujourd’hui, j’avais d’autres mésaventures à leur conter, car ma semaine n’avait CLAIREMENT pas été de tout repos. Elle avait même été épuisante. Je me réjouissais de passer un peu de temps entouré de testostérones, parce que les femmes de ma vie avaient beau être charmantes, j’avais parfois l’impression qu’elles faisaient TOUT pour m’achever. Entre Sharleen et sa maladie –bon d’accord, elle n’avait rien demandé à personne mais hein !-, Gabriella qui semblait soudainement décidée à m’emmener à tous les évènements culturels de la ville –c’était sympa d’ailleurs… juste inattendu et très énergievore-, Amy qui s’acharnait à ne pas vouloir tomber dans mon piège –c’était pourtant vachement tentant quoi !- et Winie qui m’avait, dans l’ordre, fait braquer un commissariat, fini en cellule, puis m’avait surpris en train de gallocher un parfait inconnu, pour ensuite me faire une scène sur le sujet de ma bisexualité et me faire des révélations à choquer les esprits innocents… OUAIS. J’avais besoin de me ressourcer avec mes potes.

Alors que j’avançais d’un pas jovial en direction de notre point de rendez-vous, je faisais le tri dans ma tête de ce que je pouvais et ne pouvais pas leur dire. Pour Shar… rien de neuf sous le soleil, mes deux lascars connaissaient déjà toute ma vie de ce côté-là. Pour Gaby… je leur avais déjà un peu parlé d’elle, j’avais hâte de leur raconter les dernières évolutions pour avoir leurs avis sur le sujet. Pour Amy… ça se compliquait déjà. J’aimais beaucoup Ruru et Len, c’était de vrais poteaux, de vrais Bros avec qui je pouvais pleurer sur mon sort et faire des tactiques de haute volée pour arriver à nos fins amoureuses, mais… Il y avait des choses que je ne me voyais pas leur dire. En particulier, je me voyais mal leur dire que je comptais plus ou moins voler le sang d’une atrienne –ou en manipuler une pour qu’elle me le donne-, surtout sachant que l’un était atrien et l’autre fan des atriens. Ca me semblait un peu délicat. Du coup, je leur avais fait croire que j’avais eu un genre de coup de cœur pour Amy, et voilà qu’ils me prenaient tous les deux encore plus pour un maso, car clairement, Amethyst ne pouvait pas me piffer. Je comptais d’ailleurs essayer de soutirer quelques infos à Lenny, il devait bien savoir une ou deux choses sur elle, ils étaient de la même tribu –la même que la chère et tendre de Rubens aussi d’ailleurs.

Et ça, ce n’était que le début des complications… Pour le commissariat de police, je pouvais clairement tout leur dire, ils étaient tous les deux plus filous qu’irréprochables… et ça ferait probablement marrer Rubens de savoir que j’avais essayé de piquer des dossiers à son papounet. Surtout si je lui disais que c’était pour une histoire d’amour : Rubens est un grand romantique. Pas au sens hyper traditionnel du terme… J’ai toujours pas compris ce qu’il cherche à faire avec sa dulcinée d’ailleurs. Un coup il parle de se marier avec elle, un coup il voudrait se faire un harem de toutes les nanas de la ville, allez comprendre ! J’essaye parfois de lui filer quelques conseils –ou plutôt de lui répéter ceux que Winie me donnent- mais j’ai l’impression qu’il a déjà sa propre idée pour la reconquérir.

Pour ce qui était de Winie qui m’avait surprise avec un mec… C’était un peu compliqué. Je n’avais jamais véritablement caché être bi à Rubens et Lenaic, mais je ne l’avais pas non plus dit de manière explicite. En fait, j’étais à peu près certain qu’ils ne savaient pas que j’étais bi. J’avais toujours dit être ouvert à tout, mais entre ça et balancer texto que je me tapais des mecs, il y avait un pas. Et je ne connaissais pas trop leur avis sur le sujet… Rien n’avait laissé croire qu’ils pouvaient être homophobes, mais dans le doute, je préférais me taire. A dire vrai, j’étais encore en train d’encaisser et de gérer la réaction disproportionnée de Winie –elle avait un grain parfois… juste parfois hein- alors si je pouvais m’éviter une prise de tête avec mes 2 bros en prime... Ouais, il serait toujours temps de leur en parler plus tard. J’aurais d’autres occasions, et j’avais déjà pas mal de trucs à partager sans aborder ce sujet là en particulier. Et s’ils me posaient des questions sur ma cougar de voisine –qu’ils connaissaient tous les deux très bien d’après mes récits- je ferais une petite pirouette pour ne pas rentrer dans les détails.

Apercevant enfin au loin la terrasse du café où nous devions nous retrouver, j’accélérais le pas, pressé de retrouver mes deux larrons pour se rebooster. Cela faisait un petit temps que nous n’avions pas eu l’occasion de nous voir avec les emplois du temps des uns et des autres, les retrouvailles s’annonçaient donc longues et pleines de surprises.
Entrant dans le bar, je commandai une pinte de bière, songeant que ça se prêtait bien à l’occasion, avant de balayer la salle du regard, me demandant si j’étais le premier. Visiblement… oui. Mes yeux s’accrochèrent tout de même sur une silhouette difficile à ne pas remarquer étant donné la couleur pivoine qui le couvrait de la tête à la taille : un type était installé dans un coin du bar, capuche enfoncée jusqu’au nez, courbé sur lui-même… Clairement, il essayait de faire profil bas. Ca aurait pu très bien marché s’il ne ressemblait pas à une tomate ambulante.

Je m’apprêtais à aller prendre place à une table, mais mon regard s’arrête un instant sur le téléphone de la tomate encapuchonnée. Un téléphone drôlement familier qui me mit soudainement le doute… J’veux dire CERTES, plusieurs personnes peuvent avoir ce modèle de téléphone, mais quelque chose me disait que Rubens Cassidy était tout à fait du genre à essayer de passer inaperçu en se planquant dans un vêtement de la couleur la plus tape à l’œil qui soit. M’avançant d’un pas incertain, je me tordis le cou pour essayer de distinguer son visage, mais il me fallut arriver quasiment à sa hauteur pour enfin le voir.

Devant moi, se tenait bel et bien Rubens. Ou…. Presque.

« Oh merde »

Lâchai-je dans un petit rire, une fois la surprise passée et mes yeux ayant retrouvé une taille à peu près normale. Me glissant sur le banc en face de lui, je me penchai un peu en avant pour mieux l’observer.

« Waouh. Nouveau look pour une nouvelle vie ? Va falloir que tu m’expliques ! »

Plaisantai-je, tout en lui donnant une tape amicale sur l’épaule en guise de salutation broesque.
Pour sûr, il y avait quelque chose de différent chez Rubens. En fait… tout. Nouvelle coupe, nouveau… maquillage ? Euh ok… pourquoi pas. Il allait sûrement m’expliquer dans quelques minutes le pourquoi du comment. Peut être un technique pour séduire sa douce ? Si ça marchait, je pouvais tenter avec Sharleen ou Amy. Ou pas… La dernière fois que je m’étais maquillé, j’ai bien cru que Winie allait s’étouffer de rire, pas sûr de vouloir m’infliger ça à nouveau.



_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elles nous brisent le coeur, on s'en fout on a les bros | Leny, Titi & Ruby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un démon dans le coeur d'un ange. [Terminé]
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» ce que nous faisons : les sauts en image
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: EDENDALE - Zone Humaine :: Centre ville :: Blue light District :: What are you waiting for ?-
Sauter vers: