Partagez | 
 

 James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Lun 1 Juin - 0:18


Mission du jour
pirater un commissariat

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Mais POURQUOI j'ai été aussi NAZE ?! « J'ai une mouche dans la gorge » nan mais franchement c'est pourrie comme réplique ! Et s'inventer un boulot c'est pitoyable ! Si quelqu'un apprend que je me suis improvisée secrétaire… s'il rencontrait la secrétaire du maire… il va me prendre pour une tarée… il va s'imaginer que je suis folle… c'était vraiment minable !

La tête dans son oreiller, Winifred essayait vainement d'oublier le désastre de la veille. Son esprit était en mode repeat, repensant sans relâche sa rencontre avec James, tout prenait de nouvelles couleurs, le rose, le rouge, devenait gris. Tout était gris parce qu'elle était une gueuse, voilà ! Une pauvre gueuse même pas foutue d'avoir l'air normal. Elle avait eut la chance de pouvoir le rencontrer incognito, de lui tirer les vers du nez sur sa vraie nature : c'était une occasion en or et elle l'avait complètement gaché ! Elle avait perdu ses moyens face à lui, mais alors bien perdu ses moyens, parlant trop vite, disant n'importe quoi ; son super plan d'espionnage ? Avorté entre le « greuh t'es beau » et le «ouloulou t'es benêt j'aime bien». Va crever James Aylen, t'as cours circuité mon cerveau. Elle avait l'air fine à donner des conseils à Attila qu'elle n'était même pas capable d'appliquer ! Nan mais faut qu'elle se reprenne, ça va pas du tout, elle a l'air de rien là, ça craint. Calmée, Winifred se redressa sur ses genoux, elle expira et fixant son affiche collector de Final Fantasy CIII se parla à elle-même d'une voix déterminée qu'elle utilisait pour se donner du courage.

Bien, il me plaît, c'est pas grave, ça arrive. Avant de m'emballer, de l'impressionner, faut pas que je sois sûre de moi. Il m'a peut-être accompagné au travail ça veut rien dire, c'est p'tet un malade quand même.

Elle inspira profondément, hochement de tête pour le personnage qu'elle fixait sur le poster et descendit enfin de son lit. James lui avait dit qu'il était dans la sécurité et qu'il s'en fichait de sa race, ça c'était louche : il s'en fout, il s'en fout… c'est peut-être un ami des atriens infiltrés parmi les humains pour les aider à nous envahir ! C'est…. C'est peut-être…. un prodinas…brr ! Rah son enthousiasme vient d'en prendre un sacré coup mais au moins elle ne pense plus à sa timidité d'hier !

Y a pas cent six passions pour régler le problème : faut que je sache TOUT sur lui ! Internet c'est fait et lui parler c'est mort, il me reste que son employeur mais y en a pas dooooooonc il me faut son casier judiciaire, pas le choix.

Pendant qu'elle se parlait à elle-même pour mieux organiser ses idées (ou parce que vivre en solo dans sa chambre commençait à lui monter à la tête, au choix), Winifred enleva son pyjama combi ours pour un jean lâche très laid datant de Mathusalem tellement il était usé et un sweet épais noir avec une énorme moustache blanche dessus. Ses cheveux attachés pour être à l'aise, elle rajouta une casquette des Sharks et se maquilla comme une voiture volée. Pour terminer cette ensemble sexy, élégant et discret Winnie rajouta des lunettes de soleil aux montures roses pailleté, produit dérivé qu'elle avait eu en cadeau en se commandant un fast food à livrer.

In-co-gni-to.

Ou pas, elle avait l'air un peu trop voyante. Hm. Finalement elle enleva le sweet et le vieux du lycée qui était un peu court, à l’effigie aussi des Sharks. Voilà, on dirait une vraie supporter, c'était parfait ! Elle détestait le sport et il le lui rendait bien mais à l'époque elle n'avait eu le choix d'acheter en fourniture ce sweet, comme quoi tout ce rentabilise à la longue ! Winnifred sortit de l'appartement pleine d'une nouvelle confiance en elle, comme la dernière fois avant que James ne la dérange, elle alla toquer à la porte d'Attila. Pour une fois elle fut délicate mais quand il lui ouvrit, elle s'engouffra à l'intérieur sans même un bonjour. Il ne faudrait pas que James les voit !

Arrête tout ce que tu faisais j'ai besoin de toi ! Allez met tes chaussures faut qu'on fasse vite, à cette heure y a pas grand monde.

Pas de « bonjour Attila » ou de « je ne te dérange pas ? », non, jamais avec Winifred qui avait la mauvaise manie de faire comme si elle poursuivait une looooongue conversation sans interruption avec son interlocuteur. Elle a dit « bonjour » à Attila y a des années, c'est bon elle allait pas se répéter, de toutes façons il avait l'habitude du manque de savoir vivre de son amie et de son caractère impulsif.

Faut que tu te déguises !

Elle trépignait sur place, sautillant d'un pied à l'autre comme si elle avait une envie pressante. Il était  onze heure cinquante, le temps d'y aller il sera midi : pause déjeuner ! La plus part des flics ne seront plus dans le commissariat, ils pourront s'infiltrer avec un moindre risque. Si y a du monde, pas de panique, elle avait déjà prévu la diversion : le bouton pour l'alerte incendie devrait vite se trouver et si y a pas, elle demandera à Attila de simuler une crise d’épilepsie. BEST PLAN EVER.

Dépêêêêêche Mildrech'!

Avec ce plan AUCUN risque qu'ils finissent avec un casier ! Elle avait un peu peur, quand même, se lancer dans une opération d'une telle ampleur c'était sacrément flippant, elle avait pas son ordi pour se cacher cette fois, mais elle n'avait pas le choix. Je dois découvrir la vérité, j'aurais pu mentir pour obtenir le casier de James mais ça aurait été difficile d'être assez crédible, pirater la base à distance aurait été remarqué - c'est des flics quand même - Pirater la base de données sur place c'était plus sûr ! 


fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Lun 1 Juin - 20:30


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
Ce que j'adorais dans mes jours de congé ? Dans l'ordre croissant d'importance : dormir plus longtemps, me faire un brunch d'enfer, glander. Le 3 de mon top 3 était déjà accompli puisque je m'étais péniblement levé à 11h, ce qui me changeait des réveils à 5 ou 6h. Après une bonne douche dont je gardais les cheveux mouillés, j'avais enfilé la tenue la plus confortable possible -à savoir un survêtement, et j'avais commencé à entasser les éléments nécessaires à mon brunch sur le comptoir de ma cuisine américaine quand on avait toqué à la porte. Je ne savais pas encore, à ce moment précis, que c'était le glas de ma tranquilité qui sonnait. Ce ne fut qu'en ouvrant la porte que j'eus un vague présentiment que mes plans allaient être bouleversés...

« Bonjour Winifred. Ca va plutôt pas mal, merci, et toi ? »

Répondis-je, un large sourire sur les lèvres. Je lui répétais cette phrase, inlassablement, à chaque fois que l'on se voyait et qu'elle zappait les politesses -donc à chaque fois qu'on se voyait- depuis qu'on se connaissait. Je savais que ça ne la rendrait pas plus polie ou disciplinée en la matière, mais c'était presque devenu un rituel, et ça ne manquait jamais de me faire sourire.

« Mm laisse moi deviner... Un Ninja a volé tous tes vêtements potables... »

Mes yeux remontèrent sur son visage. Outch. Dur le maquillage !

« ... Et tous tes miroirs »

Certes, Winie ne sortait pas souvent de chez elle, mais elle devait quand même avoir une VAGUE notion de ce qui se mettait et ce qui devait, en théorie, rester au fond du placard. 
De toute façon, elle ne risquait pas de se vexer parce que je faisais un commentaire sur son look, on avait dépassé ça tous les deux.

Mes vacheries dilapidées, je tiltais enfin sur ce qu'elle venait de me dire. Mettre mes chaussures ? Genre... Pour aller dehors ? Je restai un moment immobile à la dévisager d'un air suspicieux.

« Je rêve où tu prévois VOLONTAIREMENT de sortir de chez toi ? »

Le ton était à moitié moqueur, à moitié très sérieux, parce que franchement, ça arrivait suffisamment rarement pour le souligner. Les trois quart du temps, c'était Madison qui fichait sa fille dehors, fille qui traversait donc le couloir pour venir se réfugier chez moi. Dans la tête de Winie mon appart était probablement l'extension de sa chambre. Elle avait d'ailleurs commencé à semer des affaires chez moi, ce qui ne manquait jamais d'attirer l'attention de mes plans d'un soir. "Tu ne vis pas seul ?" "Si si c'est ma meilleure pote qui marque son territoire". Comme ça s'il ne m'avait pas encore classé dans la catégorie des gens bizarres ils pouvaient me mettre dans celle des gens qui fréquentent des gens bizarres.

Je fus ramené à la réalité par le bruit du piétinement de Winie sur mon parquet. Haussant un sourcil, je ne pus retenir une autre boutade. C'était habituel, entre nous.

« Me dis pas qu'après tous ces squats chez moi tu n'as pas encore retenu où étaient les WC ? »

Blague à part, elle ne m'avait toujours pas dit ce qu'on était censé faire, se contentant de me donner des instructions vestimentaires... Et comme je connaissais un peu trop bien Winie, je savais que ses plans étaient toujours et nécessairement foireux. C'était d'ailleurs pour cela que j'essayais généralement de mettre mon nez dedans le plus tôt possible pour éventuellement pouvoir sauver ce qui était sauvable. Mais de toute évidence, aujourd'hui, Winie avait déjà planifié le gros de l'affaire. J'avais donc du souci à me faire...

« Me déguiser ? T'as une bonne raison j'espère ? Et "voir les gens du parc se foutre de la gueule d'Attila comme la dernière fois" n'est pas une bonne raison pour info... »

Je m'en souvenais encore de cette mission où, pour une raison assez obscure, j'avais du me déguiser en femme... Comme je ne suis pas franchement du genre androgyne, ça avait fait "Alerte au drag queen !", ce qui avait fait marrer les ados, flipper les parents. Winie avait soutenu que le plan n'aurait pas fonctionné sans ce déguisement, mais je la soupçonnais de se foutre de ma gueule. 

« J'me déguise pas en femme »

Voilà, l'index levé, l'air catégorique, j'étais formel, et elle était prévenue. Et la voilà qui me pressait comme un citron pour que je me grouille. Adieu brunch, adieu jour de repos réellement reposant, bonjour énième mission suicide. J'attrapai mes chaussures pour commencer à le préparer, mais ça ne m'empêcha pas de répliquer :

« Mildrech ? Pitié dis moi que t'auras jamais d'enfants ... Et que si t'en as que tu les appelleras jamais Mildrech... »

Bon, aujourd'hui, l'idée que Winie ait des enfants était grotesque tellement elle se comportait elle-même comme une ado de 15 ans.... Ce qui avait moi-même le don de m'infantiliser d'ailleurs. La team "on a pas grandi dans notre tête", quelle fine équipe !

« Et puis je veux bien me dépêcher mais tu m'as pas dit où on allait et comment je devais me déguiser ! »

Grognai-je tout en faisant le pied de grue sur une jambe pour essayer de lacer ma basket avec le pied en l'air. J'étais du genre plutôt musclé, l'air de rien -ça muscle les exercices d'hélicoptère chez les Paramedics !- mais alors l'équilibre c'était un grand NOPE. 

« Tu comptes me dire ce qu'on fiche ou je dois deviner ? »

Même si, bon... Le fait que j'ai déjà mes chaussures aux pieds montrait que j'allais la suivre quoiqu'il en soit. Le pouvoir secret de Winifred ? Celui de le faire faire n'importe quoi ...


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Mer 10 Juin - 21:04

Winifred A. Dunn a écrit:

Mission du jour
pirater un commissariat

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Moque toi, ça ne m'atteint pas !

Elle souriait, taquine mais ne perdait pas ses sautillements d'excitation. Rah mais ce que tu es LENT et BAVARD Attila ! J'ai dis bouge, alors bouge car on va être en retard ! Non mais c'est pas vrai il a pas fini de râler ? Pour une fois que ce n'était pas elle qui renâclait, m'enfin il n'avait pas totalement tord, la situation était à milles lieux d'être ordinaire. A côté son super plan pour obtenir la réduction misogyne du magasin de jeux vidéos « ramène une copine, t'as -50% » était une affaire de routine. Cora n'était pas disponible, c'était pas de sa faute et puis mince, quand une amie a besoin de toi faut tout faire pour l'aider elle ne lui a pas assez rabâché ? Elle, combien de fois elle est venue à son secours pour Sharleen ? Milles fois au moins ! Bon techniquement Attila ne lui avait jamais demandé d'aller voir Sharleen en personne mais Winifred aimait anticiper les désirs de son meilleur ami. Elle n'était pas envahissante, elle était prévenante.

Fait pas genre Attiti, t'avais adoré te déguiser.

Mine de rien elle avait changé le surnom mais il le savait, dès qu'elle en aura l'occasion elle lui trouvera un énième prénom sortit dont on ne savait où. T'es vraiment qu'un râleur, dit celle qui chouinait quand sa mère lui ordonnait d'aller à la boulangerie et allait lui piquer son pain. Néanmoins le râleur mettait ses chaussures pour son plus grand plaisir, un immense sourire aux lèvres, elle se permis de relâcher la pression et d'aller au toilette (à force de sautiller et qu'il en parle, ça lui donnait envie… par qu'elle soit influençable, quoi que). La question d'Attila resta donc pendue dans le vide, le dos de Winifred lui servit de réponse. Un ange passe. Chasse d'eau, robinet et la revoilà qui revient en passant par la cuisine pour prendre une pomme dans laquelle elle mordit. Trop d'émotions, ça donne faim.

Tes fringues les plus moches, faut pas qu'on te reconnaisse.

Ça lui semblait assez évident, sinon pourquoi aurait-elle mis du maquillage alors qu'ordinairement elle était 100% naturelle par pur flem ? Pourquoi elle porterait un ensemble sportif alors qu'elle avait déclaré pas plus tard qu'hier sur son profil en ligne : « Ma mère veut me mettre un lit en hauteur, RIP Winnie #troplaflem #escaliersdelamort #trophautpasdeprises».

Tu te souviens du mec avec qui j'échangeais des sms ?

Quand ils se regardaient des films d'horreurs bien installés dans le canapé d'Attila, elle lui avait lu des extraits au moment où le tueur découpait ses victimes, assurant l'ambiance par des « regaaaaarde ». Elle lui avait demandé une centaine de fois son avis : tueur ou pas tueur ? Depuis qu'elle avait découvert qu'il n'était pas un pote de son mmorpg. Le portrait robot qu'elle avait fais de son interlocuteur traînait sûrement encore quelque part dans l'appartement d'Attila.
Mais peut-être qu'en effet il avait complètement zappé qui était ce mec…

Ben je l'ai rencontré hier…. Il habite au bout du couloir… t'imagine ? Il habite au bout du couloir ! Il s'appelle James, est agent de sécurité, il me trouve sympa, aime lire, traîner sur internet et ne sait pas quoi penser du PIA. Elle se tut, elle sentait ses joues rougirent et ça l'agaçait d'être aussi transparente, dix contre un qu'elle avait également les yeux qui brillaient un peu. Il est gentil, il m'a accompagné au travail. . Nouveau silence, la demoiselle ne sautille plus partout mais baisse pudiquement son regard vers le sol, oh des chaussons, elle les prends et se met à les tourner entre ses mains. Finalement elle regarda à nouveau Attila et déballa avec gène ce qu'elle avait sur le coeur : je lui ai dis que j'étais secrétaire à la mairie, c'était plus fort que moi, j'voulais pas le laisser partir sans savoir s'il était réglo ou pas.

« Je rêve où tu prévois VOLONTAIREMENT de sortir de chez toi ? » C'est aberrant et je le sais Attiti, je le sais que trop bien mais c'est plus fort que moi, plus fort que ma peur d'eux, j'ai ce besoin d'aller jusqu'au bout avec lui. Gênée par la situation, d'avoir eu à ce confier à son meilleur ami, elle n'était pas douée pour ces moments, elle devrait peut-être en dire plus ? Genre longue introspection façon canapé ? Ou alors se taire et se barrer ? Le temps de penser, l'heure filait.

Donc on va braquer le commissariat pour avoir la réponse ! Notre rencontre n'a rien donné, son casier judiciaire m'aidera ! J'aurais bien piraté le commissariat mais j'suis pas meilleur qu'eux, avec l'armée dans les parages j'vais pas me lancer là-dedans… pas viser tout de suite aussi gros ! Bref, on va sur place, c'est l'heure du midi y a personne et je fouille dans l'ordinateur pendant que tu fais le guet. Si ça dégénère tu simules une crise cardiaque ou d'épilepsie, comme tu veux, au pire y a l'alarme incendie mais comme les papiers vont débarquer, faudra faire super vite… t'as vu j'ai pensé à tout, mon plan va marcher et j'aurais la conscience tranquille.

Et dans un grand sourire en lui attrapant les mains qu'elle serra fort dans les siennes, Winifred conclue d'un adorable : si ça foire, t'inquiète, y a moyen que je trouve comment effacer les casiers judiciaires. T'es le meilleur mon Attitti, tu le sais?



fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Jeu 11 Juin - 19:44


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
« T'es au courant que des fringues moches n'empêcheront pas les gens de me reconnaître hein ? »

Je repartis quand même dans ma chambre pour me changer. Un bermuda atroce et une chemise à fleurs fluo plus tard, je m'observai dans mon miroir. On pouvait DÉFINITIVEMENT me reconnaître, et en plus je passerai pour un con. Si on croisait Amy, j'allais réduire à néant mes maigres chances avec elle... Bon il n'y avait pas de raison qu'elle se balade hors du secteur, mais le destin avait de l'humour me concernant alors... Savait-on jamais. Il faudrait peut être que je parle d'Amy à Winie... Sinon elle n'allait pas comprendre pourquoi je courais après une atrienne alors que j'étais encore fou de Sharleen. Ouais, j'aurais bien l'occaz de lui en toucher 2 mots.

En attendant je ne pouvais pas sortir comme ça. Une casquette ? Ca ne cachait pas grand chose. Une perruque ? J'allais être ridicule. Une cagoule ? Avec la situation tendue qui régnait à Edendale, j'allais être arrêté en moins de temps qu'il n'en fallait pour crier : ATRIEN. En fait... Je commençais à comprendre pourquoi Winie s'était maquillée ! J'allais avoir l'air super con si je me maquillais... Mais au moins, on ne me reconnaîtrai pas ! C'était le but, non ? Et si Winie le précisait, c'est que c'était important. Ou plutôt, non, le fait qu'elle le précise aurait pu être une façon de se moquer de moi, mais le fait qu'elle se maquille elle-même était la preuve que ce devait être nécessaire... Ou important. J'ouvris pas trousse de maquillage -oui avec Winie comme meilleure pote n'importe quel mec finirait équipé de la sorte... Ou presque- et hésitai... Le maquillage de clown ferait flipper les gens, je risquais aussi de finir en arrestation. Je finis par me décider pour du fond de teint à gogo pour cacher un peu mon teint, du khôl autour des yeux pour... Je sais pas pourquoi, mais ça perturberait suffisamment, en tout cas je l'espérais. Je finis par appliquer de la gomina sur les cheveux : la tignasse plaquée en arrière ça donnait toujours un air différent. Je revins dans le salon grimé comme un plouc, et je levai un doigt d'avertissement en direction de Winie.

« Je n'ai PAS aimé me déguiser en femme. Mais j'avais pas de meilleures idées »

Quoique maintenant que j'y repensais, se déguiser complètement en nana aurait peut être été moins humiliant que cet accoutrement parfaitement ridicule et laid.
Heureusement, on ne resta pas trop longtemps sur mon cas, je voulais un leu comprendre ce qu'on allait faire, et il y avait visiblement tout un contexte à mettre en place afin de comprendre le pourquoi du comment de l'opération. Et le quoi, aussi, accessoirement.

Un sourire grandissait sur mes lèvres à mesure que Winie parlait et que je comprenais ce qui arrivait à ma petite protégée : elle était en train de tomber amoureuse, les deux pieds en avant. Je le savais qu'elle avait un côté fleur bleu caché ! Bon... TRÈS caché quand même, à ce stade c'était même le maître incontesté du camouflage, son côté fleur bleu... MAIS il était là !
Je sentis inexplicablement un sentiment de fierté, à la limite du père qui accompagne sa fille devant l'autel... A ceci près que Winie n'était pas ma fille et qu'elle ne se mariait pas... Pas tout de suite. Sa conception du mariage s'arrêtait aujourd'hui à se marier sur son jeu vidéo pour gagner des points de stamina...ou de mana ... Ou des cristaux... Un truc utile quoi. Bref pas très romantique mais là, LÀ c'était différent.

« Il a l'air chouette, faut que je le rencontre ! »

Commentai-je, même si je ne savais presque rien sur lui... Le fait que Winie semble l'apprécier était en soi un signe de chouettitude pour moi. Et puis, j'aurais probablement l'occasion de le rencontrer, surtout s'il habitait dans le même immeuble que nous, pire, dans le même couloir. Bon sang, j'espérais que ce n'était pas contre SA porte que j'avais plaqué -très bruyamment- ma dernière conquête-alibi... Qu'importe ! Tout ça ne me disait pas ce qu'on allait faire, et vue la tronche de Winie, je devinais qu'on allait pas chez lui, sinon elle aurait cherché à se faire belle, pas... Pas comme là quoi.

« Et donc ? »

L'encourageai-je à continuer. Je n'aurais pas dû. La suite était... Surprenante ? Mes yeux s'écarquillaient de plus en plus alors qu'elle déballait son "plan" -si on pouvait appeler ça un plan... La bouche à moitié ouverte, façon poisson crevé, j'attendis qu'elle ait fini de délirer -parce qu'elle délirait... Hein ?- pour prendre la parole, levant les mains en l'air pour essayer de tempérer ses ardeurs. On venait de passer de mignonne petite fleur bleue à grosse barj qui déraille totalement en 5 secondes à peine !

« Quoi ? Attends-tends-tends-tends ! Tu viens pas de dire que c'était trop chaud de pirater leur système ? Comment tu vas effacer les casiers judiciaires si ça foire ? »

Oui oui, c'était la seule chose que j'avais trouvé à dire. Pas de "c'est le pire plan que j'ai jamais entendu de ma vie, et pourtant on en avait vu ensemble des films d'horreur à base de tactique "tiens c'est flippant et dangereux, on est un grand groupe, et si on se séparait et qu'on partait chacun dans notre coin pour être des proies faciles ?"". Ce n'était pas faute de le penser mais quand rien ne tenait la route je ne savais jamais par où commencer ...
Le pire, c'était que Winie ne doutait pas une seule seconde que j'allais la soutenir dans son plan complètement taré ! Elle me connaissait un peu trop bien de ce côté là : je commençais toujours par faire appel à la raison, c'était mon côté trouillard et adulte -c'était la seule manifestation de mon côté adulte d'ailleurs ...- et puis par une force occulte mystérieuse, je finissais toujours par accepter. Ce qui ne tournait pas rond chez moi ? Pas la moindre idée. Mais je n'allais pas céder sans au moins un peu lutter... Savait-in jamais, peut être que Winie pourrait être raisonnée ? Je n'y croyais pas moi-même, mais j'allais tenter parce que... Un commissariat quand même !

« Tu peux pas faire comme tout le monde et apprendre à le connaître normalement ? T'as dit qu'il était gentil ! Fie toi à ton instinct ! Pourquoi tu veux vérifier son casier ? Tu peux pas vérifier les casiers de tous les gens que tu rencontres hein ! »

Je marquai une pause, un gros doute venait de surgir en moi : minute... Elle ne faisait quand même pas ça à chaque fois qu'elle rencontrait quelqu'un ? Bon, c'était Winie, elle faisait pour sur moins de rencontres  que la plupart des gens, mais quand même !

« Attends voir... T'as vérifié mon casier aussi ? »

Demandai-je soudainement, les yeux écarquillés. Pas que j'avais quelque chose à cacher... Quand j'étais petit j'avais volé des bonbons pour Shar et les délits s'arrêtaient là. Mais quand même, c'était flippant si elle faisait un check de tout le monde comme ça ! Non en fait, ce qui était flippant, c'était qu'elle PUISSE le faire. Y avait aucune sécurité dans ce pays ma parole... Desfois, ça m'arrangeait, comme quand Winie avait piraté le site des Prodinas. Mais desfois... souvent même, ça me foutait les j'tons.

« Et puis comment ça c'est l'heure du déjeuner y a personne ? C'est un COMMISSARIAT, y a TOUJOURS quelqu'un ! On va forcément se faire pincer ! »

Et pourquoi est-ce que je revenais moi-même sur ce terrain glissant ? Apprendre à fermer sa gueule, Atti...


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Ven 12 Juin - 22:43


Mission du jour
pirater un commissariat

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Quand il revient, c'était comme voir un adorable hérisson déguisé en requin : c'était d'un ridicule ! Pliée en deux, Winifred explosait d'un rire tonitruant peu discret – mais y avait jamais rien de vraiment discret chez elle – couvrant à moitié les râleries de son meilleur ami. Tu es tellement moche !. Des larmes perlaient au coin de ses yeux et un mal de ventre la prenait mais c'était trop bon, se calmant enfin elle apprécia complètement de le relooker à chaque expéditions. Y a pas à dire, les déguisements ça te va tellement pas, c'est merveilleux. Il était plutôt mignon son animal de compagnie rien qu'à elle mais là franchement… cessant de rire, elle entreprit de lui parler de James et de la mission qui les attendait. Les commentaires d'Attila l'encouragèrent, elle parla beaucoup et quand elle eut terminée, son air de poisson mort l'avertit qu'il n'allait pas sauter au plafond à cause d'un trop plein d'enthousiasme. T'aime pourrir l'ambiance, hein ?

Winifred fronça les sourcils, il avait vraiment le chic de pointer le doigts sur des détails : ils n'allaient pas en arriver là mais oui c'est sûr qu'elle aurait beaucoup de mal à le faire. Peut-être devra t-elle corrompre le père de Cora en lui donnant un billet ou en demandant à Cora quel service elle pourrait rendre au patriarche en échange d'un casier vierge… Il continuait de s'énerver et elle de rentrer en terre, boudant, jouant avec le chausson mal à l'aise, elle n'aimait pas quand il criait. Plus il s'emportait, plus elle ronchonnait, mais loin d'arborer un air tristoune à faire fondre le coeur de pierre, elle avait plutôt un pli au niveau de la bouche et du front.

Attila finissait TOUJOURS par céder à Winifred. Parce que c'est un type bien qui cède un peu trop aux caprices de son amie ; parce que son côté papa poule avec elle le pousse probablement à  la suivre pour vérifier qu'elle ne va pas se blesser… mais Winifred était persuadée que si Attila se rangeait toujours de son côté c'était parce que, quand elle se donnait à fond, elle arrivait à le convaincre. Avec lui, avec tous les hommes d'ailleurs, fallait sortir les gros arguments pour emporter la bataille : c'était bien pour ça qu'elle était aussi énervée envers elle-même d'avoir été aussi niaise devant James ! Beaucoup de monde s'étonnait que Madison ait pour fille Winifred, c'est vrai que la ressemblance de caractère ne sautait pas aux yeux, à se demander si elle avait vraiment élevée elle-même sa fille mais quand Winnie essayait de persuader autrui, on jurerait de voir sa mère…. Avec d'autres arguments mais sa mère quand même.


C'est bon Jon tu as terminé ?


Elle lâcha le chausson pour attraper les mains d'Attila qu'elle retient avec douceur dans les siennes, ses yeux bruns se plantèrent dans ceux de son meilleur ami et d'une voix qu'elle espérait douce, lui parla.

Je suis amie avec la fille de l'inspecteur Cassidy, au pire si je foire le piratage il nous rendra service. Bah oui dans l'esprit très simple de Winifred la famille de ses amis sont ses amis, le père Cassidy ne pourrait pas lui refuser ce petit service. Y avait un brin de fierté dans sa voix quand elle lui confia s'être fait une «amie », faudrait que tu la rencontre, ce serait génial que vous soyez proche aussi ! Je sais que tu as Sharleen dans ta vie mais si cette goule n'ouvre pas les yeux et continue de te rejeter, tu pourrais sortir avec Cora. Ce serait formidable pour moi. Son meilleur ami avec sa meilleure amie, tout les deux ensemble et ils vivraient tous dans l'appartement d'Attila, elle en face avec James… ola ça s'emballe, craignant de se faire du mal avant d'apprendre le casier probablement désastreux de James, elle cessa de le visualiser attablé avec les Dunn.

Non je n'ai pas vérifié ton casier, c'est la première fois que je fais ça !Elle n'était pas choqué, c'était même plutôt fou de sa part de lui avoir fait confiance, tout être sain d'esprit va vérifier les antécédents de ses connaissances, sa mère lui avait appris à toujours être prudente.
J'ai vite compris que tu n'étais pas un atrien mais je doute pour James… j'ai peur qu'il les apprécie aussi et… Tu sais qu'il y a des démarqués, des foutus démarqués qui prennent l'apparence de nos disparus. Il est peut-être pareil !  


Sa voix se fit plus pressante, ainsi que la pression de ses pouces sur les paumes d'Attila, mais elle ne le quittait pas des yeux. Lui et son eye-liner ridicule, ses cheveux gominés qui donnent envie d'être ébouriffé.

James connaît les noms des morts du cimetière et y a le sosie d'Evan, moi j'te le dis : ça m'étonnerais pas qu'il puisse voler l'identité des morts pour nous faire baisser nos barrières !

Elle ne précisa pas comment elle savait qu'il connaissait Beatrix la pauvre vieille, détail et repris la parole en se mettant à caresser du pouce la paume d'Attila.

Si on essaie pas on ne saura pas ! J'ai BESOIN de savoir s'il est fiable, ça me rend dingue de pas savoir et j'ai essayé de lui demander mais les gens ne disent pas facilement qu'ils ne sont pas humains… Et…. J'ai pas envie de l'avoir devant moi quand il me dira qu'il est un démarqué, qu'il a agressé des humains ou qu'il veut bosser pour le PIA.

Sa voix ferme était devenue de plus en plus inaudible à mesure qu'elle confiait ses sentiments mais c'est avec hargne qu'elle reprit la parole, elle ne devait pas se laisser abattre et lui, il devait la suivre !

J'ai fais la simulation sur GTA, t'as rien à craindre mon plan marche !

Argument infaillible.

Est-ce que Mario abandonne Peach quand il tombe nez à nez face à un Dragon ? Non, il se bat ! Meurt et se rebat ! Où on serait si Jade ne s'était pas rebellée ? Ben Iris aurait buté tout le monde ! Ton intelligence Titi n'est pas un don mais un privilège, alors sers toi en pour faire quelque chose de bien ! Nous sommes ce que nous choisissons d'être : soit un héros, soit un aventurier, ne soit pas un type qui regarde sa vie défiler. Je sais ce que tu te dis : Personne ne sait qui je suis, je peux mener une vie normale. Mais moi je te dis Rory : C'est ce que t'as aujourd'hui ? Une vie normale ? En marchant dans les rues d'une ville qui meurt de la rage, au milieu des cloportes humains qui parlent d'héroïne et de pornographie infantile ! Tu te sens vraiment normal ? Non ! Tu es peut être raisonnable Attila mais tu te caches au grand jour. Moi, j'ai pas peur de vivre dangereusement si ça peut aider.

Ce discours vibrant mixant diverses références lui venait du fond des tripes, dans un élan d'émotion elle tapota le torse d'Attila, et se rendit à la porte. Ses paroles étaient, elle l'espérait, juste et dans un autre instant il aurait pu jouer à «les références de Winnie » mais ses yeux braqués sur lui rendait l'instant dramatique. Ambiance.

Ecoute les plus grands héros, suis moi ou reste là. Moi, j'y vais, avec ou sans toi.

Oh putain mais vient Attila, vient ! J'ai mal au ventre car je me dis que tu vas peut-être pas venir ; parce que ça me stress de faire ça seule et d'ailleurs, si tu viens pas, j'annule tout et me planque dans ma couette. T'as raison, y en aura pour manger à leur bureau et ça me fout les jetons car pour ça j'ai pas de solution. Dans GTA ils mangent dans une salle spéciale. Ca craint, j'ai peur, vient et ça ira. Bordel mes mains tremblent, j'ai chaud et un peu aussi la nausée. Gestion du stress, Winnie, gestion du stress !



fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Dim 14 Juin - 19:16


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
J'ignorai superbement les commentaires de Winifred. Je le savais, que j'étais aussi moche que ridicule, mais hey, elle n'était pas tellement mieux que moi quand même ! Celà dit il valait mieux que je me taise si je ne voulais pas que ça finisse en « toi même » « non c'est toi », on en était très capables malgré notre age...

Je la vis lâcher mes chaussons pour prendre mes mains et planter son regard dans le mien. Oh oh... ça sentait pas bon cette affaire, elle allait sortir son arme secrète : la tête du chat potté et les mots doux, je le voyais venir à des kiloooomèèèètres. Je ne bougeai pas, malgré tout, l'écoutant avec les sourcils froncés et, je l'espérais, un air décourageant. Quelque chose me disait que si la meilleure pote de la fille du commissaire faisait une connerie, le commissaire n'allait pas la couvrir, juste dire à sa fille de changer de fréquentation... Et puis là, POUF, sorti de nulle part, la marieuse qui sommeillait en Winifred se réveilla. D'un air réprobateur, je passai immédiatement à un air abasourdi. Sérieux là ? En pleins milieu de la mission commando, la mission « l'amour est dans le commissariat ? »

« Ouais t'as raison, si je braque le commissariat de son pôpa, elle va probablement instantanément tombée amoureuse de moi... »

Le cynisme était mon ultime arme de défense quand Winie essayait de me convaincre. Et comme toutes mes autres armes, elle ne marchait pas du tout avec cet espèce de diablotin de meilleure amie. Et puis je ne voyais pas ce que venait foutre Shar au milieu de tout cela. Le fait qu'on ramène sa vie amoureuse foireuse sur la table ne l'aidait pas franchement à être de bonne humeur. La journée s'annonçait pourtant siiiii bien quand il s'était réveillé.
Mais si je croyais avoir tout vu, j'étais très loin du compte. C'était maintenant l'heure de la crise de paranoia aiguë, à base de surnaturel et... Oui bon quand les aliens débarquent dans votre ville, on peut se mettre à croire à tout et n'importe quoi. Mais les Atriens qui prenant l'identité de nos morts... Fallait pas exagérer !

« Tu réalises que s'il découvre tout ce que tu comptes faire pour t'assurer qu'il est un ado normal il va te prendre pour une grosse tarée ? »

Non parce que bon, déjà moi, qui l'adorais pourtant, je me posais des questions quand elle partait totalement en live, mais alors un parfait inconnu... Evidemment, il fallait être naïf pour penser s'en sortir ainsi avec elle. Après la parenthèse love life, venait la tirade probablement héroïque de son point de vue mais à laquelle je ne pigeais pas la moitié des références... Les jeux videos, ça n'avait jamais été mon truc, et je ne connaissais pas la moitié des personnages qu'elle me citait. Du coup, l'effet était tout de même vachement moins impressionnant, même si elle avait l'air d'y mettre tout son cœur. Moi, je me disais surtout qu'elle en faisait des caisses, mais je ne pouvais pas franchement la couper dans son élan. Je la laissai finir, me demandant si j'avais la moindre chance, même infime, de la faire renoncer. La réponse était, bien évidemment, non.

Le soliloque prit fin sur un air de drama, et ce que je craignais finit par arriver : elle me menaçait d'y aller toute seule. Bon. Menacer n'était peut être pas le bon mot... Mais elle me sortait la carte du « Ca arrivera, que tu y participes ou non ». BORDEL. Je détestais cet argument tout droit sortie des films. Ca marchait à tous les coups.
Je levai déjà les yeux au ciel, commençant dores et déjà à me maudire et me traiter de tous les noms pour ce que j'allais dire. J'étais faible, une vraie lopette, particulièrement lorsqu'il s'agissait de Winie ou de Sharleen. L'une et l'autre se faisaient concurrence en termes de « on mène Atti par le bout du nez », et le pire c'était que j'en avais conscience. Mais je ne pouvais juste pas la laisser s'empêtrer toute seule dans son plan super foireux, et je savais que la raisonner ne marcherait pas. Pour raisonner quelqu'un, il fallait qu'il y ait de la raison en lui, de base, et chez Winie, de toute évidence, la créativité et la paranoia avaient bouffé tout le reste. Je me mordis la lèvre, sachant déjà que j'étais foutu et que j'allais céder.
Un long soupir, ce fut mon discours d'introduction avant de balancer :

« Ok, c'est bon, je viens... »

Et hop, re les eux au ciel, histoire de dire que hein, quand même, je viens, mais ça me gonfle. Tout faire par amour, ok, mais tout ne signifiait pas « n'importe quoi », chose que Winie ne semblait pas comprendre. Je commençais à piger pourquoi elle n'était jamais amoureuse : c'était la nature qui essayait de la préserver et de préserver son entourage, en fait.

« T'es une sale gosse, tu le sais ça hein ? »

grommelai-je malgré tout tout en rassemblant mes affaires -mes clefs, en fait. Pas la peine de prendre le portefeuille, je n'avais pas intérêt à avoir ma carte d'identité sur moi pour ce que nous allions faire, au contraire. A l'occasion, il faudrait qu'on se fasse de fausses cartes d'identité en fait. Je me raidis un peu, réalisant que je commençais à sérieusement déconner pour penser cela.

« Si je finis en taule à cause de TES conneries, j'espère que tu culpabiliseras. Et que ton James et toi vous viendrez m'apporter de bons petits plats parce qu'il paraît que la bouffe de prison c'est dégueulasse... »

Bon, quelque chose me disait que les repas préparés par Winie ne risquaient pas d'être vraiment meilleurs... Avec un peu de chance James savait cuisiner, sinon j'étais pas dans la merde ! Affaires rassemblées et glissées dans mon short à fleur, je fis signe à ma meilleure pote qu'on pouvait décoller. Alors qu'on se rendait dans l'ascenseur pour quitter l'immeuble, je n'avais toujours pas l'esprit tranquille. Ca allait FORCEMENT foirer cette histoire....


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Dim 14 Juin - 23:11


Mission du jour
pirater un commissariat

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Il avait de bons arguments qui auraient fonctionné sur n'importe quel être sensé. Sauf qu'elle n'avait pas de recul sur les choses, que sa propre logique était certes minable mais pour elle s'était imparable et puis, si y a Attila, ça va forcément réussir. Son meilleur ami n'était pas qu'un animal de compagnie, c'était aussi un grigri. Aussi quand il obtempéra elle poussa un grand cri de joie et osa bondir pour lui sauter au cou, pour une fille peu démonstrative en affection c'était comme si elle lui avait fait une déclaration complète.

Atti t'es le meilleur ! Et t'es adorable de t'inquiéter pour moi !T'en fais pas, James n'apprendra jamais rien de cette histoire et s'il est réglo on pourra être ensemble, et pour Cora j'ai aucun doute qu'elle va t'adorer, t'inquiète !

C'est bien les relations amoureuses façon Winifred Ariane Dunn : on bonne dose de mensonge, de plans foireux, de techniques de dragues chelou et c'est dans la poche ! On imagine même pas ce que cela pourrait donner au quotidien… Son sourire avait retrouvé sa place sur son visage, son maquillage commençait déjà à couler et l'ensemble avait un côté poupée tueuse, qu'importe, elle était aux anges. Sans plus attendre, Winifred sortit de l'appartement, ils prirent l'ascenseur et c'est partit mon kiki.

Je te cuisinerais tout ce que tu aimes ! C'était pas très rassurant, lui dire qu'il n'irait pas en prison aurait sûrement été plus approprié, tu auras même des gâteaux et tous tes copains t'envierons ! Venant de la part d'une nana qui quand elle imagine son futur parfait avec James visualise sa mère avec eux deux, en train de faire mijoter ses bons p'tits plats, y avait fort à parier que l'Attila en prison n'aura que du surgeler volé dans le congélo'. Au moins elle avait tellement confiance en lui qu'elle ne doutait pas qu'il se fera plein de copains en prison.  

Tutututut, la musique de l'ascenseur rythme l'ambiance, Winnie se balance d'avant en arrière pour finir par bondir dès que les portes s'ouvrent. La soleil de midi passé les accueille, mince ils sont à la bourre à force de négociations ! Elle accélère le pas puis se met à courir pour rattraper le temps perdu. Elle court comme une dératée, sans grâce ni élégance, jusqu'à arriver aux abords du commissariat. Arrêt pilé, elle souffle et se met à marcher calmement pour ne pas attirer l'attention (c'est vrai quelqu'un qui s'arrête net en milieu de course pour marcher c'est très discret mais passons). Sa casquette bien enfoncée sur son visage, ses lunettes sur les yeux, elle s'assure qu'Attila est à côté d'elle puis entre dans le commissariat.

J'ai le coeur qui bat à la chamade, lui souffle t-elle avec un petit sourire.

Y en a qui quand ils sont en mission ne pense à rien, ils ont une âme militaire, de ninja, elle non. Winifred avait des plans en tête mais quand elle devait passer à l'action, son stress avait tendance à la paralyser. Cette fois, elle n'allait pas abandonner parce que son ventre était noué et qu'elle respirait mal. Cette fois, elle allait être aussi brave que Lara Croft herself. Le commissariat se déploya devant ses yeux : les ordinateurs avec le logo de la police qui rebondissait sur les bords de l'écran ; le brouhaha des conversations, des interrogatoires et même, au loin, quelques cris venus des cellules d'arrêts. Y a plus de monde que prévu.

Ils n'ont pas de salle déjeuner comme dans GTA, tu avais raison, elle se tut pour encaisser la nouvelle, se sentant pâlir. Il est temps de rendre les armes Winifred, d'abandonner avant que tout cela ne dégénère.J'ai envie de faire pipi et vomir aussi, ça libérerait ma poitrine, faut vraiment que je m'achète le jeu de relaxation sur Wii3000.

Je peux vous aider ?

Le policier qui se présenta à eux avait un sourire polit malgré qu'il les dévisagea du coin de l'oeil. Jeune, pas plus de trente trois ans, son visage naïf était avenant et sa petite taille juvénile le rendait attachant : s'il le faut, Attila pourra aisément le maîtriser. Oui, avec un adversaire tel que lui, Winnie se sentait capable d'être Lara Croft…. Au niveau 1…

Oui, oui, on vient faire une déposition !

Elle parlait sans assurance, avec une timidité maladroite qui alternait intonation douce et agressive. Vas y ma fille tu peux y arriver, tu peux le faire. Lara Croft ! Le policier leur sourit de nouveau, ce qui eut pour effet de la rassurer. Elle eut un regard complice pour Attila, tu vois que ça marche mon plan. L'homme leur désigna son bureau et… une voix grave, caverneuse même, s'imposa.

Prend ta pose Johnny, je m'occupe d'eux.

Le dénommé Johnny rouspeta gentiment, voyons Marc, c'est très gentil mais toi vas en pause, non non je n'en ferais rien ; ça débatait de politesse en politesse qui stressait Winnie. Rah bon sang voilà pourquoi elle n'était pas polie ! De l'hypocrisie qui saoûle et stress tout le monde ! Ca se voit que le gentil Johnny veut aller prendre sa pause ! Elle ne veut pas qu'il parte, l'autre vieux va finir par se lasser de ce petit jeu. Perdu, gentil flic se barre, le vieux de la vieille école prend la relève. Oups, ils auraient dû partir tant qu'il en était encore temps.

J'ai l'impression d'être Pacman, pas toi ?.

Acculée, prise au piège, elle va se faire bouffer toute crue sauf si elle lutte. C'est la guerre, Attila. Elle avait murmuré en douce à son ami, attirant sur elle l'attention du flic qui leur désigna son bureau. Outre qu'elle le trouvait pas agréable à l'oeil, l'air vieux tiré d'un navet des années 2000, Winnifred, le bureau ne la ravit pas plus. Photos de familles, de chats, bibelots kitsh, badge des Prodinas laissé dans un coin, flyer pour Asfamia, ce type était clairement corrompu. Pas de pitié Attila, eut-elle envie de lui dire mais c'était devenu compliqué de faire des messes basses.

- Je vous écoute, allez-y… pourquoi êtes-vous là ?
- Ben… mon ami et moi avons rencontré un type très gentil. On se racontait des histoires, on faisait des épreuves, heu, des jeux, c'était très sympa. Sauf qu'on a fini par découvrir que le type nous mentait, nous manipulait… vraiment quelqu'un de pas fréquentable qui a abusé de notre confiance. Et heu on aimerait savoir s'il a fait ça à d'autre personne. Voilà.
-… Je vois, je vais prendre vos noms, on va remplir une feuille ensemble et vous allez déposer plainte. On fera une enquête.
- NON !! On veut juste savoir si on l'accuse pas à tord hein !
- … On fera une enquête… Mademoiselle, vous voudriez bien enlever vos lunettes ?

Elle n'aimait pas le regard suspicieux du policier, le stress l'envahissait et elle n'arrêtait pas de se triturer les mains, toucher le visage, en plein de gestes nerveux. Pourtant elle avait super bien mentit pour une fois ! Le scénario de Shadow of Memory s'adaptait parfaitement à la situation ! Plus qu'à dire « James » à la place de « Homonculus » et le tour était joué ! Mais s'ils portaient plainte, alors James saura ce qu'elle a fait… Doucement elle poussa le pied d'Attila, à ton tour mon ami, va, faire une fausse attaque ou dit que tu braques le commissariat. Elle pousse son pied, ses mains font le nombre dix. Donne moi du temps, je fais des miracles.
Winifred obtempéra, enleva ses lunettes, dévoilant son regard de biche paniquée. Ou de Tarsier effrayé, au choix.



fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Lun 15 Juin - 20:40


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
Nous voilà au commissariat en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire « TEAM WINILA 4EVA » -c'est long à dire faut dire- et Winie me confia qu'elle avait le cœur qui bat à 100 à l'heure. Je ne dis rien mais je n'en menais pas large non plus, me demandant encore à quelle sauce on allait se faire manger. Une fois rentrée, je laissais Winie mener la danse car je n'avais pas la moindre idée de comment elle voulait procéder. Je me contentai de la suivre et d'avoir l'air con -non, franchement, je sentais bien au regard des policiers présents que mon look suscitait l'amusement, je ne pouvais que les comprendre.

« Si tu te pisses dessus en plein milieu du commissariat, y a moyen que ça détourne l'attention »

Répondis-je dans un sourire amusé en essayant de ne pas trop imaginer la scène malgré tout.
On vint nous accueillir, j'ouvris la bouche, me demandant déjà ce que j'allais pouvoir inventer :

« Oui on vient pour... »

Winie me devança, me coupant la parole au passage. J'avais l'habitude.
Une déposition ? Je me retins d'hausser un sourcil, forçant un sourire approbateur tout en me demandant où elle voulait en venir. Le changement d'interlocuteur ne sembla pas lui plaire, moi, je m'en fichais un peu, même si pour sûr le novice avait ses avantages. Je dus retenir un petit rire alors qu'elle me chuchotait avoir l'impression d'être pacman. Enfiiiin une référence que je connaissais. Je ravalai mon rire, mais le flic me jeta un regard de travers à me voir sourire dans le vide. Je me raclai la gorge, cherchant un peu de contenance alors que Winie prenait une nouvelle fois les devants avec le policier. Je dus à nouveau me retenir de rire en l'entendant s'expliquer, non pas parce qu'elle disait était drôle, mais parce que Winie qui essayait d'inventer des histoires, ça pouvait VRAIMENT être n'importe quoi. J'ouvris la bouche, prêt à soutenir son témoignage, mais elle fut plus rapide à paraître super louche. Chuuuuuut Winie, tu t'enfonces là ! Je lui jetai un regard de soutien, espérant que ça suffirait, mais le flic insistait, et je sentais la panique s'insinuer doucement en elle.

Elle me fit du pied, plus ou moins discrètement, c'était son appel à l'aide. C'était un signe qu'il fallait que l'on passe immédiatement au plan B... Oh. Minute. On n'avait pas de plan B... On n'avait même pas de plan A en fait. On avait rien du tout, à part un objectif, et une route pleine d’embûches jusque là. Elle continuait, insistait. Visiblement, c'était à moi de jouer. Je lui fis les gros yeux façon « Ouibahjecheeeeerche » alors que le flic levait les siens au ciel, oubliant de nous regarder pendant quelques secondes. C'était elle la créative du groupe, moi j'étais... le soldat. Enfin le toutou, disons le. Bref, PAS celui qui a de super idées normalement. Mais là, visiblement, tout reposait sur mes épaules. Et même si j'en avais rien à péter, moi, de ce dossier, Winie était très douée pour partager le sentiment d'urgence... J'avais l'impression que si on ne récupérerait pas ce qu'on était venus chercher, c'était la fin des haricots, et peut être même de tous les autres légumes verts.

Je paniquai un peu à la recherche d'une idée de génie, ou d'une idée tout court. Ca le faisait si je bondissais sur le flic et que je le cognais ? Non. Foutrement non. Offense à agent... je risquais quoi pour ça ? Et si je lui roulais une paloche ? Non, beurk, impossible, même pour la bonne cause ! Et puis je risquais d'être arrêté pour harcèlement sexuel ou... autre raison bizarre. Mon regard se balada plus ou moins discrètement -plutôt moins d'ailleurs- autour de moi dans l'espoir d'avoir une inspiration divine. Mes yeux finirent par tomber sur un couple assis l'un à côté de l'autre, main dans la main, attendant que notre flic en ait fini avec nous probablement. Ils avaient du rentrer juste après nous... On risquait pas de les remarquer, ni moi ni le flic, avec le cirque que nous avait servi Winie. Une grande artiste au talent trop ignoré.

A mon tour de sortir mon plus beau rôle. Je me redressai d'un bond, l'air, je l'espérais, furax, alors que je toisais le couple. Au fond de moi, je m'excusais platement auprès d'eux, pour ce que j'allais faire, mais franchement, je n'avais rien trouvé de mieux et je manquais un peu de temps pour inventer autre chose. Je vis le couple se regarder d'un air interrogateur en me voyant fondre sur eux comme un rapace furieux. Et plus j'approchais d'eux, plus je sentais qu'ils avaient envie de disparaître. Je les comprenais, moi aussi je me serais bien volatilisé pour tout dire...
Et me voilà là, planté devant eux. C'était le moment de sortir le grand jeu, avec un grand J, ou un grand G... Fallait pas se dégonfler, c'était pour la bonne cause !
Pof, la baffe claqua dans un bruit sec sur la joue du pauvre bougre qui, de toute évidence, et à juste raison, ne comprenait pas ce qui s'abattait sur lui. Je sentis un bruit de chaise qui crisse sur le sol, de toute évidence notre flicard venait de se lever, prêt à intervenir. Il fallait que je fasse vite, que je garde son attention fixée sur moi pour que Winie puisse intervenir.

« Tu m'avais promis que tu la quitterais ! »

J'avais hurlé. Et visiblement, j'étais plutôt convaincant, puisque la femme du type en question ouvrit de grands yeux, une grande bouche, lui donnant un air aussi choqué que stupide alors qu'elle se tournait vers son petit ami. Petit ami qui avait les yeux tout aussi grands ouverts, et qui manquait apparemment d'argument. C'était ma chance, il fallait que je continue à capter l'audience pour laisser le temps à ma partner in crime d'opérer.

« Comment tu peux oser me faire ça ? Après tout ce que j'ai fait pour toi ! T'IMAGINES TOUT CE QUE J'AI SACRIFIE ? »

Et hop, de hurlement j'étais passé à vocalises. Je venais aussi d'arracher le sac à main des mains de sa nana pour le taper avec. Le type semblait retrouver la parole alors que des bruits précipités de pas m'indiquaient que le policier venait en renfort.

« Mais ça va pas la tête ? Mais il est complètement maboule ! Chérie tu vas pas croire ça quand même ? Il a un grain ! »

A trop essayer de se défendre auprès de sa dulcinée, il ne s'occupait pas trop de m'arrêter dans ma furie pseudo-amoureuse, et je pus donc m'en donner à cœur joie. Je ne frappais pas trop fort, juste de quoi avoir l'air un peu crédible quoi.

« C'est ça ! Mens lui comme tu m'as menti ! Brise lui le cœur comme tu as démoli le mien ! »

Hop, les mains du policier était sur mes épaules, essayant de me tirer en arrière comme il le pouvait. Mais j'avais de la force, ça muscle les paramedics !

« Calmez vous ! »

beugla le flic, en vain.

« Lâchez moi ! Lâchez moi ! Il aura jamais aussi mal que ce que je ressens ! Lâchez moi j'vous dis ! »

Le type parvint à se soustraire à mes coups, bondissant vers le couloir pour s'enfuire. Je me dégageai de l'emprise du flic, partant à sa poursuite, le sac à main brandi en guise d'armes, le flic exaspéré et la femme ne sachant plus à quel saint se vouer à mes trousses. Et hop, nous voilà tous au pas de course dans le commissariat. Alors qu'on détale comme des lapins, je jette un coup d'oeil à Winie, espérant qu'elle n'est pas plantée là à admirer le spectacle et qu'elle s'est déjà mise à l'oeuvre. ALLEZ GO GO GO RANGER, j'vais pas les occuper longtemps à jouer à pacman dans les murs du  poste de police. Et là, la révélation : PACMAN ! WINIE ETAIT DEVIN !


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Ven 19 Juin - 18:49


Mission du jour
pirater un commissariat

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Nan mais ce n'était pas possible ! Le Karma lui avait refilé le meilleur ami le plus lent de la Terre ! Après je met trois milles ans à bouger de chez moi, je fais une sieste de l'esprit au moment critique ! Dis moi Attila, tu as été un escargot dans une vie antérieure ? Elle le poussait du pied, l'observant du coin de l'oeil, arrivant même à force de concentration à trouver que, si si, y a un p'tit truc de l'escargot dans son regard mort. PASSE LA DEUXIEME MEC ! On va pas y passer le nouvel an, sérieuuuusemeeeent ! Reste à te taire et je te maudis jusqu'à la dixième génération ! Une quarantaine de vie en ver de terre, cafard, moustique et autres bestioles qui s'font écrabouiller ! Vas-y continue à réfléchir et je m'installe définitivement chez toi, je me fais passer pour ta meuf dès qu'une nana se pointera ou pire, pour ta fille ! GRAVE ! Je me fais passer pour ta fille et tu auras BEAUCOUP moins de nana à défiler ! Et Shar te détestera et moi, je me fouterais de toi. Best menace mentale ever, il réagit.

La stratégie de diversion était exceptionnelle, un film en temps réel ! Ah ouaaaais il mettait énormément de temps à démarrer Mister Diesel mais quand il était lancé on ne l'arrêtait plus ! T'es le meilleur, t'adore, xoxo on se retrouve à la fin de ton drama time. Le flic bondit vers Attila à l'instar du reste du commissariat, même les visiteurs allèrent voir ce qui se passaient, même l'agent de maintenance cessa de réparer le néon pour jeter un œil. Y avait que deux perfectionnistes qui continuaient de bosser, sont pas fun ceux là. Sans attendre la fin de l'épisode « Attila fait son show au commissariat », Winnie bondit de son siège pour tourner l'écran du PC vers elle et récupéra le clavier. Elle ne perdit pas de temps à contourner la table et n'allait certainement pas prendre le risque con que quelqu'un s’interroge qu'elle soit du mauvais côté du bureau. Ses doigts pianotaient à une rapidité étonnante, son esprit glissait de mots clefs en clic avec aisance sans que le tapage ne la perturbe. Enfermée dans sa bulle, elle tendait l'oreille uniquement pour savoir quand l'effervescence autour de son ami retomberait. Le fichier des personnes fut aisé à trouver (c'est beau les raccourcis bureau) et comme James était un mec sociable et confiant, il lui avait donné son nom & prénom quand elle les lui avaient demandé. Espérons que ce soit le bon… et oui ! La 20G aidant et à une époque où mieux valait ne pas traîner pour obtenir des informations, l'écran afficha très vite la fiche de James Aylen. C'était bien lui sur la photographie et après une lecture rapide de la fiche – ah ça sert les sous-titres super rapides des jeux pour apprendre à lire vite – Winnie compris que si elle l'avait retrouvé aussi vite c'était grâce à son emploi. Forcément, un garde du corps indépendant ça retient l'attention des flics et leurs copains gardes du Secteur. Ils veulent le recruter ? Elle nota l'information dans un coin de sa tête, envisagea sérieusement de lui en parler dans la foulée avant de se dire qu'elle voyait mal caser dans la conversation comment elle savait que les policiers l'avaient à l’œil. « Saluuuut Jamesounet, j'ai vu que les flics avaient un dossier sur toi, genre c'était super easy de te retrouver dans la banque de données. T'avais carrément plus d'info que les autres, chelou nan ? Normalement j'aurais pas dû te retrouver via « les personnes recherchées »... Je pense qu'ils aimeraient grave que tu bosses pour eux. Comment je sais ça ? Oh j'ai juste été lire ton casier, j'ai bien fais hein ? Pas la peine de me remercier ♥ » . Mouais nan oublie.

Attila en était à courir dans le commissariat, elle devait arrêter même si elle était trèèèèès tentée de regarder ce qu'il y avait sur toutes les personnes qu'elle connaissait. Non, elle ne pouvait pas, dommage ! Rapidement elle remit l'ordinateur correctement ainsi que le clavier et se leva discrètement.

« Qu'est-ce que vous faites ? »

Ca aurait été trop beau de réussir le plan aussi bien. Attila continuait de meugler, les gens le pourssuivait et face à elle, un des flics perfectionnistes avait hélas relevé la tête au mauvais moment.

Rien, je remettais l'écran bien, je suis maniaque. Silence, le policier a un regard incisif et sa bouche n'est qu'un pli, pression. Y avait une souris qui mangeait une touche. A peine eut-elle fait la précision qu'elle s'en repentit, elle nota l'éclat dans les yeux de l'homme passer de « sale fouineuse » à « celle-la n'est pas net ». Ohoho.

Winifred attrapa sa chaise et la jeta sur le flic qui eut un mouvement de recul, elle en profita pour se mettre à courir comme une dératée dans le commissariat en hurlant : NORBET ATTEND MOI !! à son meilleur ami qui avait tout intérêt à se reconnaître. SORS NOR' SORS ! Il est partit dans les couloirs cet abruti ! Mais naaaan la sortie c'est de l'autre côté !!! Que faire ? Elle peut s'enfuir mais elle devait abandonner Attila… sacrifier son bro pour sa propre survie… même pas envisageable !

Pauvre concombre !

Grogna t-elle en effectuant un espèce de dérapage, sans cesser de courir pour le récupérer. Derrière elle, son propre policier qui la rattrapait dangereusement. J'aurais dû garder la chaise !! Ou prendre des bananes ! Attila était là ! En face de lui une porte blanche avec une petite pancarte : RDC - 1er . Elle n'a croisé aucune cellule, pourtant elle avait regardé à droite et à gauche en courant, étrange. Rebrousser chemin c'était tombée sur son policier, continuer c'était avoir celui d'Attila, plus le couple ! C'est plus intense que l'épisode de Dénérim dans Dragon Age Origins !

Winifred tu l'as foutu dans ce bordel, tu dois l'en sortir. C'est ta responsabilité ma fille.

Son cœur va s'arrêter de battre à cause du stress pourtant elle prend ses lunettes de soleil dans une main et ses clefs dans l'autre.

It's the eye of the tiger
It's the thrill of the fight
Rising up to the challenge of our rival

C'est le moment de prouver que t'es pas qu'une super DPS sur Dragon's Mystery mais t'en as aussi IRL.

And the last known survivor
Stalks his prey in the night
And he's watching us all

Mon nom n'est pas Winifred Ariane Dunn pour rien.

With the eye of the tiger

Le temps ralentit, Winnie se penche en avant tout en courant vers Attila, puis recule pour ne pas toucher le policier qui a suivit son ami. Dans un geste fluide elle lance ses lunettes sur son visage, puis comme il ne réagissait pas assez – ça lui a pas fait peur, c'est un dur à cuir – elle fait de même en lui balançant ses clefs, espérant le toucher au visage. Le couple glapit, elle pousse l'un des deux sans faire gaffe, passe devant Attila sans ralentir et ouvre la porte.

NORBERT VITE !

Réflexe, elle a encore hurlé.
Bon, on va où ? Elle n'a pas de map et n'a même pas pensé à s'en procurer une avant de venir – erreur de noob ! -. On monte ? On descend ? Deux escaliers, un seul choix. Monter c'est l'armée, descendre ce sont les cellules, mais Attila le sait-il ? Cinq secondes pour se décider, ou périr.
 


fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Dim 28 Juin - 18:27


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
Il était compliqué de courir dans tous les sens tout en vérifiant si Winie s'en sortait... encore plus de le faire de manière DISCRETE. Il faudrait pas que le flic se rende compte que j'étais en train de faire diversion hein... Je continuais de vociférer des insultes et des menaces en carton pour faire courir ma victime et de jetais des coups d'oeil par dessus mon épaule pour vérifier si le flic et la nana continuaient de nous suivre bien gentiment. Je commençais à en avoir un peu marre, l'air de rien. Je ne courais pas très vite et mon corps pouvait suivre ce rythme encore un moment, en revanche ma bonne volonté commençait à s'épuiser. Le flic essaya une première fois de m'arrêter, mais j'étais plus rapide que lui, je l'esquivai donc sans mal. La 2eme fois, il finit la tête la première dans une corbeille à papier en perdant son équilibre. La nana s'arrêta pour l'aider à se relever, nous laissant, son mari et moi, seuls dans la course poursuite. A ce stade, c'était digne d'un dessin animé !

Je m'apprêtais à lâcher l'affaire, songeant que soit Winie avait eu le temps de récupérer ce dont elle avait besoin, soit c'était de toute façon mort, lorsque j'entendis un beuglement. Une voix familière, très familière, qui s'était mise à hurler. Norbert ? Comme le dragon ? Non minute... Concentration Atti, concentration ! Norbert, ça devait être moi... C'est vrai qu'on aurait pu se mettre d'accord sur des noms de code AVANT de foncer tête baissée. Bon, y avait pas franchement de raison que Winie s'adresse à quelqu'un d'autre que moi, donc j'avais fait le rapprochement, mais... Minute ? Je devais sortir ? Ah bon ? Bon ben ok... A part que je ne courais pas du tout vers la sortie, ok. Je pouvais bien faire demi tour, mais j'allais foncer dans la flic qui me collait aux basques. J'avais, techniquement, une chance sur 2 de réussir à le renverser, version taureau, mais j'avais aussi une chance sur 2 de rebondir sur sa graisse -parce que oui il avait une légère bedaine- et de retomber en arrière, sur mes fesses. Et là, ça allait être ma fête.

Résultat ? Je continuais à courir tout droit, derrière mon soit disant amant qui avait une sacrée forme pour ne toujours pas s'être arrêté. Un bon point pour lui : s'il atterrissait un jour dans un parc à thème avec des dinosaures et qu'un vilain raptor s'échappait, il aurait l'endurance pour lui échapper... Bordel, Winie devait vraiment déteindre sur moi pour que je commence à avoir ce genre de pensées !

Et puis là, TADA, ma sauveuse apparut. Ma sauveuse qui était aussi celle qui m'avait fichu dans une merde noire, soit dit en passant, mais ne chipotons pas... Déformation Winienne, la première chose qui me vint à l'esprit fut « une Winifred sauvage apparaît. Winifred lance lunettes... mais cela échoue. Winifred lance clefs. Coup critique !

Je m'infligeai une baffe mentale pour sortir les pokemons de ma caboche et me concentrer sur le problème suivant : comment se carapater d'ici ?
Le cri de Winie me sortit de ma transe, déjà elle passait devant, ouvrant le chemin. On atteignit la porte, elle l'ouvrit, maintenant il fallait choisir : en haut ou en bas ? Winie hésitait, et on n'avait pas 150 ans devant nous, alors il fallait choisir. Rapide analyse : le sous sol, c'était cool, si on était malins, on pouvait enfermer tout ce beau petit monde dans une cellule et se barrer.... MAIS si on foirait l'opération, on était aussi sacrément coincés. Parce quelque chose me disait que personne n'avait encore eu le temps de creuser un tunnel avec une débouchée à l'extérieur...

Du coup, pas trop le choix : direction le premier ! Avec un peu de chance, il y avait des bureaux, et on pourrait se barrer par la fenêtre -sauter du premier... ça se faisait, non ? J'attrapai la main de ma meilleure amie, la tirant à ma suite alors que je grimpai les marches par 4 en direction du premier, me demandant un peu ce qui nous attendait. Naturellement, j'étais trop occupé à nous sortir de là pour entendre le gros flic parler dans son talkie walkie et demander de l'aide à ses collègues.

Arrivés au premier, j'ouvris la porte d'un coup d'épaule, et analysai rapidement la situation. Il y avait aussi des bureaux, partout, mais les quelques bonhommes présents ne portaient pas du tout le même uniforme : eh merde... c'était l'armée. Ne me laissant pas abattre, je repérai tout de suite une fenêtre, me demandant si on était vraiment capable de sauter ou si on avait tous les deux vu un peu trop de films -moi surtout en compagnie de Winie, d'ailleurs. En même temps, on n'avait pas exactement le choix... Dans le doute, je me mis à foncer en direction d'une fenêtre, la main de ma partenaire toujours dans la mienne. Ce à quoi je ne m'attendais pas DU TOUT ? Le croc en jambe. C'était des soldats ou des lycéennes un peu pestes ? Merde quoi ! Quoiqu'il en soit, à défaut d'être classe ou viril, le cloche pied fut efficace. Moi qui courait en premier, je me pris lamentablement les pieds dans la jambe qui avait été tendue au dernier moment devant moi, et je me rétamai de tout mon long sur le sol -et le sol n'étant pas composé de tatamis, ce n'était pas très agréable...

Je voulus me relever dans la foulée, mais je sentis quelque chose de dur et de lourd s'abattre sur mon dos, un genou sans doute, et me plaquer au sol. Quelques secondes plus tard à peine, on me tordait le bras dans mon dos pour m'immobiliser.

« Wooooh ça fait maaaaal »

Grognai-je, ne me gênant pas pour manifester pour mécontentement. Ma joue était plaquée sur le lino bas de gamme, m'empêchant de vérifier comment allait Winie, mais dans le doute, je n'hésitai pas 30 secondes à me mettre à crier à mon tour.

« CASSE TOI GERTRUDE, SAUVE TA PEAU ! »

Gertrude... Ouais bon hein ! Elle m'avait bien appelé Norbert alors hein... Avec des noms aussi pourris, ça puait le « nom de code » à 10KM à la ronde, mais bon... On a pas tous des talents d'improvisateur ! Surtout pas moi en fait....
J'essayai de redresser ma tête pour m'assurer qu'elle avait réussi à se tirer, mais le type qui m'avait pris en grippe me plaqua immédiatement la tête au sol dès que je tentai un mouvement.

« Bah ça va putain, je suis pas un serial killer non plus ! »

grommelai-je, n'appréciant pas franchement la brusquerie de mon vis-à-vis. Ca va quoi...J'avais juste VERBALEMENT agressé un mec, pas de quoi mêler l'armée à tout ça... En attendant mon gugus prenait cela très au sérieux, j'aurais pu être un supra-terrorise qu'il aurait réagi pareil. Sûrement un bleu qui faisant de l'excès de zèle, c'était bien ma veine ! Avec un peu de chance... Winie avait réussi à se carapater. Dans cette position, il m'était difficile de veiller sur elle : dès que je bougeais d'1 milimètre, je m'en prenais une....


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Mar 30 Juin - 15:35


Mission du jour
c'estun épic fail

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Il pris la situation en main pour son plus grand plaisir, un immense sourire de soulagement vint s'étendre sur son visage alors que, oui oui, ses yeux pétillèrent en le regardant pendant qu'ils couraient. Et le prix du meilleur BFF est attribué à… elle manqua de se rétamer, elle cessa de divaguer. Vaguer. Un coup d'épaule, une porte qui s'ouvre et Winifred est prêt à en découdre. Elle a perdu sa meilleure arme dans la bataille mais elle fait de la boxe sur sa console et niveau Hard, siouplait, c'est pas une noob ! Sa main toujours dans celle d'Attila, elle releva l'autre, poing serré prête à attaquer. Son arme de poing, littéralement, le bouclier – Attila – elle se sentait aussi efficace et invincible que Wonder Woman. Manque plus que mon fouet et j'suis ready.

L'armée.

C'est pas JUSTE des flics, non c'est l'armée. Bordel on est pas passé au niveau Survivor, va falloir la  jouer fine… une fenêtre ! Ou alors on peut se la jouer Fast&Furious, sauter par la fenêtre, s'enfuir dans le bâtiment d'en face et à nous la liberté mon frère d'arme ! Bon on a pas les supers voitures, j'ai oublié ma trottinette mais rien à foutre on est des fous, nous. Un croche patte, elle sursaute et pousse un petit cri de souris. C'est cruel et pitoyable comme technique ! Indigne ! Espèce de Champignons ! T'as pas d'honneur mec ! Honte sur toi et ta famille ! Honte sur ta descendance ! Honte sur ton chien et sur ton poisson rouge ! Winifred reste stupéfaite face à une attitude aussi pitoyable, la scène est une fois de plus ralentit, son petit coeur qui bat fort, sa bouche qui s'entrouvre alors que son meilleur ami chute dans un « Naaaaooooon » qui n'existe que dans son esprit. C'est meilleur avec les bruitages. Il la lâche, lui hurle de sauver sa peau et elle, elle, elle panique. Elle panique la Winifred, son coeur menace de lâcher tant il bat fort et sa respiration se fait saccadée. De minces filets d'air entre dans ses poumons, c'est comprimé, elle a les larmes aux yeux. C'est de sa faute tout ça ! C'est complètement de sa faute – et aussi beaucoup celle de James ! Attila il va finir en prison à cause de moi, il va rater sa vie à cause de moi. Il ne pourra jamais soigner Sharleen à cause de moi, elle refusera de l'épouser et il n'aura jamais de mini Attila. Il est trop sensible, il va se faire disséquer en prison, va devenir la dame d'un mec chelou et servira de monnaie d'échange pour des p'tites affaires louuuuuches. Traumatisé il va pourtant dénoncer les mauvais conditions de sa vie de taulard mais personne y le croira, alors il va faire une dépression et se suicidera avec son drap qu'il aura tressé avec amour.

Elle recule, il veut la regarder, se fait frapper, elle hoquette de peur en continuant de reculer, lui obéissant mécaniquement.

Ils vont en faire du steak de Titi.

Elle panique, la Winnifred, elle panique et fatalement tout bascule. Souvent elle donnait à Attila des conseils tirés de ses jeux ou des films qu'elle aimait. A défaut d'adhérer au modèle éducatif diffusé par sa mère, Winnie puisait dans les jeux et films tout ce dont elle avait besoin pour comprendre le monde et y survivre. A cause de ça elle manquait de savoir vivre, de retenue ; elle était souvent à côté de la planque dans les relations sociales, manquant de jugeote et, surtout, sa capacité à garder la tête froide en temps de crise était inexistante. Confrontée la aux difficultés du réel et vous pourrez être sûr qu'elle va péter un cable. Les jeux, ça c'est un univers qui la réconforte, quand elle échoue, elle n'a qu'à revenir en arrière et recommencer. Dans la vie, t'as pas de seconde chance, tu clamses : tu clamses ! Et, en l'occurrence, tu finis en taule… ben tu finis en taule à te refaire un remake de Orange is the New Black version sans fun. Alors, parce que les jeux sont ses meilleurs parents, la jeune femme bascule et voit tout d'après ses règles virtuelles.

Ce flic est le Dragon du Donjon. Attila est son coéquipier qui se fait laminer. Farmer en duo n'était pas une bonne idée, ils n'avaient pas le level mais le drop était trop alléchant pour résister. S'ils crèvent, ils reboot en ville et ça fait au moins 53 % de fatigue à encaisser pour revenir au Donjon. La prochaine fois on recrute, en attendant elle doit réagir. Attila s'est mangé un Skill d'immobilité, elle elle a 80 % de dégât physique : perte de ses armes, fatigue physique et absence d'armure, c'est mal barré mais elle n'a qu'à prendre son pet et ça ira. Spécialité animiste, skill « Fusion » et la voilà qui prend l'apparence de son Loup Graou. Attaque au corps à corps, frontale, Winifred-Loup bondit pour déchiqueter la gorge du Dragon, libérant ainsi son coéquipier.

LACHEZ LE !!!!!!

Winifred venait de mordre le bras du militaire qui retenait Attila et, hargneuse, elle avait planté ses ongles dans la chair pour ne pas lâcher prise. On pouvait même entendre un grognement. Une autre personne essaya de l'enlever mais elle s'accrocha de plus belle, enfin un coup sec la fit lâcher prise mais ils durent la retenir à deux bras pour qu'elle ne retourne pas le mordre.

Echec total du skill « Fusion », changement de stratégie. Pas le choix, elle doit se sacrifier pour lui, il était bon de vouloir qu'elle s'enfuit mais jamais elle ne ferait ça, jamais !! Des images de films s'enchaînent dans sa tête mélangées à des séquences de divers jeux, Winifred baisse la tête pour regarder les militaires par en dessous, elle s'imaginait alors gagner en aura mais entre le maquillage et ses cheveux qui s'étaient détachés elle ressemblait plus à la nana de The ring.

Il n'y est pour rien lâchez le ! C'est moi qui l'ai entraîné là-dedans ! Je peux vous être utile ! Relâchez le et je collabore !

Y a pas grand-chose à collaborer, on t'a déjà arrêté, remarque quelqu'un qui se prend le regard noir de Winifred en pleine poire. T'as rien compris, j'suis précieuse ! Y en a qu'on pas révisé leurs leçons avec la première version d'Agent of Shield et de Beyong good and evil !

J'ai fouillé les dossiers de tes potes du rez de chaussé du con et si j'voulais je pourrais faire la même avec les vôtres. Pause dramatique. Depuis chez moi. Alors tu vois Donut sur patte que je suis utile, lui c'était juste un leurre, c'est moi l'cerveau. Lâchez le et j'bosse pour vous.

Dans les films ça marche à tous les coups, à croire que la CIA manque cruellement d'informaticiens car il recrute toujours les anciens délinquants (et ces derniers ne devaient rêver que de ça car ils s'empressent toujours de renier leurs activismes pour bosser pour les Hommes en Uniformes). Aussi elle ne comprit pas pourquoi Attila et elle furent fouillé, leurs affaires personnelles confisquées, pour finirent en garde à vue le temps de « calmer la situation ». Le couple les avait rejoint et demandait des explications et les flics autant que l'armée se demandaient ce qui avait bien pu passer dans la tête de ces deux illuminés. Pour l'instant loin de prendre Winifred au sérieux, ils murmuraient d'appeler l'hôpital pour savoir si deux de leurs patients ne s'étaient pas échappés.

Ses pieds se balançaient dans le vide, assise sur le banc de la cellule elle n'osait pas le regarder. Le retour à la réalité était très difficile, une chute violente, elle avait perdu tout son courage, sa rage, adieu la voix pleine d'assurance qu'elle avait prise quand elle se l'était joué Hackeuse recrutée, Winifred n'était plus qu'une pauvre petite chose pleurnichant et reniflant.

Je suis désolée Attila… Tellement désolée… Tu as été super, un vrai héros alors que moi… je suis désolée… Elle se tut pour renifler un peu plus fort avant de reprendre, fais toi passer pour fou, va pas en prison. Fais ça pour moi s'il te plaît… T'en fais pas pour moi j'ai joué à Prison Break : The Conspiracy*, je sais comment m'évader en même pas 1h.

*Comme la peine de mort est en vigueur dans l’État de Louisiane Winnie est apeurée à l'idée qu'Attila reçoive l'injonction.


fiche codée par shirosaki
[/color]

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hello from the Dark Side
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Sam 25 Juil - 21:36


You're my secret weapon
We're out to get 'em
Everyone's under attack

Winila
Tout vira très rapidement à la catastrophe. Alors qu'on me plaquait par terre, m'empêchant de voir ce qui se passait autour de moi, et que je beuglais à ma meilleure amie de prendre ses jambes à son coup, j'entendais l'agitation autour de nous. Pouvait-elle encore s'enfuire ? Peut être était-ce trop tard. Je voyais des pieds, des pieds à pertes de vue, ils s'étaient tous rassemblés autour de nous, nous encerclant.

Je l'entendis crier à son tour, suivi d'un bruit semblable à un grognement, signe qu'elle n'avait pas pu s'enfuire. Ce qu'elle avait fait avait visiblement détourné temporairement l'attention de mon bourreau qui relâcha un peu se prise, assez pour que je puisse relever un peu la tête pour être témoin de ce spectacle qui aurait été hilarant si la situation n'était pas grave : Winie en train de mordre un militaire. Il ne fallut cependant pas trop longtemps aux militaires pour parvenir à l'immobiliser plus ou moins, mais ce serait se fourrer le doigt dans l'oeil que de penser que ça allait la faire taire. Au contraire, elle se mit à brailler pour essayer de me sauver la peau, ce que je n'appréciais pas beaucoup : c'était moi le vieux des deux, c'était moi qui était censé essayer de la sortir de là.

« Ne l'écoutez pas c'est n'imp.... Mais aïeuh ! »

Visiblement, mon soldat s'était réveillé et avait reserré sa prise, me cognant au passage la tête au sol. Et c'était partie pour la jolie bosse sur la tempe... Quelle brute celui-là ! Winie continuait de parler, mais je n'osais même plus ouvrir ma bouche, de peur qu'il me cogne plus fort la fois suivante. J'comprenais rien à son délire, je me demandais un peu ce qu'elle essayait de faire, à part aggraver son cas. Enfin dans tous les cas, ça ne l'avait pas améliorer, puisque rapidement, ils finirent par nous mettre tous les deux en cellule. En un sens, c'était un soulagement pour moi, il commençait à me faire mal l'autre abruti...

Le dos collé au mur gris et froid, j'appuyais un mouchoir humide sur ma tempe, espérant que la fraîcheur allait dissuader la bosse de pointer le bout de son nez. Il y avait de l'agitation autour de nous, mais j'étais trop sonné pour véritablement y faire attention. A côté de moi, Winie n'en menait pas large non plus.
Il fallait dire que ma meilleure amie avait très clairement l'art et la manière de TOUT exagérer. C'était un peu son super pouvoir... Elle allait toujours exagérer l'importance de ses missions commando, leur crucialité même. Ensuite elle allait clairement exagérer son jeu d'actrice, grossir le traits. Et quand ça tournait au vinaigre -non parce que ça tournait quand même régulièrement au vinaigre, fallait pas croire- elle exagérait aussi la défaite, les conséquences, et les excuses. En fait, si Winnie était une superhéros, elle serait exagerate-woman. C'était un peu long comme nom ceci dit... Exawoman ? Ça faisait un peu hexagone... La femme aux 6 côtés ? Bizarre ! 

Je fus tiré de mes considérations par sa voix alors qu'elle était en train de me faire une déprime post-mission-foirée. J'en avais l'habitude, c'était presque devenu un rituel avec elle. Ca la prenait quelques minutes, et ensuite elle oubliait et redevenait la pile électrique dont j'avais l'habitude. Bon, certes, cette fois on était dans une cellule au commissariat, c'était donc un peu plus sérieux que les autres fois, mais on n'avait techniquement pas fait grand chose de véritablement sérieux... Quoique. Selon moi, on allait s'en tirer avec une bonne amende. Alors ok, ce n'était rien de positif : je ne roulais de loin pas sur l'or, et Madi allait probablement me tuer pour avoir laissé Winie agir -peut être qu'elle allait arrêter de fantasmer sur moi comme ça... je n'avais jamais envisagé cette option dans mes plans « débarrassons nous de la cougar ! »- mais c'était toujours mieux que de la prison.

J'abattis ma main libre -celle qui ne tenait pas le mouchoir- sur la tête de Winie, lui ébouriffant mollement les cheveux.

« Hey... respire Gertrude, personne n'ira en prison »

dis-je, essayant d'ajouter une touche de plaisanterie avec son nouveau surnom, un maigre sourire sur les lèvres. Bon, je n'étais pas non plus prêt à mettre ma main à couper qu'on n'allait pas faire de la garde à vue pendant quelques longues heures, mais de la prison... Non, fallait pas déconner. La justice était parfois affolante, mais quand même. Et puis... ils étaient tellement occupés avec toutes ces histoires d'attentats humains et atriens, ils avaient probablement mieux à faire que de s'occuper de nous. Ils nous gardaient probablement là pour nous faire retenir la leçon -ou en attendant qu'un de nos contacts d'urgence ne daigne réponde- mais on finirait bien par sortir. J'espérais juste qu'ils arriveraient à joindre Madi avant ma mère, je n'avais pas envie de devoir lui expliquer pourquoi et comment j'avais atterri ici.

« Essaye de dormir un peu en attendant que ça se décante »

suggérais-je, tapotant ma cuisse pour lui faire signe qu'elle pouvait m'utiliser comme oreiller si elle voulait.

« Il faut bien que tu heales un peu d'ici la prochaine mission »

ajoutai-je, songeant que c'était la seule façon de raisonner ma meilleure amie : en lui parlant en langage « geek ». Je n'étais même pas certain d'avoir utiliser le bon terme, mais ça me semblait pas trop mal d'après mes maigres souvenirs de jeux videos. Avec un peu de chance, elle arriverait à s'endormir, et à son réveil, tout serait réglé. Ca éviterait qu'elle nous fasse une crise de panique ou d'existentialisme, ou pire, qu'elle se mette à agresser verbalement tout le commissariat au risque de prolonger notre emprisonnement ici. Du coin de l'oeil, je regardais les policiers s'agiter autour des téléphones, appelant l'hôpital, les commissariats de quartier, et probablement nos contacts d'urgence, encore et encore. Je n'entendais pas bien ce qui se disait, mais l'un des policiers semblait avoir enfin réussi à joindre quelqu'un, les choses n'allaient donc probablement plus tarder à bouger. Un moment, je me dis qu'entre Madi la cougar furieuse, et les flics, j'étais mieux ici, mais il était un peu tard pour tout arrêter...


_________________
The cycle repeated as explosions broke in the sky.
All that I ever wanted was the one thing I couldn't find.
And I believed you when you told that lie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mangeuse d'atriens

ID card
Tribu & Clan : Apprentie Red Hawk
Double compte : Rubens & Alvin
Célébrité & Crédit(s): Ellen Page & Bazzart
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    Dim 9 Aoû - 15:44


Mission du jour
c'estun épic fail

L'animal de compagnie & La Geek
Un jour est arrivé au garage la fille du vieux bonhomme Delage. Elle m'a demander une Corvette je lui ai vendu une Chevette - Marcel Galarneau LES COWBOYS FRINGANTS
Les yeux bouffis d'avoir trop pleuré, elle renifla une dernière fois en essuyant son nez du plat de sa main, tu crois?. S'il lui dit qu'il n'ira pas en prison, c'est que ça va s'arranger. S'il le dit… elle a envie de le croire, aussi elle eut un petit sourire soulagé et une bouffée d'affection dans le regard. J'ai de la chance de t'avoir. Y avait vraiment qu'Attila pour réussir à la calmer, à appuyer sur le bouton « stop » quand elle partait en crise d'angoisse et pour sûr Madison aurait aimé avoir le même super pouvoir que son sexy voisin. Ses larmes cessèrent, sa respiration retrouva son débit habituelle et glissant sur le banc, elle posa sa tête sur les genoux d'Attila. Ca fait du bien. Oui il faut que je me heale, il a raison, j'en aurais bien besoin pour la suite de l'aventure. Épuisée par le trop plein d'émotions, elle s'endormit dès ses paupières closes. Pas un instant elle ne pensa à sa mère qui pourrait débarquer, elle était focalisée sur la peur que sa bêtise entraîne des conséquences pour Attila mais sentir ses genoux sous sa tête, sa main libre qu'elle avait volé au passage et tenait serrée contre elle comme un doudou, la réconfortait. Ca va aller. Ses pensées dérivèrent vers un sommeil profond, sa confiance en Attila étant un doux cocon, je suis bien là avec toi. Tout va bien se passer.

Il enlève sa main, elle s'accroche, grogne, il insiste, à regret elle ouvre les yeux. Pourquoi tu bouges?, ses yeux papillonnent le temps qu'elle reprenne ses esprits, il lui désigne quelque chose et elle tourne les yeux pour comprendre ce qui a gâché son repos. J'suis encore fatiguée… Ah. On a appelé la geôlière.

Maman, couina t-elle.

Madison était parfaite dans le rôle de la mère exaspérée par sa fille. Ses bras croisés, elle tapotait nerveusement son bras de ses ongles manucurés. Sa bouche pincée ne gâchait en rien son maquillage impeccable, même avec l'air de contenir une grande colère en elle, Madison arrivait à rester magnifique dans son tailleur. Winifred se redressa mais attrapa bien vite un des bras d'Attila, se foutant bien qu'il soit en train de soigner sa bosse, pour se blottir contre lui. Me laisse pas avec elle.

Tu me fais honte Winifred. Se ratatiner encore plus sur son siège, si possible. Et tu as entraîné ce pauvre Attila dans tes bêtises ! Je suis vraiment désolée Attila pour ma fille, je ne pensais pas que ses soucis l'entraînerais à faire… je ne sais même pas ce que tu espérais faire Winifred ! Non ! N'essaie même pas de me répondre, on va en parler à la maison et crois moi, tu vas te mettre à travailler et dur pour rembourser votre amende ! Elle a bien envie de lui répondre mais rien ne vient, aussi elle baisse la tête en se demandant bien comment elle pourrait rembourser l'amende. Et tu vas lâcher le voisin ! Elle sursaute, s'écarte vivement de son meilleur ami et se lève dans la foulée pour sortir de la cellule. Sa mère n'en rate pas une, la voilà qui pose une main affectueuse sur le bras d'Attila, bien sûr… elle, elle n'a pas le droit à une papouille, pourtant ça va pas fort fort ! Winifred tente une approche vers sa mère mais Madison la repousse.

- Fred, arrête. Tu te rend compte de ce que tu as fais ? Bon, messieurs on va y aller, je vous jure que cela ne se reproduira plus… Je suis vraiment désolée pour tout. Winnifred, quelque chose à ajouter ?

- ….
- Winifred…
- …. pardon…. ?

Elle entre en terre, n'arrive pas à regarder autre chose que le sol. La honte la tétanise, la voix de sa mère dont elle perçoit qu'elle se retient d'exploser l'effraie et lui fait craindre le pire quand elles seront seules. Elle ne va pas comprendre si je lui explique ce qui s'est passée… elle hésite à confesser, elle ne veut pas rembourser l'amende, oui elle va tout avouer et sa mère comprendra. La seule chose qui rassure Winnie, c'est qu'au moins sa mère n'en veut pas à Attila, la preuve elle vient de l'inviter à dîner demain soir pour « excuser le comportement de ma stupide fille ».


fiche codée par shirosaki

_________________
Screw you ! I'm not afraid

⋆ Some people are just born to fight, I think ⋆


I'm gonna bring you down. I'm gonna destroy you. Because you're not from here. You're a nightmare and I'm gonna bring back the light.I'm a Red Hawks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila    

Revenir en haut Aller en bas
 
James Bond peut aller se rhabiller ! {ft Attila
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Bond:ma presentation
» James Bond le Jeu de Rôle qui a la classe !!!
» Shakira peut aller se rhabiller! [Ft. Faith Connan]
» jusqu'ou peut vous entrainer la colère ?
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: EDENDALE - Zone Humaine :: Arum avenue :: Le commissariat-
Sauter vers: