Partagez | 
 

 Oh my lovely war... [Cat][Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Jeu 21 Mai - 21:02


Lea, c’est son côté anar
Crache sur tous les idéaux
Se moque du tiers comme du quart
Des engagements les plus beaux

Leathleen
J'essayais, généralement parlant, d'éviter d'aller me balader dans le secteur... Certes, en 15 ans, j'étais à peu près certaine que PERSONNE ne me reconnaîtrait -pas même ma propre sœur, c'était dire- mais si je pouvais de prendre des risque inutilement, je le faisais généralement. En plus, je n'aimais pas le secteur : c'était foncièrement moche et pleins d'atriens, la race que je rêvais d'exterminer. Mais voilà : les plombiers, ça ne courait pas les rues dans le secteur -le métier n'existait même pas vraiment sur Atria, nous avions des robots pour celà- alors quand il y avait un petit souci technique, il fallait bien dépêcher des « humains » là bas. Comme j'étais « l'humaine » qui avait le moins la trouille des aliens -forcément...- c'était toujours moi qu'on envoyait rapiécer les tuyaux du secteur... Youpi !

La casquette du travail bien enfoncer sur ma tignasse et mon front, j'essayais de ne pas trop me faire remarquer alors que j'arpentais les rues de ce ghetto glauque. Un garde du corps me suivait de près, il me donnait envie de rire : il aurait été tellement facile de le semer, ou de l'assommer... Mais non, je jouais mon rôle d'humaine rassurée par la présence d'un agent à meeeerveille. J'avais même du lui lancer un sourire reconnaissant en entrant dans le secteur, histoire de. Il devait se sentir fier, cet abruti, et ça m'amusait bien.

Les atriens aimaient vivre la vie : les petits commerces et autres marchands de fortune s'animaient la soirée s'approchant, il y avait pas mal de monde : ça m'allait bien. Plus ça grouillait, plus je me fondais dans la masse. J'espérais juste que les trags n'auraient pas la génialissime idée de me prendre pour cible. C'était l'occasion rêvée de leur foutre la patée, mais je préférais ne pas trop me faire remarquer. Comploter dans l'ombre en manipulant les Red Hawks était à la fois plus drôle et plus sécuritaire. On n'avait pas trop entendu parler d'attentats trags récemment... le chef se ramollirait-il ? A moins qu'ils ne préparent un gros coup... Alvin devait être plus au fait de ce genre de choses, et même si nous avions tous les deux un ennemi commun -les trags- je n'aimais pas trop en parler avec lui. En fait je n'aimais en parler avec personne : ce sujet là me rendait TRES irritable.

Je jetai un œil à mon portable -ha, les joies d'avoir droit à la technologie, quand on se fait passer pour un humain- pour revérifier l'adresse à laquelle je devais opérer. Je ne devais pas être loin, l'appartement était sur les toîts. La logique des « adresses » du secteur était déplorable... On sentait qu'il y avait de la mauvaise volonté derrière. Les adresses n'existaient pas sur Atria, ce furent les humains qui imposèrent cela aux atrien -avec les noms de famille- pour pouvoir leur expédier des courriers administratifs leur demandant de payer des taxes, ce genre de conneries. Alors nécessairement, ils n'avaient pas mis tous les efforts du monde à mettre en place les « quartiers » et « adresses ». Heureusement, la logique atrienne m'était familière, et je finis par trouver le fameux appartement.

Dans un soupir, mes yeux tombèrent sur le nom de mon client, que je n'avais même pas pris la peine de vérifier avant- il fallait dire que je m'en foutais totalement. Je lus le nom en même temps que la porte s'ouvrait, et un seul mot vint s'imposer dans ma tête : Oh merde. Ouais, bon, techniquement, ça faisait 2 mots..

Je relevai mes yeux vers la personne qui venait de m'ouvrir. Dans le mille : Cathleen. Cette nana, je la connaissais plus par les on-dit qu'autre chose... Techniquement, je l'avais déjà vue, mais peu eu l'occasion de m'entretenir avec elle -en même temps... je ne m'entretiens pas avec les gens. Et elle non plus, visiblement...Ou alors qu'avec les atriens, et comme elle me pensait humaine, comme tout le monde, je ne devais pas apparaître en premier sur sa liste de personnes à inviter pour le thé. D'ailleurs je l'imaginais mal accueillir des session thé chez elle...

Cathleen était une... pourriture, ouais, c'était probablement le mot. En temps normal, j'aurais pu presque l'apprécier -les pourritures, moi, ça me plait bien- mais voilà, elle cumulait un peu trop de choses qui me sortait par tous les trous, si je puis me permettre. D'abord, elle emmerdait Alvin. Pire, elle l'avait même frappé. Et si j'adorais pourrir la vie d'Alvin -j'aimais particulièrement cet atrien un peu concon qui lui pourrissait ses cours- je n'aimais pas trop l'idée de ne pas être sa pourrisseuse numéro 1. J'aimais l'idée d'avoir le monopole... même si je me doutais qu'il serait difficile de le maintenir. En attendant, si je pouvais être le seul poison dans sa vie, cela m'allait très bien, autant dire que Cat n'y avait pas sa place.
Et ensuite... je la savais Trag -Alvin tenait très mal sa langue de ce côté là- et j'avais cru comprendre qu'elle tentait de « recruter ». L'idée qu'elle essaie de convaincre Kle ne me plaisait guère... Pour moi, les trags étaient les premières ordures à effacer de la surface de la terre... alors je ne voulais certainement pas que Kleve en fasse partie. Nous avions une relation étrange, lui et moi, mais quoiqu'il advienne, il était hors de question que je laisse ces déchets de trags le recruter. Jamais.

Un grand sourire, aussi hypocrite que mauvais, se dessina sur mes lèvres alors que mes yeux la scannaient.

« Cathleen, toi ici, quelle merveilleuse surprise »

Elle n'était pas dupe, elle savait que mes mots n'étaient que du venin. Pas de faux semblants entre nous, la guerre était ouvertement...ouverte.

« Alors, des problèmes de tuyauterie ma belle ? »

Rien que l'appellation « ma belle » devait déclencher des pulsions meurtrières chez elle... c'était précisément ce que j'aimais chez elle. Tout nous opposait, mais je ne pouvais que me réjouir à l'idée de l'affronter. Cette sensation grisante d'avoir un némésis à sa hauteur, il n'y avait qu'elle pour me la procurait. C'était à la fois malsain et enivrant. Je sentais le regard lourd de mon garde du corps dans mon dos, il devait se demander si c'était du lard ou du cochon, cette étrange approche.


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.


Dernière édition par Leandra Shankar le Lun 20 Juil - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : James E. Aylen
Célébrité & Crédit(s): Emma Watson // Crédit : Avatar : Alvinou *o* Code Signature : Emi Burton / Gif profil : Moi-même
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Sam 23 Mai - 12:03


Oh my lovely war...

Sur les toits du Secteur
Cath & Leandra

« Et merde ! »

Ce fut les seuls mots qui sortirent de la bouche de Cathleen Morris lorsque le tuyau qui reliait son évier aux conduits d’eau explosa. Le jet d’eau inonda la petite cuisine de la jeune femme en quelques secondes. Trempée de la tête aux pieds, l’Atrienne alla fermer l’arrivée d’eau. C’était tout ce qu’elle pouvait faire. Revenant dans la cuisine, elle regarda les dégâts. Le pire avait été évité, mais elle allait devoir faire venir un humain pour réparer tout ça… Serrant les poings, elle alla dans sa chambre pour se changer et se sécher. Elle allait devoir sortir de chez elle pour demander à quelqu’un de prévenir un plombier comme on les appelait…  N’ayant pas de portable et d’ordinateur, c’était la seule façon pour Cathleen de prévenir. Elle attacha ses cheveux en une queue de cheval haute avant de sortir de son appartement. L’avantage d’avoir un appartement sur les toits, c’est qu’il n’y avait personne pour vous déranger. Du moins, c’est ce qui pensait Cath quand elle s’était installée là-haut. Peu à peu, elle avait eu des voisins, mais elle ne faisait aucun effort pour les connaitre. Elle les détestait comme elle détestait tout le monde…

Elle descendit dans la rue afin de trouver quelqu’un qui pourrait l’aider. Finalement, elle décida de se pencher vers la Milice du Secteur. C’était les seuls qui avaient des portables… Elle s’avança vers le poste de garde le plus près. Bizarrement, lorsqu’ils la vit avancé, les hommes reculèrent… Un petit sourire franchis les lèvres de la jeune femme… Bien sûr, sa réputation l’avait encore une fois précédé. Gardant son sourire aux lèvres, elle dit :

« Bonjour messieurs, est-ce que l’un d’entre vous aurait la gentillesse de passer un coup de fil pour moi ? Bien sûr, je vais rester ici jusqu’à ce que vous ayez raccroché. »

Le plus jeune la regarda sans bouger. Elle s’avança d’un pas.

« Pourquoi pas toi ? Si tu pouvais appeler un plombier pour moi… »

Elle se pencha vers lui et le vit prendre son téléphone doucement. Les autres ne bougeaient pas. Il composa le numéro et demanda un plombier.

« Votre… votre adresse madame ? »

« Cathleen Morris, sur les toits, au numéro 2 »

Il lui fit un petit signe de tête avant de répéter la phrase à son interlocuteur. Il mit fin à la conversation et dit :

« Ils… Ils envoyent quelqu’un dans la journée… »

Cath sourit à pleines dents avant de les saluer et de retourner chez elle. Parfois, elle adorait être ce qu’elle était, mais parfois c’était tellement prévisible qu’elle s’en lassait. Elle arriva devant la porte de son appartement, entra chez elle avant d’aller s’assoeir sur son canapé. Qu’allait-elle fait pendant ce temps. Pourquoi ne pas s’entrainer ? Une bonne petite séance avant que l’humain monte chez elle…

Elle attaqua par quelques échauffements avant de se défouler sur son sac de boxe. Les minutes passèrent puis elle entendit des bruits de pas devant sa porte. Personne ne venait vers elle alors elle sut tout de suite que c’était le plombier. Cath prit une grande respiration avant d’aller ouvrir la porte… à une humaine. Elle s’était attendue à un homme, mais c’était une femme. D’autant plus que lorsque la jeune femme prononça son prénom, elle fut encore plus surprise, mais elle ne le resta pas longtemps. Cette fille la cherchait, c’était sûr. Cathleen regarda le gorille qui trainait avant elle. Un garde du corps. Bien sûr. Les humains ne pouvaient pas se déplacer seuls dans le Secteur…

« Faudrait peut-être penser à regarder les adresses que l’on vous envoie avant de vous déplacez… »

Elle s’écarta de la porte pour les laisser entrer tous les deux. Elle referma derrière elle et son sang fit un tour lorsqu’elle entendit la fille l’interpeller en l’appelant « ma belle ». Cath se retourna vers elle et lui lança :

« Premièrement, je ne suis pas ta belle. Le simple fait que tu sois encore vivante en passant ma porte est déjà exceptionnelle. Deuxièmement, tu es ici pour réparer la fuite dans ma cuisine et pas pour me causer. »

Elle l’attrapa par le poignet, le gorille qui la suivait fit un geste, mais le pied de Cath trouva son plexus. Il s’effondra sur le sol, cherchant sa respiration.

« Tu aurais dû lui dire où il venait… »

Elle entraina la jeune femme dans la cuisine et lui montra la fuite.

« Maintenant assez parler et répares cette fuite. »

Des ordres, toujours des ordres. Cath aurait pu être un leader des Trags, mais elle avait trouvé plus fort qu’elle dans ce clan. Elle devait patienter et attendre son heure…

« Et dépêche-toi, je n’ai pas que ça à faire, j’attends quelqu’un ce soir… »

Bien sûr, Kleve devait passer dans la soirée avant le couvre-feu. C’était leur petit rituel à tous les deux… Cath ne se doutait pas que les choses allaient sans doute changer au cours des prochains mois…



_________________
"Survivre"
"Bats toi, ne te laisses pas mourir. Tu es forte, tu peux le faire. Un jour, le monde comprendra tes sacrifices."


Dernière édition par Cathleen Morris le Jeu 15 Oct - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Mar 26 Mai - 19:43


Lea, c’est son côté anar
Crache sur tous les idéaux
Se moque du tiers comme du quart
Des engagements les plus beaux

Leathleen
Je me tournai vers mon garde du corps presque inconscient, baissant les yeux sur sa carcasse inanimée. Un petit sourire amusé se dessina sur mes lèvres : c'était parfait, je détestais avoir ces soldats à mes trousses, comme une ombre trop imposante, Cathleen m'avait facilité la tâche. Me rappelant que j'étais censée être une humaine relativement apeurée toute seule ici, j'effaçais mon sourire, qu'elle n'avait pas pu voir puisque je lui tournais le dos. La peur, ce n'était pas crédible chez moi, Cat me connaissait peu mais suffisamment pour savoir que je n'étais pas facile à effrayer. J'optais donc pour un mélange de colère et d'indignation qui me semblaient bien plus crédibles. Me retournant vivement vers elle je désignais mon garde du doigt :

« Hey! Qui va me protéger sur le retour ? »

Je m'impressionnais moi-même : je donnais plutôt crédible dans le rôle de la nana sans défense. Il n'en était rien, évidemment. Certes, je n'avais pas une formation d'Adetir, mais j'avais pris des cours de sports de défense "humains" pour apprendre à me protéger. C'était Nolan qui m'avait aidée et conseillée à l'époque. 

Dans un haussement d'épaules je la suivis dans la cuisine où le problème était plutôt... Visible étant donné les flaques par terre. Au moins, je n'avais pas besoin de lui poser trop de questions pour cerner le souci, il n'y avait qu'à remonter la flotte stagnante. Je me tournai vers elle alors qu'elle m'ordonnait de me mettre à l'oeuvre. Visiblement, quelqu'un ici avait un complexe d'autorité... c'était le souci, quand on bossait pour les trags. L'avantage de l'indépendance, c'est qu'on est son propre chef, ce concept me plaisait plutôt bien.

« Excuse moi mais... J'ai pas entendu le mot magique »

Oh, j'étais définitivement d'humeur joueuse. Cathleen allait probablement me casser le cou avant de dire quelque chose sonnant vaguement comme « s'il te plait », mais comme je savais très bien jouer à la grosse chieuse, je ne me privais jamais de le faire. D'ailleurs, sans attendre le fameux mot magique, je posais ma mallette au sol, un genou par terre, fouillant pour trouver mes outils fétiches. Mais si elle pensait avoir un service muet, elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Si déjà j'étais venue jusqu'ici, autant agrémenter un peu la visite.

« T'as pas peur de finir vieille fille à traiter les gens comme ça ? J'veux dire... Il était plutôt pas mal ce garde, y avait peut être mieux à faire que de se débarrasser de lui »

Techniquement, pas tellement à mon goût. De toute façon, avec Nolan qui rongeait mon esprit, j'avais un mal fou à trouver les autres hommes attirants. Est-ce que ça faisait de moi un cas désespéré ? Pas vraiment. En revanche, le fait qu'il puisse quasi être mon père et qu'il m'ait « daughter-zoné », CA, ça faisait de moi une loser de première. Heureusement pour moi, trop peu de personnes le savaient pour se foutre de ma gueule, et c'était très bien ainsi.

« Enfin... y en a visiblement un qui a trouvé grâce à tes yeux... C'est qui ce quelqu'un que tu attends ? »

Lui causer comme si elle était ma pote de lycée m'amusait plus que cela ne le devrait. Je n'étais pas une nana à ragots, habituellement, mais jouer tout ce que Cathleen devait détester était très distrayant. Et quelque chose me disait que la nénette débarquant chez elle pour parler de son mec n'était pas quelque chose qui devait lui plaire. J'aimais vivre dangereusement. Une vie sans danger était une vie monotone, et l'ennui était mortel, donc l'un dans l'autre... C'était une forme de survie comme une autre.

Je comptais un peu sur le gros œuvre pour ne pas me faire brutalement étriper par ma cliente. Maintenant que j'avais mis le nez dans les tuyaux, il serait dommage de me tuer, non ? De 1, son problème de tuyauterie ne serait pas réglé, de 2 elle aurait du sang partout en plus de l'eau. Et le sang, ça tâche, c'est chiant à nettoyer... Recroquevillée sur moi-même, contorsionnée pour accéder là où je le voulais, je ne me privais pas de lui lancer un regard inquisiteur de temps à autre. Eh bah quoi ? On était coincées ici, autant faire la conversation non ?

« Tu peu balancer des noms, je suis tenue par le secret professionnel... Enfin presque »

ajoutai-je, la voix anormalement guillerette. L'idée que si elle était trop vilaine avec moi je pouvais définitivement inonder son appartement par un geste « malencontreux » était plutôt plaisante, pour tout dire.


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : James E. Aylen
Célébrité & Crédit(s): Emma Watson // Crédit : Avatar : Alvinou *o* Code Signature : Emi Burton / Gif profil : Moi-même
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Lun 1 Juin - 22:11


Oh my lovely war...

Sur les toits du Secteur
Cath & Leandra

Si Cathleen avait besoin de se défouler, elle n’aurait pas dû le faire sur le garde du plombier. Elle allait avoir des ennuis encore une fois. C’était une chose de s’en prendre à Alvin, mais s’en prendre à un humain, c’était autre chose… La jeune femme soupira et haussa les épaules lorsque Leandra lui demanda comment elle allait être protégé.

« Tu n’auras pas besoin d’être protéger ma belle, personne ne voudra de toi dans le Secteur. »

Une pique en réponse aux provocations de la jeune femme. Cathleen n’était pas du genre à se laisser faire. Elle n’aimait pas perdre son temps. Elle entraina le plombier dans sa cuisine et lui ordonna de réparer la fuite. Bien sûr, l’atrienne n’avait pas pris le temps de lui demander gentillement, alors elle eut droit au célèbre « Je n’ai pas entendu le mot magique. ». Elle s’obligea à respirer lentement pour ne pas perdre son sang-froid. Ce n’était pas le moment d’avoir deux corps sur le dos. Cathleen leva les yeux vers Leandra et lui dit en souriant :

« Tu penses vraiment que je vais me réduire à ton espèce ? Tu te mets le doigt dans l’œil ma jolie.

Elle s’accouda contre le comptoir et regarda la jeune femme commencé son travail. Bien sûr, elle ne pouvait pas travailler en silence et rapidement. Non, elle devait poser des questions. Curieusement, elle lui rappellait quelqu’un, mais elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Haussant les épaules, elle continua de la regarder avant de sentir son humeur vacillé aux paroles de la jeune femme. Elle cherchait vraiment les problèmes celle-là ! Cathleen se redressa avant de s’approcher de Leandra. Bien sûr, elle n’allait pas lui faire mal. Elle voulait juste lui faire peur. Cependant, Cathleen se rendit compte qu’elle n’avait pas du temps d’emprise sur cette jeune femme. C’était curieux tout de même. Elle écouta à peine lorsqu’elle demanda qui était-ce qu’elle attendait.

« Tu crois vraiment que je vais te raconter ma vie privée ? Est-ce que je te demande avec qui tu coucheras ce soir ? Non, alors continue ton boulot sinon je ferais appelle à quelqu’un d’autre.

Cathleen savait parfaitement que ses menaces n’auraient aucun effet car Leandra était la seule humaine à venir dans le Secteur pour réparer les fuites d’eau. L’Atrienne se demandait parfois pourquoi les autres Atriens ne voulaient pas essayer de se former à ce métier. La jeune femme pensait qu’il serait mieux que les humains arrêtent de venir dans le Secteur. Jouant le jeu de la jeune femme, elle décida de lui poser quelques questions à son tour en prenant le soin de ne pas répondre aux questions qui lui avaient été posé.

« Pourquoi es-tu la seule à venir dans le Secteur lorsqu’on a des fuites ? C’est vrai, on n’a jamais mangé personne encore… On a peut-être des habitudes différentes des votres, mais on ne mange pas d’humain, promis. »

Un sourire traversa son visage. Bien sûr, ce genre de rumeurs, on pouvait encore les entendre venant des vieux humains, mais les Atriens n’avaient jamais mangé personne… du moins pas encore.

« Allez raconte-moi tout, je dirais rien. »

Le chasseur est chassé. Tu n’es pas la seule à avoir de la répartie ma chère Leandra.



_________________
"Survivre"
"Bats toi, ne te laisses pas mourir. Tu es forte, tu peux le faire. Un jour, le monde comprendra tes sacrifices."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Lun 8 Juin - 20:02


Lea, c’est son côté anar
Crache sur tous les idéaux
Se moque du tiers comme du quart
Des engagements les plus beaux

Leathleen
J'esquissai un sourire mais ne dis rien. Si elle savait le nombre d'Atriens prêts à tomber pour les charmes d'une humaine.. Les Atriens avaient beau avoir 2 cœurs et 4 poumons, ça ne faisaient pas d'eux des gens très différents des humains dans la façon de penser et de réagir. Ils se laissaient eux aussi trop facilement dirigés par leurs sentiments, leurs émotions. Un tort, pour sûr, mais un tort bien utile si on savait s'en servir. Il m'était de toute façon très facile de ne pas me sentir insultée par ses propos, puisque je n'étais en vérité pas humaine. Le statut de démarqué avait cela de bon : ils pouvaient se cracher les uns sur les autres, je ne me sentais presque jamais concernée.

Cathleen réagissait, comme prévu, au quart de tour. Elle avait du se sentir insultée que je n'émette l'hypothèse qu'elle succombe à un humain. Je ne partageais évidemment pas son avis, étant moi-même plutôt accroc à l'un d'eux, mais je me gardais bien de le préciser. Ca ne m'étonnait pas que l'idée la révulse, et je n'avais pas grand chose à gagner à la faire changer d'avis, inutile de gaspiller de l'énergie.

« Oh, tu ne sais pas ce que tu loupes, certains sont plutôt doués... »

Il me paraissait logique qu'une humaine défendrait les siens, et comme humaine, j'étais censée l'être... Autant jouer le jeu jusqu'au bout. Ce n'était pas comme si je pensais pouvoir la convaincre, c'était juste pour avoir l'air un minimum crédible.
Et puis je continuait mon petit cirque, parlant, encore, et encore, et encore. J'étais bavarde de nature, mais encore plus lorsqu'il s'agissait de jouer ou de raconter des conneries. En revanche, pour ce qui était de parler de moi, de ma vie, de ma famille, de mes sentiments, je virais à la pierre tombale. Déblatérer sur tout et rien, oui. Me dévoiler, jamais !
Et visiblement, Cathleen semblait du même avis que moi. Ignorant la partie où elle me faisait remarquer que je pouvais toujours courir pour en savoir plus sur elle, je ne pris que ce qui m'arrangeait dans son commentaire.

« Pour le moment, personne, mais ce n'est jamais difficile à trouver »

répondis-je immédiatement, avec le plus grand naturel du monde, à la question qu'elle ne m'avait pas posé, à savoir avec qui je comptais coucher. Ce n'était, pour sûr, pas le genre de sujet qui me mettait mal à l'aise -pas qu'il y ait des masses de sujet sur lesquels j'étais gênée, ceci dit. Cette fois, elle se mit véritablement à me poser des questions, songeant sans doute que tant qu'elle les posait, elle n'aurait pas à y répondre. Ca se tenait. Heureusement, il en fallait plus pour me déstabiliser. Sans quitter la tuyauterie et mes outils des yeux, je répondis, joviale, comme à mon habitude :

« Eh ouais, seule nana plombier d'Edendale, et la seule qui a les couilles de se pointer dans le secteur ... Un comble ! »

Lançai-je dans un petit rire. La gente féminine n'était généralement pas très représentée dans ce métier là, mais mec ou pas mec, on ne pouvait pas franchement reprocher aux humains de ne pas vouloir venir ici. Certes, on n'avait pas encore recensés d'Atriens ayant dévoré un humain, mais personne n'était dupes, la plupart des humains savaient qu'une partie de la population atrienne voulait leur extermination.
Cela dit, Cathleen et son faux air de confidente m'amusait beaucoup, alors je décidai d'entrer dans son jeu. Elle voulait du commérage girly ? Je pouvais lui en servir. Du faux, évidemment. Jamais je ne parlerai de Nolan.

« Bon honnêtement, ça m'arrange ... De fille à fille, je crois bien que je craque sur un Atrien... Ça me fait une excuse de le croiser de venir ici »

A la fois, c'était un beau mensonge, car la personne pour qui j'en pinçais réellement était Nolan et je ne risquais vraiment pas de le croiser dans le secteur, et en même temps c'était tellement mon genre de faire ce que je venais de dire pour quelqu'un qui m'avait tapé dans l'œil. Alvin et moi, on avait ça en commun : on se transformait en stalker dès qu'on tombait vaguement amoureux. Et puis, connaissant l'avis de Cathleen sur les humains, elle allait sûrement trouver écœurante l'idée d'une humaine et d'un Atrien ensemble. Ca m'amusait, je devais bien l'admettre. Maintenant je croisais un peu les doigts pour qu'elle tienne suffisamment à ses canalisations pour ne pas me cogner. Je me défendais bien en baston, mais Cathleen aussi. Je le savais par les dires d'Al, par les racontars des gardes qui semblaient la craindre et puis... Il suffisait de la voir pour savoir qu'elle s'entraînait. Fine musculature, gestes précis, elle était probablement redoutable dans une bagarre. Ca me donnait presque envie de la déclencher pour le mesurer à elle, le goût du défi, mais pour le moment je me contentais de la narguer gentiment. Elle ne manquait pas de repartie elle-même, c'était donc plutôt distrayant. 

« Mais ne le répète pas, j'voudrais pas qu'il l'apprenne par accident »

Pas la moindre idée de qui pouvait être le « il » en question, mais enfin. Si elle essayait de creuser un peu, je pourrais bien inventer quelque chose. J'étais devenue douée pour ça, mentir, tromper, simuler. A ce stade, je pourrais bientôt devenir une vraie actrice hollywoodienne... A part qu'Edendale était complètement austracisée et que je ne risquais pas d'aller à Hollywood. Dommage ! Je relevai la tête dans sa direction, lui servant un sourire à la « tu es dans la confidence maintenant, en tant que nana, tu vas bien me soutenir, non ? ». Et clairement, non. Quelque chose me disait que si Cat pouvait me foutre dedans, elle le ferait.


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : James E. Aylen
Célébrité & Crédit(s): Emma Watson // Crédit : Avatar : Alvinou *o* Code Signature : Emi Burton / Gif profil : Moi-même
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Dim 14 Juin - 21:13


Oh my lovely war...

Sur les toits du Secteur
Cath & Leandra

Toujours accoudée contre le comptoir de sa cuisine, Cathleen regarda la jeune femme. C’est vrai qu’elle était la seule à venir réparer les fuites dans le Secteur. La brunette n’avait jamais compris pourquoi. Sans doute les Atriens faisaient trop peur. Leur arrivée avait mal vu, c’était vrai, mais ils n’avaient pas demandé à atterrir dans ce trou. Cathleen regarda Leandra qui continuait de lui parler tout en réparant la fuite. Il y avait quelque chose de bizarre en cette fille. Pourquoi n’avait-elle peur comme tous les autres ? Elle cachait certainement quelque chose. Avant qu’elle n’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, Cath écouta la dernière phrase de la jeune femme. Elle craquait sur un Atrien ? Pendant quelques secondes, l’atrienne ne dit rien. Comment une humaine pouvait-elle tomber amoureuse d’un Atrien ? Bien sûr, les gouts étaient dans la nature, Cathleen ne pouvait dire le contraire. Puis, contre tout attendre, la jeune femme se mit à rigoler.

« Oh excuses moi… J’ai vraiment du mal à croire qu’un Atrien puisse te faire craquer… On est tellement… détestable. »

Cathleen essuya des larmes de plaisir. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas rigolé de la sorte. Elle se pencha un peu plus pour voir Leandra. Cette dernière n’arrêtait pas de lui parler de cette relation qu’elle semblait vouloir vivre. L’atrienne commençait à s’énerver. Elle ne supportait pas d’entendre les histoires des autres. Elle ne racontait jamais ce qui se passait dans sa vie parce qu’elle détestait lorsque les autres le faisaient.

« Tu sais, je ne suis pas là pour écouter tes malheurs de petite humaine. Crois-moi, tu devrais laisser tomber cette histoire qui n’aura jamais lieu. Conseil d’une fille qui ne supporte pas les gens heureux. »

Elle tourna les talons et alla ranger un peu le salon qui était dans un bordel pas possible. Cathleen croisa les doigts pour que l’humaine finisse son travail assez rapidement. Kleve n’allait pas tarder à arriver, elle ne voulait pas qu’il voit qu’une humaine était dans son appartement. Plutôt se jeter du haut des toits. Leandra continua de lui parler, mais Cath ne lui prêta pas d’attention. Elle comprit seulement la dernière phrase, qu’elle ne devait pas répéter ce qu’elle venait d’entendre. Elle revient dans la cuisine, serrant les poings et lança :

« Tu crois vraiment que j’ai du temps à perdre pour répéter les aventures d’une petite humaine comme toi ? Si je voulais qu’on me tue pour t’avoir parlé, je le ferais, mais je tiens à ma vie. »

Un nouveau regard sur l’horloge de la cuisine puis Cathleen croisa les bras contre sa poitrine et lança :

« Tu as bientôt fini alors ?



_________________
"Survivre"
"Bats toi, ne te laisses pas mourir. Tu es forte, tu peux le faire. Un jour, le monde comprendra tes sacrifices."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Dim 28 Juin - 18:19


Lea, c’est son côté anar
Crache sur tous les idéaux
Se moque du tiers comme du quart
Des engagements les plus beaux

Leathleen
« Oh tu serais surprise de savoir combien d'humains fantasment sur des atriens... et inversement d'ailleurs »

Répondis-je dans un haussement de sourcil mystérieux. Je n'arrivais pas à savoir si c'était véritablement inconcevable pour elle, et dans ce cas elle risquait de tomber de haut le jour où elle passerait un peu plus de temps dehors, ou si c'était juste sa façon de montrer sa désapprobation, en niant en bloc la possibilité. Qu'importe, au fond, dans un cas comme dans l'autre je n'allais pas me gêner pour la contredire. J'avais moi-même craqué pour un humain, et je connaissais plusieurs personnes, humaines ou atriennes, s'étant laissé prendre au jeu de l'amour ou de la séduction avec l'autre race. N'en déplaise aux détracteurs de la mixité, elle était aujourd'hui une réalité grandissante, et les actions du PIA n'allaient pas freiner la tendance.

« Tu sais... A quelques organes près, nous nous ressemblons physiquement, il n'y a donc rien d'étonnant à ce que certains craquent... »

Sans surprise, elle finit par craquer le masque de la bonne copine pour me faire savoir qu'elle n'en avait rien à faire de mes histoires. Ca, je m'en doutais. Mais il me fallait une bonne excuse pour être ici, et puis... C'était trop drôle de la voir essayer de nier de « coup de coeur » que j'étais censé avoir pour un Atrien. Une idée encore plus tordue me vint en tête : comment réagirait-elle si l'Atrien en question était une de ses connaissances ? C'était franchement tentant. Mon choix était limité puisque je ne connaissais que 2 personnes de son entourage : Alvin et Kleve. Comme je savais quel était son avis sur Alvin -enfin je savais surtout qu'elle lui pourrissait la vie, et réciproquement- ce n'était probablement pas le bon cheval sur qui parier... Ca lui ferait même sûrement plaisir d'imaginer qu'une humaine pouvait tomber amoureuse d'Al vu l'estime qu'elle devait lui porter.

Cat venait de partir de la cuisine, espérant probablement échapper à mon bavardage. La pauvre... Elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Je jetai un œil à mes mains trempées : heureusement que je n'avais aucune marque atrienne sur les mains, sinon démarquée ou pas, je me serais allumée comme un sapin de Noël au contact de l'eau. C'était aussi pour ça que je portais toujours ma casquette de plombier : pour être sûre de ne pas mouiller mon visage.

Ma cliente venait de revenir dans la cuisine, et je redressai la tête à sa question.

« Non. J'sais pas ce que t'as foutu à ta tuyauterie, c'est bouché de chez bouché. On t'a déjà dit que balancer les organes de tes victimes dans l'évier ça peut causer des soucis ? »

Mon sourire était mi-amusé, mi-insolent. Je me doutais bien qu'elle ne faisait pas ce que je venais de dire, c'était juste une façon de lui dire : hey meuf, tu peux bien être la pire des psychopathes, il en faut un peu plus pour me faire peur.
Je me redressai, me dirigeant vers ma mallette pour récupérer du matériel un peu plus costaud tout en repensant ce qu'elle venait de dire.

« C'est pour ça que tu fais une si bonne confidente... Tu t'en fous, donc tu ne le répéteras pas »

J'avais presque pris un air attendri en disant cela.

« Si Kleve savait ce que je ressens pour lui... Je n'ose pas imaginer ce qui se passerait »

Et hop, petite bombe lancée. Maintenant, il restait à la voir exploser. Je ne savais pas exactement ce que Kleve pensait d'elle et ce qu'elle pensait de lui, je savais juste qu'elle essayait apparemment de l'attirer chez les Trags, ce qui ne me plaisait pas beaucoup. Pas du tout même. Mais là, honnêtement, c'était juste pour voir jusqu'à quel point je pouvais la dégouter avec mes histoires d'humaine amoureuse.


_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ID card
Tribu & Clan : Trags
Double compte : James E. Aylen
Célébrité & Crédit(s): Emma Watson // Crédit : Avatar : Alvinou *o* Code Signature : Emi Burton / Gif profil : Moi-même
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Ven 3 Juil - 16:28


Oh my lovely war...

Sur les toits du Secteur
Cath & Leandra

« Ça ne devrait pas être permis. Les humains ne devraient pas être aussi près des Atriens. »

Cathleen jetait son venin sur Léandra, c’était sa façon de lui pourrir la vie. La jeune atrienne savait que trop bien que ses compatriotes adoraient les humains, parfois même un peu trop à l’image d’Alvin par exemple. La jeune femme ne comprenait pas du l’attirance des deux races. Bien sûr qu’ils se ressemblaient physiquement, mais c’était tout ce qu’ils avaient en commun. Cath croisa les bras et continua de regarder Leandra travailler. Elle n’allait pas la laisser seule dans sa cuisine, elle pouvait lui péter un autre tuyau par la même occasion. Le plombier continua de lui parler, mais Cath ne l’écouta plus. Elle regardait l’horloge. Elle allait être en retard si elle ne se dépêchait pas celle-là ! Pour passer le temps elle alla ranger un peu le salon avant de revenir. Cathleen commençait à perdre patience. Elle revient dans la cuisine avant de lui demander si elle avait bientôt fini. Kleve n’allait pas tarder à arriver, ce n’était pas le moment qu’il voit l’humaine dans les parages. Leandra répondit à Cath avec un semblant de provocation. L’atrienne lui lança :

« Si tu ne termines pas bientôt, tu vas aller les rejoindre. »

La jeune femme passa devant elle pour récupérer quelque chose dans sa malette puis lui lança que c’était pour ça qu’elle était une bonne confidante : Elle ne dirait rien. Cath haussa les sourcils puis lui dit :

« Qu’est-ce qui te fait croire ça ? Tu sais que je peux réduire ta réputation à un grain de poussière. »

Cath s’apprêta à aller prendre une petite douche rapidement lorsque la dernière phrase de l’autre jeune femme la fit stopper dans son mouvement. Qu’est-ce qu’elle venait de dire ? Doucement, Cathleen essaya de cacher sa colère qui montait en elle. Elle avait sans doute mal entendu non ? C’était sans doute son imagination qui lui jouait un tour. Mais plus les secondes s’écoulèrent et plus l’atrienne commença à en douter. Elle se retourna complètement vers Leandra qui continua de travailler comme si de rien n’était.

« Qu’est-ce que tu as dit ? Je ne suis pas sûre d’avoir bien comprit… »

Elle pouvait sentir la colère frapper dans chacune de ses veines. Comment une petite humaine comme elle connaissait-elle Kleve ? Et Kleve, il la connaissait ? Elle posa ses deux mains sur les épaules de la jeune femme pour la faire basculer vers l’arrière et elle laissa sa colère explosé comme elle le faisait à chaque fois.

 « Tu n’as pas le droit ! Il déteste les humains. Il te déteste j’en suis sûre. Il est à moi ! à moi ! »

Cath hurlait dans son appartement. Elle allait sans doute attirer tous les voisins chez elle, mais elle s’en fichait. Elle voulait frapper la jeune femme pour ce qu’elle venait de dire, mais elle savait qu’elle aurait aussitôt fait d’être attrapé par la Milice qui se promenait un peu trop souvent près de chez elle. Elle attrapa la première chose qui lui tomba sous la main, un verre donc, et l’envoya contre le mur. Les morceaux de verre furent projetés partout dans la pièce. Respirant bruyamment, Cathleen regarda Leandra qui était toujours au sol.

« Tu le laisses tranquille. Tu ne vas pas le faire chier avec tes histoires. Tu restes dans ton coin et tout le monde sera content. Sinon, je te promets que je vais venir te faire ta fête et personne ne sera là pour te protéger. »

La bombe que venait de lancer Leandra venait d’amorcer un système qui allait être mis à rude épreuve quelques semaines plus tard (HS : Voir ce sujet et celui là o/ )



_________________
"Survivre"
"Bats toi, ne te laisses pas mourir. Tu es forte, tu peux le faire. Un jour, le monde comprendra tes sacrifices."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bad girl en carton

ID card
Tribu & Clan : Ex Wisan / Affiliée RH
Double compte : Atti, Meg, Lud
Célébrité & Crédit(s): Alycia Fucking Carey ; Jawaen pour les crédits
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   Lun 20 Juil - 12:54


Lea, c’est son côté anar
Crache sur tous les idéaux
Se moque du tiers comme du quart
Des engagements les plus beaux

Leathleen
Voir Cathleen s'impatientait m'amusait énormément. A croire qu'elle n'avait jamais eu de souci de plomberie avant... sinon elle saurait que ça prenait du temps, et qu'il valait mieux ne pas prévoir de plans après. Et plus elle insistait sur le fait qu'il fallait que je me dépêche, plus j'avais envie de traîner, c'était plus fort que moi. Mon esprit de contradiction était tenace et Cathleen avait un don pour le stimuler, de toute évidence. S'en rendait-elle seulement compte ? Qu'importe. Moi, j'avais tout mon temps. Les pourrisseurs comme moi, c'est à dire des pourrisseurs avec beaucoup de temps libre, sont de loin les pires. Les menaces diverses n'avaient pas grand effet à part de me faire sourire, ce qui devait encore plus agacer ma cliente.

Je soulevai malgré tout la tête alors qu'elle me faisait remarquer qu'elle pouvait réduire ma réputation à un grain de poussière. Un large sourire se dessina sur mes lèvres, j'étais imperturbable.

« Non, je suis sûre que tu ne ferais pas ça »

répondis-je, avec cet air attendri façon « je sais que tu es une fille bien au fond de toi ! ». En vérité, je ne doutais pas une seule seconde qu'elle était capable de pourrir ma réputation. Si je n'en avais rien à cirer, c'était essentiellement parce que je n'en avais rien à faire des dégats qu'elle pouvait causer. Mes amis proches n'écouteraient jamais les dires d'une atrienne, surtout pas les RH. Quant aux atriens, je n'avais pas franchement grand chose à faire de leur avis sur ma petite personne. En tout cas... pour la majorité d'entre eux. Il y avait bien quelques exceptions, mais je saurais probablement éteindre quelques feux de forêts si Cathleen décidait d'y mettre les moyens.

En attendant, je continuais l'air de rien mon entreprise de torture mentale, utilisant ce dégout à peine dissimulé de Cathleen pour les relations atrio-humaines. Si beaucoup d'humains et d'atriens désapprouvaient ce type de relations, il était clair que chez elle, ça allait au delà de la simple désapprobation, ça n'en était que plus drôle de la titiller sur le sujet.
Je m'attendais à une réaction de la part de Cathleen, mais pas CETTE réaction.

D'abord, il n'y eut rien. Du silence. Je crus même un instant lui avoir coupé le sifflet par cette simple nouvelle. Je dus même relever le nez de la tuyauterie pour vérifier qu'elle n'avait pas juste perdu connaissance. Non, elle était encore debout, mais n'avait pas l'air très bien. Je replongeai mon nez dans mon bricolage, me demandant si je devais en remettre une couche ou non. Ce fut finalement l'Adetir qui brisa le silence, me demandant de répéter. J'ouvris la bouche, sourire au coin des lèvres, prête à enfoncer le clou en répétant ce que je venais de dire, mais elle fut plus rapide que moi : je sentis ses mains se poser avec force, presqu'avec hargne, sur mes épaules, me faisant basculer vers le sol jusqu'à m'y retrouver allongée, son visage furibond au dessus du mien.

Mes yeux s'écarquillèrent, pas tant de peur, mais plutôt de surprise. Je m'attendais à de l'énervement, de la répulsion, mais pas à de la colère et de... la jalousie ? Est-ce qu'il venait de dire qu'il était à elle ? Oh... Oh ! Je n'avais pas réalisé qu'ils avaient CE genre de relation ! Je savais qu'elle le connaissait, mais il me manquait clairement cet élément. Et elle hurlait. Elle semblait avoir complètement pété les plombs. Un verre fit les frais de sa rage, elle l'envoya s'exploser contre le mur, et je sursautai au bruit, réalisant qu'elle perdait les pédales. C'était... complètement disproportionné comme réaction. Sa respiration était lourde, elle était à 2 doigts de la crise de folie.

S'en suivirent des ordres, des menaces. Je savais que j'aurais du faire profil bas. Cette nana pouvait exploser à tout instant, et je pouvais en faire les frais. Mais je n'avais jamais été très douée pour fermer ma gueule bien gentiment. Surtout pas lorsque j'entrevoyais une telle fissure dans un roc. Elle était une Adetir, très douée en combat, mais j'avais un avantage : elle me sous estimait sûrement, ET elle était dans tous ses états. Profitant de sa baisse temporaire de vigilance, j'utilisais ma jambe pour balayer la sienne, frappant de toutes mes forces sur son mollet pour lui faire un croche pied et la faire tomber par terre à son tour. Dans la foulée, je me relevais d'un bond, me retrouvant accroupie, puis debout, m'éloignant pour être hors de sa portée.

« Ne te mets pas dans un tel état jolie Cathleen »

lançai-je, un sourire mauvais sur les lèvres, mes yeux perçants la dévisageant alors que je rassemblais mes affaires.

« S'il te voyait comme ça... Je n'ose imaginer ce qu'il penserait d'une telle tarée »

Mes outils rassemblés, la mallette sous le bras, je la dévisageais une dernière fois.

« Pas de bol pour la tuyauterie. Comme la cliente avait un impératif de planning, je n'ai pas eu le temps de terminer. Ils t'enverront quelqu'un d'autre pour finir »

conclus-je, un sourire insolent sur les lèvres, alors que j'enjambai mon garde du corps inconscient pour me barrer de là. J'aurais été curieuse de voir la tête de Kleve si c'était bien lui qu'elle attendait, mais pas assez pour rester là plus longtemps. Je tenais entre mes mains une information assez précieuse, l'air de rien, et je me réjouissais d'avance de l'utiliser pour la provoquer. Pour une raison qui m'échappait, Cathleen me plaisait bien. Les psychopathes m'avaient toujours amusée....


THE END

Du coup faut voir avec Alvinou si elle a prévu de répondre à ton post de Cat au bar, sinon je peux venir avec Lea ça peut être drôle ♥

_________________

Parce que le cerveau suit le coeur

Je te l'ai dit, tu as ce sourire au coin des lèvres quand tu mens. Tu t'imaginais pouvoir t'en sortir encore et encore facilement. J'essaie d'y croire, j'me voile sûrement la face. Tu m'as poignardée dans la noir. J't'ai fait confiance, aveugle était ma confiance, et tu m'as fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh my lovely war... [Cat][Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh my lovely war... [Cat][Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blazing Star :: LE SECTEUR - Zone Atrienne :: Les toits :: Partie résidentielle :: Appartement de Cathleen Morris-
Sauter vers: